12 000 classiques du cinéma sauvés par une mécène

Le reportage de Louis-Philippe Ouimet

Tous les films d'un club vidéo de répertoire de Montréal qui allait fermer ses portes seront toujours accessibles au public grâce à la générosité d'une mécène. Un cadeau qui a cependant été bien difficile à faire accepter.

Situé dans Hochelaga-Maisonneuve, le club vidéo Le Septième contient des milliers de classiques et de films de répertoire. Mais après 11 ans d'existence, il doit fermer ses portes. Les responsables du club vidéo voulaient continuer de faire vivre leurs films en les vendant individuellement, un exercice qui peut être long et ardu.

Puis coup de théâtre, une dame a appelé pour dire qu'elle achetait tout. « Quand on a eu cet appel-là, il fallait se pincer. Ok, ça se peut pas. Il vient de se passer quelque chose. On a poursuivi la conversation, puis c'était vrai ! », s'étonne encore Julien Avon, cofondateur du Septième.

La mécène, qui souhaite garder l'anonymat, achète les 12 000 films, mais à la condition que la totalité de la collection soit disponible au public.

Cette condition s'est avérée beaucoup plus difficile à remplir que ce qu'on pouvait imaginer, car au départ, personne ne voulait de la prestigieuse collection. « On avait de la difficulté à trouver quelqu'un pour des questions de logistique », explique Julien Avon.

Il aura fallu l'intervention de l'ex-politicien Gilles Duceppe pour que les choses débloquent. M. Duceppe a pris le téléphone pour contacter des élus et des entrepreneurs privés.

« Moi ça me révoltait, [donc] j'ai appelé partout », dit Gilles Duceppe, qui a même appelé le ministre de la Culture pour trouver preneur.

« Au départ, certaines institutions publiques disaient : ''non, ça ne rentre pas dans la petite case''. À un moment donné, on ne peut pas rentrer la réalité dans chaque case. Il faut ajuster les cases à la réalité. Je pense que c'est une meilleure philosophie. Et ça s'est réglé », poursuit-il.

Finalement, le réseau des bibliothèques de Montréal a accepté d'accueillir la collection. « C'est Noël aujourd'hui parce qu'on hérite d'une collection fantastique qui va faire des heureux dans tout Montréal », se réjouit Louise Guillemette-Labory, directrice associée - Bibliothèques, à la direction de la culture et du patrimoine de la Ville de Montréal.

Selon Mme Guillemette-Labory, les films pourraient être accessibles au public dès cet été.

Le comité exécutif de la Ville de Montréal doit toutefois entériner le don avant qu'il ne soit officiel.

D'après un reportage de Louis-Philippe Ouimet

Facebook