Règlement P-6 : pas d'itinéraire exigé pour une célébration de victoire du Canadien

Le chef du SPVM, Marc Parent Le chef du SPVM, Marc Parent (archives)

Les policiers peuvent faire les nuances nécessaires dans l'application du règlement P-6 sur les manifestations, a assuré le chef du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Marc Parent, au cours d'une présentation devant le comité exécutif de la Ville, mercredi.

Ce règlement exige que les manifestants fournissent leur itinéraire à la police et qu'ils ne soient pas masqués. Or, la conseillère municipale Élaine Ayotte a demandé au chef de police comment la police réagirait en cas de victoire du Canadien en séries éliminatoires, si les amateurs décidaient de célébrer dans la rue.

M. Parent a répondu à la conseillère que la police n'exigerait pas des amateurs de hockey de lui fournir leur itinéraire.

« On sait très bien qu'à ce moment-là, on n'est pas là pour demander à quelqu'un son itinéraire. Ce n'est pas organisé, c'est spontané, et ça, on le sait très bien. » — Marc Parent

Le chef du service de police dit d'ailleurs que de telles manifestations après des événements sportifs surviennent déjà à Montréal, tous les ans, dans la Petite-Italie ou dans le Petit Maghreb, dans le quartier Saint-Michel, après les parties de soccer. « Ça part dans tous les sens. On est conscient de ça et on n'est pas là pour commencer à réglementer. On le sait très bien, les gens sont euphoriques, il y a une victoire... Ça va être la même chose si jamais on a des événements semblables avec la coupe Stanley ».

Le règlement P-6 a été adopté il y a un an alors que les manifestations étudiantes se multipliaient à Montréal.

Plusieurs élus municipaux affirment que ce règlement entraîne des arrestations abusives et brime la liberté d'expression.

Le parti Projet Montréal de Richard Bergeron compte pour sa part réclamer son abrogation à la prochaine assemblée du Conseil municipal, lundi prochain.