La Ligue des droits et libertés réclame l'abrogation du règlement P-6

Manifestation contre la brutalité policière La manifestation contre la brutalité policière, le 15 mars, s'était soldée par près de 250 arrestations.  Photo :  Ryan Remiorz

Dans un communiqué rendu public mercredi, la Ligue des droits et libertés demande que soit aboli immédiatement le règlement municipal P-6.

Dans la foulée, la Ligue envisage de participer à la campagne initiée par l'Association des juristes progressistes.

L'organisme dénonce la décision du Service de police de Montréal (SPVM) de recourir à des arrestations massives « en vertu de ce règlement qui tient tous les manifestants coupables ».

« Il s'agit de pratiques totalement arbitraires qui ont pour effet de violer la liberté d'expression et le droit de manifester », écrit la Ligue des droits et libertés dans son communiqué.

Par ailleurs, la Ligue salue la décision de Projet Montréal de présenter une motion demandant l'abrogation du règlement.

La Ligue des droits et libertés rappelle que le règlement P-6 permet aux policiers de refuser l'itinéraire remis par des manifestants, « ce qui équivaut à leur confier le droit de déterminer qui, quand, où et comment peut dorénavant s'exercer le droit de manifester à Montréal », souligne la Ligue.

P-6, le règlement sur la prévention des troubles de la paix, de la sécurité et de l'ordre public, a été adopté dans la foulée des manifestations étudiantes du printemps 2012. Le règlement restreint et encadre le droit de manifester ainsi que l'utilisation des espaces publics sur le territoire de la Ville de Montréal.