Intervention à Saint-Léonard : le registre des armes à feu a aidé la police

Le compte rendu de Valérie-Micaela Bain

Les policiers qui sont intervenus vendredi soir à Saint-Léonard pour sécuriser un secteur où un homme armé s'était barricadé se réjouissent d'avoir pu consulter le registre des armes à feu. L'intervention s'est terminée samedi matin par l'arrestation de l'homme et sans faire de blessés.

Les policiers ne précisent pas à quel moment de l'opération ils ont consulté le registre, mais ils expliquent avoir changé l'intervention après avoir eu recours aux données sur les armes d'épaule, qui sont toujours accessibles au Québec malgré l'abolition du registre par le gouvernement conservateur.

Le porte-parole du SPVM Jean-Pierre Brabant affirme que le registre a fait toute la différence dans l'opération. « Ça a changé l'intervention au complet. On a agrandi le périmètre de sécurité, on a fait appel au groupe tactique d'intervention. Aussi, le groupe tactique d'intervention de la Sûreté du Québec s'est déplacé avec un véhicule blindé », explique le porte-parole.

« On parlait d'une arme de longue portée, donc [la menace s'étalait sur] plus d'un kilomètre pour les gens alentour des résidences. C'est ce qui a changé l'évaluation du risque, et ça nous a permis de faire une meilleure intervention qui a mené à une arrestation et aucun blessé. » — Le porte-parole du SPVM Jean-Pierre Brabant

Le registre des armes d'épaule a été aboli par le gouvernement fédéral conservateur l'an dernier, mais le Québec et Ottawa s'affrontent en ce moment devant les tribunaux parce que Québec veut continuer d'avoir accès aux données.

Ottawa a récemment porté en appel une décision de la Cour supérieure l'obligeant à transmettre ces renseignements au Québec.

Les policiers québécois étaient contre l'abolition du registre des armes d'épaule par Ottawa et ils appuient la démarche de Québec. La Fraternité des policiers et policières de Montréal maintient depuis longtemps que le registre est un outil pertinent. 

Une opération de plusieurs heures

Vers 20 h vendredi soir, les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et les ambulanciers d'Urgences-santé se sont présentés dans le secteur des rues Bélanger et Lacordaire, à la suite d'un appel à propos d'un homme souffrant de problèmes de santé mentale.

Sur place, l'homme a fait feu en direction des intervenants, qui se sont rapidement mis à l'abri. Des renforts ont alors été appelés.

Un large périmètre de sécurité a rapidement été érigé et le SPVM a procédé à quelques évacuations, a indiqué son porte-parole, Dany Richer.

Lors d'une première tentative d'évacuation, de nouveaux coups de feu ont été tirés, ce qui a complexifié l'opération. Des policiers ont ensuite été positionnés stratégiquement, afin de permettre une deuxième tentative plus sécuritaire, a ajouté M. Richer.

L'homme a finalement accepté de se rendre vers 4 h 25 samedi, après avoir négocié avec les policiers. Il pourrait être accusé de tentative de meurtre.