Affluence accrue dans les urgences à cause de la grippe

Les docteurs Harley Eisman, de l'Hôpital de Montréal pour enfants, et Marc Girard, du CHU Ste-Justine, au cours d'une conférence de presse le 20 décembre Les docteurs Harley Eisman, de l'Hôpital de Montréal pour enfants, et Marc Girard, du CHU Ste-Justine, au cours d'une conférence de presse le 20 décembre

Les urgences de la région montréalaise risquent d'être particulièrement achalandées au cours des prochaines semaines. La plupart des hôpitaux enregistrent une hausse de leur clientèle à cause de l'augmentation des cas de grippe.

L'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal a convoqué les médias pour faire le point sur la situation, à la veille de la période des Fêtes.

Les docteurs Harley Eisman, directeur de l'urgence de l'Hôpital de Montréal pour enfants, et Marc Girard, de la direction des affaires médicales et universitaires du CHU Sainte-Justine, ont expliqué que le nombre de patients admis aux urgences pour des symptômes grippaux avait augmenté considérablement depuis le 8 décembre. C'est une situation qui revient chaque hiver, mais cette année l'arrivée de la grippe est plus précoce.

Les urgences pédiatriques peuvent soigner environ 200 enfants par jour chacune, or elles en ont reçu plus de 300 au cours des deux dernières semaines. Les responsables demandent donc aux parents d'éviter d'avoir recours aux urgences si leur enfant n'est pas à risque de complications.

« Que vous soyez un enfant ou un adulte, les symptômes grippaux bénins, la gastro-entérite et la fièvre, qui dure généralement entre 3 à 5 jours, peuvent être soignés à la maison. Les services d'urgence doivent être réservés aux personnes dont l'état de santé nécessite des soins urgents. » — Dr Marc Girard, directeur de la direction des affaires médicales et universitaires du CHU Sainte-Justine

Le recours aux urgences est justifié pour les bébés de moins de trois mois, les personnes souffrant de maladies chroniques ou lorsque la fièvre dépasse trois jours. Pour les autres, les responsables recommandent plutôt de se reposer à la maison, d'appeler la ligne Info-Santé ou de consulter une clinique sans rendez-vous.

« Quand un enfant est très malade, ce n'est pas le bon moment de l'amener au party de famille où l'on va contaminer tous les autres enfants. » — Dr Marc Girard, directeur de la direction des affaires médicales et universitaires du CHU Sainte-Justine

Les personnes âgées particulièrement à risque

Le Dr Silvana Trifiro, spécialiste en maladies infectieuses à Santa Cabrini Le Dr Silvana Trifiro, spécialiste en maladies infectieuses à Santa Cabrini

À l'Hôpital Santa Cabrini, qui traite un grand nombre de personnes âgées, le nombre de visites à l'urgence pour un syndrome d'allure grippale a doublé, passant en moyenne de 6 à 12 cas par jour, ce qui représente environ 20 % des patients.

Le Dr Silvana Trifiro, spécialiste en maladies infectieuses à Santa Cabrini, signale que les patients âgés sont plus à risque de complications, entre autres la pneumonie bactérienne, qui peut avoir des conséquences fatales. Ils doivent être particulièrement attentifs aux mesures de prévention, d'autant plus que le virus qui circule cette année le A(H3N2), est particulièrement virulent.

Pour sa part, Ghislaine Sénécal, coordonnatrice aux soins critiques à l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, a souligné que les urgences des hôpitaux montréalais ont enregistré 17 950 visites la semaine dernière, comparativement à une moyenne de 16 000. Par rapport à la même période l'an dernier, il y a eu 1000 visites de plus au cours de la semaine.

Il y a eu une augmentation de 35,4 % des inscriptions pour un syndrome d'allure grippal dans les urgences des hôpitaux pour adultes et de 22,8 % dans les centres hospitaliers pédiatriques.

« Si vous êtes inquiet pour la santé de votre enfant ou de vos proches, l'urgence n'est pas toujours la meilleure solution. » — Ghislaine Sénécal, coordonnatrice aux soins critiques à l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook