Guy Turcotte libéré sous condition

Le reportage de Normand Grondin

La Commission d'examen des troubles mentaux a décidé unanimement, mercredi, de libérer l'ex-cardiologue Guy Turcotte, reconnu non criminellement responsable du meurtre de ses deux enfants, moyennant le respect de certaines conditions.

Le comité estime que M. Turcotte représente toujours un risque pour la société, mais un risque « limité » s'il poursuit un traitement en psychothérapie et évite tout contact avec Isabelle Gaston, la mère des victimes.

M. Turcotte devra aussi se présenter chaque année devant la commission et « garder la paix ». Sa future résidence devra également être approuvée par l'institut où il est présentement détenu.

Son ex-conjointe a continué à décrire le tout comme une injustice et a lancé un appel à des changements dans le système. « Je trouve cela complètement absurde [...] », a-t-elle lancé aux médias.

« Même si je m'investis à faire changer le sytème de justice, à l'heure actuelle, s'il ne change pas, si les ministres, les sous-ministres, le Barreau et le Collège des médecins ne changent pas leur façon de faire, on va continuer à avoir des injustices comme celles-là », a ajouté Isabelle Gaston.

Malgré tout, Mme Gaston juge que la décision des trois commissaires « était la plus adéquate et la seule que j'espérais être prise. En raison de la jurisprudence, je ne crois pas qu'ils auraient pu être plus sévères ».

Sorties progressives

Guy Turcotte était détenu à l'Institut Philippe-Pinel depuis la fin de son procès, en juillet 2011. À compter de juin dernier, il a pu progressivement faire des sorties avec accompagnement, puis sans accompagnement.

Lors des audiences de la Commission d'examen des troubles mentaux, mercredi matin, l'ex-cardiologue avait demandé une remise en liberté inconditionnelle, en s'engageant à poursuivre sa psychothérapie. Selon les experts qui l'ont rencontré, Guy Turcotte ne représente plus aucun danger pour le public ni pour son ex-conjointe.

Son psychiatre, le Dr Pierre Rochette, disait cependant croire qu'une libération inconditionnelle serait prématurée, en raison du taux de progression de la psychothérapie.

Guy Turcotte a tué ses deux enfants de 3 et 5 ans en février 2009. Il a été reconnu non criminellement responsable de leur mort en juillet 2011.

La Couronne a cependant interjeté appel de ce verdict de non-responsabilité criminelle.