Laval : la corruption serait en place depuis 40 ans

Le reportage de Christian Latreille

Exclusif - Le versement de pots-de-vin et la gestion d'une caisse occulte auraient été érigés en système à Laval au cours des 40 dernières années. Selon ce qu'a appris Radio-Canada, l'ex-maire Claude Ulysse Lefebvre et un membre de son entourage auraient amassé des millions de dollars illégalement.

Un homme d'affaires qui tient à garder l'anonymat a révélé à Radio-Canada qu'il a participé à un système de corruption organisé, entre autres, par Claude Ulysse Lefebvre, maire de Laval de 1981 à 1989.

« Il y a toujours eu une caisse occulte à Laval », a-t-il dit à Radio-Canada, admettant ensuite qu'il s'agissait d'un vol des contribuables.

Selon nos sources, cette caisse occulte aurait permis au maire Lefebvre et à son collecteur de fonds d'amasser illégalement plus d'un million de dollars par année.

« Oui, oui, on donnait juste du comptant, c'est sûr [...] C'était aussi compliqué des fois d'arriver avec du comptant, mais on n'avait pas le choix, il fallait arriver avec du comptant », affirme une source.

Notre enquête nous a démontré que des entrepreneurs auraient payé des pots-de-vin au maire de Laval pour obtenir les gros contrats.

L'ex-entrepreneur Lino Zambito a d'ailleurs évoqué ce système de pots-de-vin devant la commission Charbonneau.

« Si tu veux que tes extras soient autorisés, ça prend un montant de 25 000 $ qui va directement au maire Gilles Vaillancourt », a dit M. Zambito, le 15 octobre dernier, devant la commission Charbonneau, en citant un intermédiaire qui lui aurait fait cette demande.

Ce système aurait toujours existé, selon André Cédilot, ex-journaliste d'enquête à La Presse.

« Le système a commencé sous le régime de Lucien Paiement, s'est peaufiné sous le régime de Claude Ulysse Lefebvre et a pris son essor sous le régime du maire Vaillancourt », affirme M. Cédilot.

L'ex-maire Vaillancourt a refusé de parler à Radio-Canada. De leur côté, les ex-maires Paiement et Lefebvre ont nié avoir tenu une caisse occulte à Laval.

« Ce sont des insinuations quant à moi, et bien sûr que je me révolte », a dit M. Lefebvre.

Des enquêtes policières en cours à Laval tentent de prouver qu'un système de collusion et de corruption existait pendant que l'ex-maire Gilles Vaillancourt était au pouvoir.

Aucune accusation n'a été portée contre des élus à Laval, ni contre Gilles Vaillancourt.

Avec des informations de Christian Latreille

De multiples perquisitions à Laval

Pour son enquête, la police a effectué de nombreuses perquisitions dans des services municipaux lavallois, chez Gilles Vaillancourt et dans plusieurs entreprises actives à Laval. Aucun élu, fonctionnaire ou entrepreneur n'a toutefois fait l'objet d'accusations.

  • 4 octobre 2012 : perquisitions à la résidence du maire Gilles Vaillancourt, à l'hôtel de ville de Laval, dans les bureaux où se trouvent les serveurs du système informatique (place Laval) ainsi que dans les bureaux d'ingénierie et des ressources humaines de la Ville (boulevard Chomedey).
  • 5 octobre 2012 : perquisition dans une des résidences lavalloises de M. Vaillancourt, dans le quartier Chomedey.
  • 11 octobre 2012 : perquisitions de l'UPAC et d'enquêteurs du Bureau de la concurrence du Canada dans cinq entreprises du secteur de la construction actives à Laval - Poly Excavation, Louisbourg Construction, J. Dufresne Asphalte, Nepcon et Construction Mergad.
  • 16 octobre 2012 : perquisitions de l'UPAC et du Bureau de la concurrence chez Construction Giuliani de Laval, Asphalte Desjardins de Terrebonne et Construction DJL de Boucherville. Cette opération est liée à celle du 11 octobre.
  • 5 novembre 2012 : les bureaux de cinq firmes de génie-conseil, dont Aecom, Dessau, Genivar et Cima, sont visées par l'UPAC, dans le cadre d'une enquête sur l'attribution de contrats municipaux à Laval.
  • 9 novembre 2012 : quatre firmes de génie-conseil de Laval sont visitées par les enquêteurs de l'UPAC.
  • 9 novembre 2012 : Gilles Vaillancourt se retire de la vie politique. Il était au repos depuis le 24 octobre.
  • 19 novembre 2012 : le parti PRO des Lavallois - Équipe Vaillancourt se saborde.

En complément