Union Montréal devient minoritaire, Applebaum se présente à la mairie

Le reportage de Davide Gentile

Une vague de démissions au sein du parti de l'ex-maire Gérald Tremblay a emporté mercredi la majorité d'Union Montréal au conseil municipal. L'ancien président du comité exécutif, Michael Applebaum, fait partie des six conseillers municipaux qui ont quitté le navire du parti en quelques heures.

M. Applebaum a confirmé qu'il déposera sa candidature pour le poste de maire par intérim, d'ici aux élections municipales de novembre 2013. Il a insisté sur le fait que cette candidature sera « indépendante ».

En cette journée où Union Montréal a perdu six membres de son caucus, M. Applebaum a nié être en train de former un nouveau parti. Il a martelé que l'indépendance était nécessaire non seulement pour le poste de maire, mais pour celui de président du comité exécutif.

« On a la chance de montrer à tout le monde que Montréal peut changer pour le mieux. » — Michael Applebaum

M. Applebaum a déjà promis de réduire la hausse de taxe de 3,3 % à 2,2 %. Il entend constituer un comité exécutif de coalition, c'est-à-dire qui sera composé de conseillers de tous les partis. Ces deux éléments constituent deux des principales conditions de Projet Montréal, le parti de Richard Bergeron, pour appuyer un candidat.

Richard Deschamps en point de presse Richard Deschamps en point de presse

Un peu plus tôt mercredi, Richard Deschamps, vice-président du comité exécutif et candidat d'Union Montréal pour la mairie par intérim, a indiqué qu'il acceptait le principe d'une coalition et qu'il communiquerait avec les différents chefs de partis pour en déterminer les modalités.

M. Deschamps s'est engagé à limiter la hausse de taxes à un maximum de 2,2 %.

Michael Applebaum a répliqué en appelant les journalistes à demander à M. Deschamps quel était le calcul qui le menait à ce 2,2 %, rappelant que pour sa part, il soustrayait la taxe d'eau pour en arriver à une hausse calquée sur l'inflation. M. Applebaum soutient que cette indexation est nécessaire pour maintenir la qualité des services municipaux.

Entrevue avec Michael Applebaum et Richard Deschamps

Chaise vide à Ottawa

Autre conséquence de cette période de tumulte à Montréal : la métropole n'aura aucun représentant au caucus des maires des grandes villes, jeudi à Ottawa. La Fédération canadienne des municipalités a en effet annoncé que Richard Deschamps, qui devait y participer, ne s'y rendra pas.

Louise Harel en consultations

Louise Harel en point de presse Louise Harel en point de presse

En point de presse, la chef de Vision Montréal, Louise Harel, a indiqué qu'elle rencontrerait tour à tour MM. Applebaum et Deschamps, avant de faire rapport à son caucus, jeudi matin.

Mme Harel a refusé de commenter son appui éventuel à l'un ou l'autre des candidats déclarés. Elle a tout de même jugée intéressante l'idée, évoquée par M. Applebaum, d'un maire et d'un président du comité exécutif tous deux indépendants.

Elle a souhaité « un candidat à la mairie qui soit indépendant, qui n'utilise pas sa fonction pour faire campagne ». Elle a affirmé qu'il fallait « non seulement qu'on remplace un maire, mais qu'on change un système ».

La chef de Vision Montréal n'a pas exclu que son parti présente son propre candidat à la mairie par intérim. Projet Montréal n'a toujours pas annoncé ses intentions.

Les 64 élus montréalais choisiront vendredi, parmi les candidats qui s'avanceront, la personne qui assurera la fonction de maire jusqu'aux élections municipales de novembre 2013. Le choix du maire se fera par scrutin secret lors d'une assemblée ouverte aux citoyens. Chaque candidat prendra la parole pendant un maximum de 20 minutes pour faire valoir sa candidature.

Le nouveau maire prêtera serment le même jour. En attendant cette élection, Jane Cowell-Poitras, conseillère de Lachine, occupe le poste de mairesse par intérim.

Six démissions

Dans la foulée de la crise qui sévit à l'hôtel de ville depuis la démission de M. Tremblay, six élus d'Union Montréal ont décidé de claquer la porte mercredi :

  • Michael Applebaum, maire de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce
  • Frantz Benjamin, conseiller du district Saint-Michel, arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension
  • Susan Clarke, conseillère du district Loyola, arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce
  • Lionel Perez, conseiller du district Darlington, arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce
  • Alain Tassé, conseiller du district Desmarchais-Crawford, arrondissement de Verdun
  • Frank Venneri, conseiller du district François-Perrault, arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension

Des démissions d'Union Montréal Des démissions d'Union Montréal

La nouvelle composition du conseil municipal :

  • Union Montréal : 29
  • Vision Montréal : 16
  • Projet Montréal : 10
  • Indépendants : 9

Frank Venneri a indiqué qu'il entendait appuyer Michael Applebaum au poste de maire intérimaire lors du vote de vendredi. Susan Clarke et Lionel Perez ne se sont pas prononcés ouvertement, mais ils proviennent du même arrondissement que M. Applebaum.

M. Benjamin a déclaré à Radio-Canada qu'il allait désormais siéger comme indépendant. Outre ces nouvelles démissions au sein du parti Union Montréal au cours des derniers jours, le conseiller de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies, Giovanni Rapanà, a aussi quitté les rangs du parti. Il n'a pas l'intention de se joindre à un parti d'opposition. Il indique qu'il appuiera un candidat qui entendra revoir à la baisse la hausse des taxes municipales de 3,3 % qui avait été annoncée par le maire Tremblay le 30 octobre dernier.

« On ne peut pas alourdir le fardeau fiscal des Montréalais de 3,3 %. Donc, il faut nécessairement qu'il y ait une révision du budget. [...] Le candidat qui aura mon appui, ce sera le candidat qui se sera clairement prononcé contre toute hausse de 3,3 % », a-t-il dit.

Départ du caucus

Frantz Benjamin avait quant à lui déjà amorcé son processus de sortie le 31 octobre dernier, en annonçant sa démission du caucus d'Union Montréal.

Outré par les révélations à la commission Charbonneau sur la corruption au sein de l'administration municipale, Frantz Benjamin avait exhorté le maire Tremblay à faire « un exercice transparent de reddition de comptes à la population montréalaise quant aux allégations de toutes sortes auxquelles Union Montréal fait face », ce qui ne fut pas fait.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook