Inondations en Montérégie : Des cols bleus à la rescousse des sinistrés

Témoin de l'événement ? Envoyez-nous vos photos et vidéos.

Des cols bleus de Montréal, Laval et Longueuil iront donner un coup de main à leurs confrères épuisés par les inondations, rapporte Yvan Côté.

Des cols bleus et des ingénieurs de plusieurs villes du Québec iront aider leurs collègues des municipalités les plus touchées par les inondations de la vallée du Richelieu.

C'est ce qu'a annoncé mercredi le ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, Laurent Lessard, mercredi, dans le cadre d'une tournée des municipalités de la Montérégie les plus durement éprouvées.

Déjà les villes de Montréal, Laval, Longueuil, Sherbrooke et Brossard se sont engagées à envoyer certains de leurs cols bleus et ingénieurs.

Selon le ministre Lessard, il faut dès maintenant commencer à organiser l'après-inondation, puisque les municipalités auront beaucoup de travail à abattre lorsque l'eau va se retirer des terres. Elles devront notamment nettoyer, inspecter, reparer les routes et les systèmes d'aqueducs, etc.

« Quand on a quelque chose qu'on n'a jamais eu, il faut faire quelque chose qu'on n'a jamais fait. C'est ce que les maires nous ont dit : il faut aller plus loin, il faut s'entraider. Comme on a connu dans de grandes corvées en général. » — Laurent Lessard

Le gouvernement du Québec n'écarte pas l'idée de bonifier de nouveau son programme d'aide. Le premier ministre Jean Charest affirme attendre une évaluation plus complète de l'ampleur des dégâts avant de déployer de nouvelles mesures d'aide et de dédommagement pour les villes et les sinistrés.

Inondations sur les rives du Richelieu  Photo :  PC/Ryan Remiorz

Le niveau du Richelieu pourrait gagner un autre 5 centimètres

Cette annonce intervient au moment où les nouvelles sont plutôt décourageantes pour les citoyens qui luttent contre la crue depuis bientôt un mois. Les autorités ont prévenu mercredi que le niveau de l'eau allait continuer d'augmenter au moins jusqu'à vendredi.

On s'attendait à un 5 centimètres supplémentaire dans la journée, voire plus, tout dépendant des vents.

Les eaux de la rivière Richelieu ne sont plus qu'à une quinzaine de centimètres du niveau maximal atteint le 6 mai dernier. Seulement dans la journée de mardi, le niveau des eaux a grimpé d'une vingtaine de centimètres sur les rives du Richelieu.

L'armée réduit ses effectifs, mais demeure disponible

En dépit de la nouvelle montée des eaux qui inondent toujours environ 3000 résidences réparties dans une vingtaine de localités de la vallée du Richelieu, les forces canadiennes ont annoncé le retrait progressif des effectifs déployés dans la région pour venir en aide aux sinistrés.

Seulement 200 des 800 soldats arrivés dans la région le 5 mai dernier demeureront dans les zones inondées du Richelieu.

Cette décision est plutôt mal accueillie par les sinistrés et certaines administrations municipales, qui luttent avec l'énergie du désespoir pour tenter de sauver les résidences et les infrastructures noyées sous un mètre d'eau depuis des semaines.

L'armée a évalué que les soldats étaient désormais en surnombre pour le travail qu'il reste à faire sur le terrain.

Les troupes redéployées à Valcartier seront maintenues en « haute disponibilité » et pourront revenir si le besoin s'en fait sentir, a affirmé le commandant des Forces opérationnelles Simon Bernard. Le travail des militaires est réévalué tous les jours, a ajouté le commandant.