Québec : les inondations du printemps 2011

Le retour des sinistrés du Richelieu chez eux n'est «pas pour tout de suite»

Le niveau de l'eau continue d'inquiéter les citoyens de la Montérégie, explique François Cormier.

Les sinistrés des inondations observent avec appréhension la pluie qui a recommencé à tomber en Montérégie. Les derniers jours, ensoleillés, leur avaient donné un moment de répit et avaient permis une baisse du niveau de l'eau.

Malheureusement, ces nouvelles précipitations retarderont le moment de leur retour chez eux. Environnement Canada prévoit jusqu'à 40 mm de pluie d'ici dimanche soir dans la vallée du Richelieu.

Si le niveau de l'eau baissait encore samedi - en soirée, le niveau du lac Champlain avait diminué de 8 cm et celui de la rivière Richelieu, de 7 cm -, la hausse pourrait reprendre dimanche après-midi. Le directeur régional de la Sécurité civile pour la Montérégie et l'Estrie, Yvan Leroux, est tout de même optimiste.

« Si le niveau monte, il va remonter moins élevé que ce qu'il avait été le 6 mai dernier, qui avait été le maximum qu'on avait atteint, donc les dommages ne seront pas plus grands. » — Yvan Leroux
Maison cernée par les eaux Maison cernée par les eaux  Photo :  Marie-Christine Valois

Le directeur régional de la Sécurité civile a reconnu que le retour des résidents dans leur domicile n'était « pas pour tout de suite ». Pour le moment, une cinquantaine de personnes à Saint-Basile-le-Grand et une vingtaine d'autres à Henryville ont pu retourner chez elles.

3000 résidences dans 18 municipalités sont toujours inondées.

La Sécurité civile surveille de très près le niveau de la rivière et le Centre de prévision des crues du Québec maintient ses alertes aux inondations pour le Richelieu et le lac Champlain. Le seul autre endroit au Québec qui fait encore l'objet d'une alerte est la région du lac Saint-Pierre, où des inondations sont toujours en cours sur la rive nord du lac.

Les résidents sont priés de laisser les sacs de sable en place autour de leur demeure et de patienter avant de réintégrer leur domicile.

Le vent collabore

La direction du vent a changé du sud au nord, ce qui devrait rassurer les autorités et les résidents, a indiqué Yvan Leroux, de la Sécurité civile.

Le maire de Saint-Jean-sur-Richelieu, Gilles Dolbec, s'inquiétait des effets potentiels du vent du sud, qui auraient pu, par la création de vagues, non seulement freiner le retrait de l'eau, mais aussi en augmenter le niveau.

Le directeur des opérations à Hydro Météo, Pierre Corbin, estime toutefois que les conditions actuelles sont meilleures que celles qui prévalaient avant le début des inondations.

Il souligne notamment la présence d'une plus grande végétation printanière dans le bassin du Richelieu, qui pourra ralentir le ruissellement. Il explique aussi que les derniers jours ensoleillés ont permis au sol de s'assécher. Ainsi, quand la crue reprendra, une certaine quantité d'eau sera absorbée par le sol.

info en continu

Facebook