Diminution des émissions dans la métropole

L'entrevue avec le maire de Mont-Saint-Hilaire, Michel Gilbert

Les émissions de gaz à effet de serre ont diminué dans l'ensemble de la Communauté métropolitaine d'une demi-tonne par habitant. Toutefois, les émissions des transports ont augmenté d'un tiers.

Une étude menée par la firme AECOM Tecsult indique que les émissions de gaz à effet de serre sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal sont passées de 8,9 tonnes à 8,3 tonnes par habitant entre 1990 et 2006.

Cette diminution s'explique surtout par l'installation de capteurs de méthane aux sites d'enfouissement.

Toutefois, les déplacements automobiles continuent de générer la plus grande partie des gaz à effet de serre, une tendance qui s'alourdit, dit Daniel Breton, de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique.

« Les émissions de gaz à effet de serre en transport ont augmenté de beaucoup, soit 36,7 % entre 1990 et 2007. Aussi, les gens ont recommencé à acheter des véhicules de plus en plus énergivores partout en Amérique du Nord, une tendance que je trouve très inquiétante », mentionne M. Breton.

Le maire de Mont-Saint-Hilaire Michel Gilbert constate quant à lui que les déplacements automobiles des banlieues sud vers Montréal ne cessent d'augmenter.

« Dans la mesure où nous sommes moins bien desservis en transport en commun et qu'il y a de plus en plus de déplacements vers Montréal, on va assister à une croissance des émissions de gaz à effet de serre par l'utilisation de l'automobile », affirme M. Gilbert.

Par ailleurs, la consommation de gaz naturel dans le secteur commercial et industriel a plus que doublé au cours des 20 dernières années, générant une hausse substantielle des émissions de gaz à effet de serre.

Avec un reportage de Marc Verreault

Info en continu