Victimes de propriétaires peu scrupuleux

Les étudiants étrangers sont arnaqués par certains propriétaires de logements , selon des associations estudiantines.

Des associations estudiantines avec à leur tête l'Union des étudiants de l'Université Concordia crient leur ras-le-bol face à ce qu'ils qualifient d'arnaque à l'égard des étudiants étrangers.

L'Union des étudiants de l'Université Concordia à Montréal dénonce les agissements de certains propriétaires de logements du centre-ville, qui abusent des étudiants étrangers.

Des propriétaires de logements du centre-ville exigeraient de façon illégale le paiement à l'avance de plusieurs mois de loyer avant de consentir à céder le logement à ces étudiants, qui acceptent souvent aussi par méconnaissance de la loi de remettre des copies de leurs passeports et de leurs visas, une pratique illégale.

Heather Lucas, une Américaine du Texas qui étudie à Montréal depuis 3 ans, affirme que le propriétaire lui a réclamé le paiement de deux mois de loyer à l'avance et une copie de son passeport.Cette pratique serait courante et certains propriétaires exigent jusqu'à six mois de loyer en avance selon Heather Lucas, qui préside l'Union des étudiants de Concordia.

Pour Walter Tom, de la même association, il s'agit d'une violation des droits de la personne des étudiants internationaux.

Ces plaintes portent également sur de prétendus frais d'administration non remboursables et la collecte illégale de renseignements privés. Certains étudiants ne disposent même pas de bail écrit

Halte à l'abus

Les Associations étudiantes de Concordia se sont regroupées et offrent des services aux étudiants qui se disent lésés pour les aider, entre autres, à récupérer les mois de loyer payés en trop.

Fo Niemi, directeur général du Conseil de recherche-action sur les relations raciales explique que des étudiants n'osent pas dénoncer de peur de se retrouver à la rue.

Du côté des propriétaires, on prend acte.

« Je suis un peu étonné, parce que ces pratiques sont interdites noir sur blanc dans le Code civil » — Martin Messier, président de l'Association des propriétaires du Québec

Les associations estudiantines de Concordia veulent aller plus loin. Elles demandent à la Commission des droits de la personne d'enquêter sur ces pratiques et songent même à rendre publique la liste des propriétaires fautifs.

D'après un reportage de Francis Labbé