Mieux gérer les contrats municipaux

Hôtel de Ville de Montréal  Photo :  Luc Lavigne

Montréal aura un contrôleur général pour surveiller la gestion des contrats municipaux.

L'administration Tremblay vient de créer un poste de contrôleur général pour surveiller la gestion des contrats octroyés par la Ville.

L'administration Tremblay en a fait l'annonce jeudi, en précisant que la création du Bureau du contrôleur général s'ajoute aux mesures adoptées pour renforcer le processus de gestion des contrats et des projets municipaux. Ce processus de gestion avait récemment été montré du doigt par le vérificateur général de la Ville, Jacques Bergeron.

Le nouveau contrôleur sera Pierre Reid, un cadre à l'emploi de la Ville depuis 30 ans. Il verra à la gestion au quotidien, et non après coup, comme le fait actuellement un vérificateur général. M. Reid aura notamment pour tâche de valider les estimations de coûts de façon indépendante et de scruter le processus d'appels d'offres et d'octroi des contrats.

Pour le responsable de l'administration au comité exécutif, Alan de Sousa, le futur contrôleur général devrait permettre d'octroyer des contrats à des prix plus concurrentiels, notamment grâce à l'étude des différents joueurs de marchés donnés et grâce à l'observation de ce que font les autres villes.

« L'objectif est d'être capable de chercher des contrats à de meilleurs prix pour la Ville et, en conséquence, sauver de l'argent pour les Montréalais et les Montréalaises. » — Alan de Sousa

Pour l'opposition officielle, la création de ce Bureau du contrôleur général est une mesure essentielle. La chef de l'opposition, Louise Harel, estime cependant que le fait que le mandat du contrôleur sera limité à la ville centre pose problème.

« Ce contrôleur n'aura pas compétence sur les contrats et les opérations dans les arrondissements. C'est donc une partie assez limitée [dans la mesure où] le rapport du vérificateur général nous a fait comprendre qu'il y avait des arrondissements où 100 % de tous les contrats octroyés allaient à la même firme. » — Louise Harel

On ne connaît pas encore le budget du bureau du contrôleur général. Ce sera à lui de préparer la mise en place du bureau d'ici la fin de l'été.

D'après un reportage de Richard Massicotte

En complément