Réjean Léveillé et Antoine Léger hors de danger

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Le reportage de Jean-Hugues Roy sur l'entretien des hélicoptères

Le journaliste Réjean Léveillé et le pilote Antoine Léger ont été sérieusement blessés dans l'écrasement de l'hélicoptère TVA, mercredi matin, près de l'autoroute Bonaventure. Leur vie n'est pas en danger.

L'accident est survenu vers 7 h 30, mercredi matin. L'hélicoptère du réseau de télévision TVA s'est écrasé dans un champ à quelques mètres de l'autoroute Bonaventure à Montréal, du côté nord, près des Studios Mel's.

Le journaliste Réjean Léveillé et le pilote de l'hélicoptère, Antoine Léger, ont été blessés dans l'accident, mais leur vie n'est pas menacée.

À l'arrivée des secouristes, le pilote était debout, après s'être extirpé lui-même de l'appareil. Il a été immobilisé sur une civière, avant d'être transporté à l'Hôpital général de Montréal, où il est arrivé une trentaine de minutes après l'écrasement.

Les secouristes ont mis un peu plus de temps à dégager le journaliste Réjean Léveillé, coincé dans l'appareil. Il a été placé dans une ambulance vers 8 h 45, après être resté plus d'une heure dans la carlingue. L'homme était conscient tout au long de l'opération et parlait aux secouristes.

Hors de danger

Le Dr Jean-Marc Troquet, chef de l'urgence de l'Hôpital général de Montréal, a fait le point en fin d'avant-midi sur l'état de santé des deux hommes. Il a affirmé que leur état était « significatif », mais qu'on ne craignait pas pour leur vie.

Le Dr Troquet a affirmé qu'ils souffraient principalement de blessures orthopédiques, soit de fractures. Il a précisé qu'ils n'avaient pas de blessures intracrâniennes. Les deux blessés pourraient avoir besoin d'interventions chirurgicales, ce qui sera déterminé lorsque leur processus d'évaluation, qui tire à sa fin, sera complété.

Il a précisé que MM. Léger et Léveillé étaient conscients et au fait de leurs blessures. Le risque de paralysie est pour l'instant écarté, mais l'urgentologue a précisé que dans ce type d'accident, il y a toujours un risque que des blessures neurologiques se développent après coup.

Le Dr Jean-Marc Troquet a affirmé que les deux hommes ont été « très chanceux dans leur malchance » étant donné l'importance de l'accident.

Les deux hommes devraient rester à l'hôpital quelques jours.

Écrasement de l'hélicoptère de TVA Le journaliste Réjean Léveillé est resté coincé dans la carcasse plusieurs minutes avant d'être transporté en ambulance.

Plus tôt, les services d'urgence avaient indiqué que Réjean Léveillé était « conscient, alerte et orienté », parlant de blessures au bas du corps. Le réseau LCN a rapporté que M. Léveillé a été en mesure de bouger ses jambes à l'hôpital.

Luc Robillard, chef aux opérations Service des incendies de Montréal, a indiqué que les pompiers ont chauffé la carlingue en raison du grand froid, pour éviter que le journaliste soit en état d'hypothermie. Ils ont dû dégager des parties de métal pour extirper M. Léveillé.

Selon notre patrouilleur Éric Barbeau, l'hélicoptère s'est littéralement « disloqué » en frappant le sol. Les images montrent en effet que l'appareil est très endommagé.

Le pilote aurait vraisemblablement voulu se poser sur un lieu d'atterrissage pour hélicoptère qui se trouve à environ 700 mètres de l'endroit de l'accident, sur le terrain des Studios Mel's.

Le PDG des studios de cinéma, Michel Trudel, arrivait sur les lieux au moment où l'accident venait de se produire. Il a expliqué que les secours sont arrivés sur place en moins de trois minutes.

« Je suis fort heureux de voir que les deux s'en sont sortis indemnes », a déclaré M. Trudel.

Écrasement de l'hélicoptère de TVA L'accident a eu lieu à quelques mètres de l'autoroute Bonaventure.

L'hélicoptère est un modèle Robinson R44. Il s'agit, selon le spécialiste en aviation civile Yvan-Miville Des Chênes, d'un appareil très fiable. TVA a expliqué que l'appareil avait été remis à neuf au cours de l'été.

Antoine Léger est pilote professionnel depuis une douzaine d'années. Les premiers secouristes affirment qu'il est encore trop tôt pour expliquer les raisons de la chute de l'appareil.

Un enquêteur du Bureau de la sécurité des transports du Canada, Denis Deroy, est arrivé sur les lieux en avant-midi afin d'entamer l'enquête sur les circonstances de l'accident. Il a en premier lieu interrompu le signal d'alarme émanant de l'hélicoptère.

Selon les informations de bases que possède pour l'instant l'organisme fédéral, il y aurait possiblement eu un problème mécanique avec l'appareil. Les restes de l'hélicoptère seront transportés dans les bureaux de la sécurité des transports.