Nouvelle cause devant les tribunaux

Collège Loyola High School Loyola High School

Le cours d'éthique et de culture religieuse (ECR) se retrouve à nouveau devant les tribunaux. Après la contestation de parents à Drummondville, c'est maintenant la direction d'un collège privé montréalais et des parents d'élèves qui portent la cause devant la justice.

Le collège privé montréalais Loyola High School, administré par des jésuites, conteste la décision du ministère de l'Éducation lui refusant le droit de donner son propre cours.

Le Loyola High School, collège de 730 élèves administré par des jésuites, conteste la décision du ministère de l'Éducation, qui lui refuse la possibilité de donner son propre cours d'un point de vue catholique.

Le procès a commencé lundi matin au palais de justice de Montréal, et devrait se conclure vendredi. L'audience se déroule en Cour supérieure du Québec.

Un cours à l'encontre des valeurs

Pour la direction du collège, le cours d'éthique et culture religieuse imposé par le ministère entre en conflit avec les valeurs catholiques et les valeurs jésuites de l'institution.

Paul Donovan, directeur du collège Loyola, croit que les valeurs catholiques doivent être présentes dans tous les cours, non seulement dans ceux de religion, mais dans les autres matières comme l'anglais ou l'éducation physique.

Par le passé, le collège a adressé au ministère de l'Éducation des demandes d'exemption du cours d'éthique et de culture religieuse pour ses élèves. L'institution ne demandait toutefois pas un retour à l'ancien cours d'enseignement catholique. Dans une lettre à la ministre Courchesne en 2008, le collège disait toujours avoir inclus des éléments qui font partie du programme d'éthique et de culture religieuse.

« Nous avons modifié davantage ce que nous avons l'intention d'offrir aux élèves pour encore mieux respecter les buts et objectifs du nouveau programme », ajoutait le collège dans la lettre.

De son côté, le ministère de l'Éducation affirme ne pas avoir l'intention d'autoriser l'enseignement de la religion comme cela était fait avant dans les écoles québécoises. Jusqu'à maintenant, le ministère a reçu quelque 2000 demandes d'exemption du cour d'ECR. Toutes les demandes ont été refusées.

À Drummondville, on attend toujours la décision de la Cour dans un dossier similaire. Des parents réclament une exemption pour que leurs enfants ne soient pas tenus de suivre le cours controversé. La décision doit être rendue dans les prochains mois.

Éthique et culture religieuse

Facebook