Frank Zampino démissionne

Frank Zampino Frank Zampino

Au coeur de la tourmente sur l'octroi du contrat des compteurs d'eau, l'ancien président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Frank Zampino, quitte son poste de direction au sein de la firme Dessau. M. Zampino était passé à la direction financière de Dessau en janvier dernier.

L'ex-président du Comité exécutif de la Ville de Montréal démissionne de son poste chez la firme Dessau, dans la foulée de la controverse entourant l'octroi du contrat des compteurs d'eau.

M. Zampino se défend toutefois d'être intervenu dans le processus d'octroi du contrat des compteurs d'eau à un consortium dont fait partie Dessau, mais il explique qu'il est préférable qu'il quitte son poste pour préserver l'intégrité de son nouvel employeur.

Le contrat des compteurs d'eau, d'une valeur de 356 millions de dollars, avait été octroyé au consortium GENIeau en 2007.

« J'ai pris cette décision par respect pour les hauts dirigeants et les 4000 employés de Dessau, constatant que l'acharnement médiatique dont je fais l'objet, alors qu'on attaque mon intégrité sans relâche et sans la moindre démonstration, peut nuire à l'organisation. » — Frank Zampino

La démission, acceptée par Dessau, est immédiate. M. Zampino occupait le poste de vice-président principal et chef de la direction financière depuis le 12 janvier dernier.

Le plus important contrat de l'histoire

Frank Zampino était président du Comité exécutif de la Ville de Montréal lorsque le consortium GENIeau a décroché, en 2007, le plus important contrat alloué par cette administration. De plus, M. Zampino a avoué avoir passé ses vacances sur le bateau de l'un des entrepreneurs du consortium, Tony Accurso.

M. Zampino reconnaît qu'il aurait dû décliner l'invitation de M. Accurso même s'il affirme que ce séjour n'a pas influencé ses décisions à titre d'élu.

« J'ai commis une maladresse et je le reconnais pleinement. J'aurais dû refuser l'invitation. Je constate maintenant que ces séjours étaient inappropriés dans les circonstances et si c'était à refaire, j'agirais différemment. » — Frank Zampino

M. Accurso est également à la tête de trois sociétés soupçonnées d'être au centre d'une fraude fiscale évaluée à 4,5 millions de dollars.

Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, a d'ailleurs suspendu temporairement le contrat d'installation des compteurs d'eau dans les industries, les commerces et les institutions. Le maire Tremblay veut que le vérificateur général fasse la lumière sur les questions éthiques et budgétaires soulevées par l'attribution de ce contrat.

Un contrat trop onéreux?

Outre le rôle de M. Zampino dans le dossier, le coût du projet est également remis en question. Le coût de l'installation de compteurs d'eau aurait été moindre à Toronto, qui a fait installer 72 000 compteurs pour 219 millions de dollars. Montréal, qui compte en installer 33 000, s'apprête à payer 356 millions.

À ce sujet, la Ville se défend: « La portée des projets est difficilement comparable. Le projet de la Ville de Toronto vise uniquement l'installation de compteurs d'eau sur une période de 4 à 6 ans. Le projet de la Ville de Montréal a une durée de 25 ans et vise non seulement l'installation de compteurs, mais également la construction de chambres de vannes et l'entretien de l'ensemble des équipements pour la période du contrat. »

Facebook