Diffusé le mardi 25 septembre 2007

Le Guillaume Tell du Nord
Napoléon-Alexandre Comeau
Cet autodidacte naturaliste, géologue, ornithologue, pêcheur, tireur d’élite, guérisseur et même accoucheur, a été inspecteur de la chasse et de la pêche, guide, trappeur, voyageur et gardien de la rivière Godbout, une des 116 rivières à saumon du Québec qui, à l’époque, était classée territoire de pêche privé.

L’enfant des bois
Napoléon-Alexandre Comeau est né en 1848 aux Îlets-à-Jérémie, non loin de Betsiamites. Son père, employé de la compagnie de la Baie d'Hudson, est muté au Labrador, puis à Mingan. Napoléon-Alexandre passe son enfance avec les Montagnais et les Inuits, s’initiant à leur culture et à leur langue. À 11 ans, son père l'envoie, à Trois-Rivières, fréquenter une école anglaise. Après un an, il sait lire, écrire et parler assez convenablement l'anglais.

Un très jeune garde-pêche
Napoléon-Alexandre Comeau a 12 ans quand son père consent à ce qu'il occupe le poste de « gardien de la rivière Godbout ». Il complète sa formation grâce à la collection de son père, riche en récits de voyage, traités d'histoire naturelle et ouvrages de médecine et à celle qu’il constitue. Avec le chasseur montagnais Ashini, il apprend la trappe et approfondit ses connaissances sur la faune et la flore.

L’homme de tous les talents
Avec le temps, il devient maître de poste, télégraphiste, coroner suppléant, surintendant du gouvernement de Dominion et représentant de la compagnie de la Baie d’Hudson. Il est également trappeur professionnel durant 15 ans. On ne sait pas trop au juste quand Napoléon-Alexandre Comeau commence à soigner les siens, mais chose certaine, ses connaissances en anatomie sont étonnantes.  Il met au monde près de 250 enfants.

Une légende
Les habitants de la Côte-Nord du Québec admirent ses talents de tireur d'élite. À forte distance, il pouvait abattre tel ou tel oiseau parmi quantité d'autres. En 1886, il devient un héros lorsqu’il procède au sauvetage de ses compagnons en traversant les glaces du fleuve Saint-Laurent par un froid sibérien. C’est un homme simple, mais aussi une grande force de la nature. Napoléon-Alexandre Comeau meurt à Godbout, en 1923.

En hommage
La ville de Baie-Comeau a été nommée à la mémoire de Napoléon-Alexandre Comeau, bien qu’elle ait été érigée dans l’Anse-à-Comeau, lieu du camp de pêche de son père. En 1927, la Société Provancher d'histoire naturelle du Canada lui dédie un monument. On peut lire sur la plaque commémorative: « Humble enfant du Nord, il sut avec autorité lire dans le grand livre de la nature tout en servant les siens et son pays. » En 1998, la Société canadienne des postes émet un timbre qui souligne le 150e anniversaire de sa naissance.

Invité en deuxième heure
Réjean Beaudin, originaire de Godbout, est enseignant, documentaliste, réviseur de textes et journaliste à la pige. Il publie notamment des monographies d’intérêt historique.

[ La tribune ]

Écoutez l'histoire de Napoléon-Alexandre Comeau

  • En 1858, l’abbé Provancher publie le premier traité élémentaire de botanique du Canada.
  • En 1876, le Canada adopte la Loi sur les Indiens, qui établit leur vie sur les réserves.
  • En 1888, l’appareil Kodak fait son apparition permettant de stocker des images. Le National Geographic Magazine publie son premier numéro.
  • En 1889, la tour de Gustave Eiffel est terminée à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris.


 Tiré du livre Salmon Fishing in Canada by
 a Resident
, London, Longman,1860.

Musiques diffusées
 

Bibliographie

  • The life and sport on the north shore, Napoléon-Alexandre Comeau, 1909. En version française La vie et le sport sur la Côte-Nord, 1945.
  • Napoléon-Alexandre Comeau. Le héros légendaire de la Côte-Nord, Réjean Beaudin, XYZ Éditeur, Montréal, 2006.
  • Labrador et Anticosti, Victor-Alphonse Huard, C.-O. Beauchemin & Fils, Montréal, 1897.
  • Revue d’histoire de la Côte-Nord, no 25-26, 1997.
  • La Côte-Nord contre vents et marées, biographie romancée, de Pauline L. Boileau petite-fille de Napoléon-Alexandre Comeau, Éd. du Septentrion.


Hyperliens