du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
597-3700 (Montréal)
1-877-597-3700 (extérieur)

Les tribunes sont ouvertes jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 24 novembre 2005

Réforme des CPE : les conséquences du projet de loi

À Québec, la ministre responsable des Centres de la petite enfance (CPE), Carole Théberge, déclare qu'il est hors de question de reporter l'adoption du projet de loi sur la réforme du système de garderies. 
 
La ministre réagit ainsi à l'appel lancé mardi par le Parti québécois et l'Action démocratique, qui ont demandé le report de l'adoption du projet de loi sur la réforme, dont ils contestent certaines dispositions. 
 
Mme Théberge n'exclut pas d'apporter des modifications à son projet de loi, au terme de la commission parlementaire en cours. Toutefois, elle dit ne voir aucun motif de reporter son adoption. 
 
La ministre se dit convaincue que la réforme mise de l'avant par le gouvernement aura un impact positif sur l'organisation des services de garde en milieu familial, en plus d'assurer une meilleure utilisation des budgets. 
 
Le milieu des services de garde est divisé 
 
Les dirigeants de 700 des 1000 CPE sont opposés au projet de loi. L'Association québécoise des CPE, qui les représente, lance une campagne publicitaire de 300 000 $ pour faire la lutte à la réforme. 
 
L'argent ne serait pas puisé à même le budget de fonctionnement des CPE, mais dans les poches des parents et de sympathisants ainsi que dans les surplus de certains CPE. L'AQCPE précise d'ailleurs avoir reçu une promesse de don anonyme de 100 000 $ si elle ramasse 200 000 $. 
 
De son côté, l'Association des éducatrices en milieu familial se dit favorable au projet et soutient être victime d'une campagne de peur de la part des CPE. 
 
Le projet de loi 124 : rappel des faits 
 
Annoncée le mois dernier, la réforme des CPE prévoit la création de 130 bureaux de coordination, constitués en organismes à but non lucratif, pour remplacer les 884 CPE dans la gestion du réseau. Québec croit ainsi pouvoir économiser 50 millions de dollars. 
 
De plus, le projet de loi favorisera l'ouverture des CPE le soir et les week-ends pour aider les parents qui ont des horaires de travail irréguliers. Le gouvernement veut aussi instituer des listes d'attente régionales et ajouter des représentants gouvernementaux au sein des conseils d'administration des CPE, où les parents resteront majoritaires. 
 
La nouvelle réglementation s'appliquera dès 2006 aux réseaux public et privé, qui comptent au total 200 000 places. L'AQCPE est convaincue que les mesures annoncées mèneront à une détérioration des services de garde en milieu familial, et rappelle qu'en deux ans, Québec a amputé 80 millions de dollars au budget des CPE. 
 
  • Les invités de Pierre Maisonneuve : André Chagnon, président du conseil et chef de la direction de la Fondation Lucie et André Chagnon; Carole Théberge, députée de Lévis et ministre de la Famille, des Ainés et de la Condition féminine; Camil Bouchard, député dans Vachon et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'emploi, de solidarité sociale et de la famille. 



    Faites-nous part de VOTRE opinion !
    Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
    Merci de votre participation!




    J'écoute actuellement les propos de notre ministre.... 
     
    Je suis une ex conseillère pédagogique en chômage car les coupures budgétaires visées par nos gouvernants ont été effectives dès cet été !  
     
    Avec un budget de fonctionnement réduit, mon eX CPE n'avait pas d'autres choix de couper le poste de conseillère pédagogique. 
     
    Il n'a pas étéle seul à être obligé de prendre une telle difficile décision. 
     
    Alors, que Mme Théberge soit vraiment honnête! 
     
    Mme Danielle Marchand
    Danielle Marchand
    MONTRÉAL


    Bonjour M. Maisonneuve, 
     
    J'ignore si on vous a transmis le courriel concernant le mini-sondage sur la règle du baillon à l'Assemblée nationale. Je réitère ce que je disais, décembre s'en vient et bien des choses de règleront de cette façon. Les projets de loi sont prêts et n'attendent plus, dans l'ombre, que les derniers jours d'avant les Fêtes pour être "homologués". 
     
    C'est ça la démocratie libérale. Les modifications sur les CPE feront également partie du lot. 
     
    Malgré tout, je vous souhaite une bonne journée.
    Carl Castonguay
    Saint-Rédempteur


    En écoutant ces débats, je vous avoue qu'en tant que parent je m'y perds un peu. Je n'entends pas une voix me représentan. Je me demande quelle est la part des parents dans ce train de changement qui s'est déjà mis en marche? Nouvellement mère d'un bébé de 9 mois, j'ai dû inscrire ma fille dans un service de garde en milieu familial, quelle expérience!! Plus tôt mauvaise! J'ai surtout compris que n'importe qui pouvait s'improviser responsable de milieu familial, bien sûr aprés avoir suivi la formation exigée par le ministère mais qui je trouve ne peut pas garantir des résultats satisfaisant pour les parents que nous sommes. Au lieu de limiter l'intervention des CPE auprès des garderies en milieu familial, le ministère devrait surtout s'assurer que les parents reçoivent des services de qualité et seront surtout rassurés en laissant leur trésor dans les mains d'autrui. 
     
    Merci
    Selma Kouidri
    Montréal


    J'aimerais réagir aux hauts cris des CPE et de Monsieur Camil Bouchard qui s'opposent au projet de loi 124 en affirmant que ce projet de loi sépare 2 réseaux(CPE & garderie en milieu familial) qui 'allaient bien ensemble'. Si la situation actuelle entre les CPE et les éducatrices en milieu familial est si belle, comment expliquer que l'association des éducatrices en milieu familial appuie le projet de loi?
    phuong-minh phan
    longueuil


     


    Réforme des CPE : les conséquences du projet de loi
     
    [Écoutez l'extrait>>>]
     




    Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes