du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
514 597-3700 (Montréal)
1 877 597-3700 (extérieur)

Les tribunes sont ouvertes jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 24 avril 2007

Un pédophile récidiviste en liberté

Clermont Bégin
Le pédophile récidiviste Clermont Bégin est sorti lundi du pénitencier de Donnacona, près de Québec, où il a purgé une peine de 11 ans pour le viol d'une adolescente. Il devait vivre à Longueuil, où son frère lui avait trouvé un logement. Les gens du quartier ont protesté contre l'arrivée du pédophile dans un secteur où on trouve deux parcs avec piscines, un centre de la petite enfance et deux écoles primaires. Devant la pression populaire, le propriétaire du logement a décidé d'annuler la location. 
 
Clermont Bégin a refusé de suivre des thérapies et n'a affiché aucun remords depuis sa condamnation. Les psychiatres s'attendent à une récidive. Il a purgé sa peine et redevient un homme libre, tel que le prévoit notre système de justice. Il devra se plier à certaines conditions, imposées par le tribunal, comme celle de ne pas aller dans les endroits publics fréquentés par les enfants. Mais il demeure que cette libération en inquiète plusieurs.  
Quel recours avons-nous contre un pédophile qui a purgé sa peine? 
 
Pierre Maisonneuve s'entretient avec Pierre-Hugues Boisvenu, président de l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues du Québec, avec Louis Morrissette, psychiatre à l'Institut Philippe-Pinel de Montréal, et avec le criminaliste Jean-Pierre Rancourt.



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




Monsieur Désautels, 
 
Je comprends qu'il s'agit là du syndrôme "pas dans ma cour", mais nous venons d'apprendre que le récidiviste en question a ultimement été expédié dans le quartier Ahuntsic, à Montréal. Les gens de Longueuil se sont mobilisés pour l'exclure de leur territoire en disant, avec raison sans doute, que chez eux on retrouvait écoles, CPE, parcs, etc. 
 
Or, Ahuntsic est mon quartier. Beaucoup de jeunes familles y vivent. Nous avons dans les environs au moins 3 écoles primaires, 4 parcs, dont un avec piscine, au moins deux CPE si ce n'est pas plus, etc. etc.  
 
Dites-moi où est la logique de transférer ce monsieur dans notre quartier ? J'ai 4 grands enfants mais s'ils étaient plus jeunes, je vous garantis que j'en aurais des frissons. 
Un présumé terroriste ne porte-t-il pas un bracelet pour le pister 24 h sur 24. Le fera-t-on pour ce monsieur ?
Christiane Dupon
Montréal


Un pédophile est un malade mental dangereux contre lequel la société a le droit d`etre protégé...par des mesures de privation de liberté s`il le faut. Le considérer, comme on le fait actuellement, comme un simple criminel donne le résultat qui nous confronte aujourd`hui... 
Mais les`` lyncheurs de pédophiles ``sont ils prets a considérer ces gens comme des malades?
gerard rouleau
montreal


Comme le fraudeur, le voleur, le batteur de femme, etc... Clermont Begin a purgé sa sentence. J'ai déjà entendu des employeurs être obligés de ré-embaucher des employés condamnés pour fraude ou sabotage chez leur employeurs. Ça ne me fais pas plaisir, mais ça m'apparait être le même principe, "surveille ton criminel" en puissance.
Jacques Moreau
St-Bruno


Le candidat à la présidentielle française, Nicolas Sarkozy, a proposé qu'aucun pédophile ni aucune violeur que ce soit ne puisse être libéré avant de s'être repenti et d'avoir suivi une thérapie. À quand un politicien québécois qui proposera cette mesure qui me semble être le « gros bon sens »? 
 
Quelle est cette justice qui libère les prédateurs qui détruisent des vies?
Sylvain Aubé
St-Jean-sur-Richelieu


Les règles qui régissent le bon fonctionnement d'une société font que celle-ci doit limiter les actes d'une personne qui en empêcherait le fonctionnement mininal. 
 
Le pédophile est une personne qui engendre crainte, désarroi et nuit à la bonne marche de l'ensemble. La société, afin d'éviter d'être perturbée ou parfois carrément paralysée, a le devoir de se protéger par des lois plus sévères. Elle doit donc prévoir des mécanismes qui mettent à l'écart les personnes inaptes à fonctionner en communauté. 
 
Le bien commun l'emporte toujours, en société, sur le bien particulier. C'est la règle fondamentale. Qui ne veut pas ou ne peut pas se conformer à ce principe de base, doit être évacué de la dite société afin que le bonheur et la paix de tous soient protégés.
NESTOR TURCOTTE
Matane


Le pédophile dangereux c'est celui dont le vice est ignoré. Pour les prévenus non violents qui coopèrent et sont libérés après avoir purgé leur peine, ils devraient pouvoir se racheter sans encourir la hargne publique. Les pédophiles assassins quant à eux, ne méritent aucune possibilité de retour à la liberté.
Georges LeSueur
St-Ambroise de Chicoutimi


Monsieur Maisonneuve 
 
Pourquoi la sentence, donnée par les juges, ne serait-pas assortie d'une ou plusieurs conditions pour permettre la libération de l'individu à la fin de sa sentence? 
 
Pourquoi ne pas exiger au moins, dans le cas que vous soulevez aujourd'hui, que l'individu ait reconnu sa déviation?
Pierre Boutet
Québec


Les victimes innocentes de ce pédophile recoivent une sentence à vie suite à une agression. Il est vrai que dans notre système judiciaire, une fois la peine purgée, on est libre. Par contre, la vrai question est  : est-ce qu'une peine en prison est une solution pour ce problème.  
 
Pendant ma formation universitaire, un de mes professeur a dit  : "si ce que tu fais ne marche pas, ce n'est pas en le faisant plus fort que ça marchera, trouve une autre solution". 
 
Si l'emprisonnement ne nous protège pas contre un pédophile, trouvons un solution qui nous protégera.
Michelle Albert
Montréal


Bonjour, 
 
Il a payé sa dette à la société, il doit donc être remis en liberté. La vraie question devrait être quelle genre de société nous voulons. 
 
Voulons-nous d'un État de droit ou préférons-nous une démocratie totalitaire à l'américaine?
Nathaniel Thorne
Montréal


Le principal problème dans notre société judéo-chrétienne c'est que les gens qui n'adhèrent pas aux mêmes valeurs ont un avantages sur nous et nos institutions sont impuissantes alors que le bon sens dicte des mesures à long terme. 
 
Les Talibans ne font pas la guerre de la même manière que les Américains et une seules poignée peut les tenir en otages. Pendant ce temps la justice n'a aucun recours contre quelqu'un qui ouvertement est une bombe ambulante. Si quelqu'un se promène avec une arme chargée après avoir dit qu'il s'en servirait on va l'arrêté pourtant un pédophile qu'on crois à juste titre qu'il va recommencer on le laisse en liberté.  
 
Curieuse société à deux poids deux mesures qui n'ose pas intervenir avant le fait même quand elle en est convaincu. Le pardon est une chose mais l'absence de remord et l'intention de recommencer en est une autre qu'il faudrait traiter autrement.
Louis Dumont
Varennes


Bonjour, 
 
Le problème, c'est la loi, et bien évidemment la fameuse charte des droits et libertés qui devrait être accompagnée d'une charte des devoirs et des rsponsabilités des citoyens. 
Dans la mesure où la prétendue justice a refusé d'installer les photo-radars au Québec parce que l'on craignait d'enfreindre des droits, et même si les ivrognes ou les débiles du volant tuent bien plus de monde que les pédos et prédateurs sexuels, il est clair que la loi est mal faite. 
 
Elle est d'autant plus mal faite qu'elle accorde des pouvoirs discrétionnaires à des juges qui sont en général nommés à cette fonction à cause de leur allégeance politique. 
Par conséquent c'est la loi qui a besoin d'être réformée, et profitons des gouvernements minoritaires pour amener des changements qui à la fois restreindront les possibilités de récidive, et les pouvoirs discrétionnaires des juges, qui ne sont après tout que des personnes bien ordinaires.
jean Lengellé
Embrun Ontario


Selon une intervenante, Monsieur Bégin se trouve en maison de transition et ne sera autorisé au début qu'à de courtes sorties. Cela devrait-il nous rassurer ? J'ai appris par TQS que cette maison de transition se situait quasiment en face dune école primaitre d'Ahuntsic et à environ 3-4 minutes à pieds d'une autre école primaire. Rassurant ? Pas pour moi, qui a une fille de 9 ans qui circule parfois à pied dans les rues. Qui me dit qu'il respectera ces conditions et restrictions qu'on lui imposera en maison de transition. Et que se passera-t-il ensuite ? Malheureusement, en effet ... pas dans ma cour !
Isabelle Duquette
Montréal


C'est effarant de voir à quel point la justice ne prend pas ses responsabilités. Si un chat est gris, si la loi ne le mentionne pas, le chat n'existe pas. Dans le cas de ce pédophile psychopate, il est schisophrène, or on sait que lorsqu'en crise, ces malades perdent leur lucidité. Cette seule raison justifierait un internement. Si lui n'est pas incarcéré, c'est la population qui est en prison. Que la justice bouge ! il y a tellement de clauses dans une cause, je ne peux pas croire que les juges ne peuvent pas bouger efficacement....comme Pilate, s'en lavent-ils les mains ? Je me demande si c'était une question d'argent si ça n'irait pas plus vite.
Andrée Dumas
Québec


Monsieur Bégin n'a pas purgé une peine il a été retiré de la circulation.Cette mesure doit est maintenue éventuellement sous une autre forme.  : hopital, castration ... Il présente un danger. S'il refuse un traitement la société doit prendre les mesures disponible pour la sécurité de tous.
André Le May
Québec


Je ne connais pas le cas de Clermont Bégin mais je sais une chose  : refuser de suivre une thérapie en prison ne signifie pas être sans remords.
Marie Lauzier
Montréal


Cet individu a énoncé qu'il recommencerait, pourquoi ne pas le croire. D'autant plus qu'on connaît ses problèmes psychologiques. On a bien cru les menaces qu'un individu a fait sur le cas de jean Charret. A t-on plus peur de voir une personnalité publique se faire agressé qu'un citoyen ordinaire.
Richard Grenier
Montréal


La castration un point c'est tout. On sait que cette problématique ne se guérit pas. Il y aura une prochaine victime, je ne souhaites pas que ce soit votre fille, votre garçon, des enfants du voisin ou mes propres enfants. Il ne fait pas protéger outre mesure un individu. De toute façon, la castration n'a pas de conséquences physique...donc qu'est-ce qu'on attend! Il faut agir et se donner les moyens d'éviter le pire!!!
M. Levesque
Ville en banlieu de Montreal


Voilà un sujet difficile. Il existe certes un laxisme dans ce système et des inéquités dans les sentences imposés  : lorsque voler dans un dépanneur est plus punissable qu'extorquer des millions de commandites aux contribuables, il y a de quoi s'interroger! 
 
Ce qui m'inquiète, c'est que cet individu a promis de récidiver. En tant que tel, il s'agit d'une menace faite à l'encontre de la collectivité et le juge devrait donc superviser/surveiller sa réhabilitation. Après tout, si lors d'une querelle je menace de mort mon voisin je peux me retrouver sous les verrous, je ne vois pas pourquoi cet individu ne pourrait pas se voir imposer l'étiquette de délinquant dangeureux. Si le gouvernement peut de façon rétroactive aller chercher des impôts impayés, pourquoi ne peut-il pas agir dans ce cas? 
 
La victime, elle, sera toujours sentenciée à vie.
Alain Fortaich
Montréal


Je suis résidente de Longueuil dans le secteur où ce criminel devait, au départ, résider. J'ai 4 enfants, dont une fille de 11 ans. Je suis heureuse que ce criminel ne vienne plus s'installer près de chez-nous, mais cet homme ira ailleurs, et peu importe où il sera, il comportera toujours un risque pour la population ! Je trouve inconcevable que la Sécurité plublique ne puisse prendre aucun moyen ici pour protéger les gens, son principal mandat. 
 
Combien de mort, de disparu ou d'agression sexuelle faudra-t-il pour que les autorités réagissent ou que le gouvernement légifère, s'il le faut. Peut-être faudrait-il que ce monsieur s'installe près de la résidence d'un élu à l'Assemblée nationale ?
Nathalie Lauzon
Longueuil


Bonjour M. Maisonneuve, 
 
Ma vision est assez simple (voir même simpliste). Comme société, nous nous donnons des règles morales, des lois, des codes etc. 
 
Dans la mesure où un récidiviste notoire continue d'accumuler des condamnations et qu'en plus, ces derniers ne semblent pas vouloir faire d'efforts pour respecter ces règles et s'intégrer, la solution m'apparaît bien simple  : on les retire tout simplement de la circulation. On a mentionné à propos de ce cas que la personne aurait continué d'afficher ces fantasmes en public ? Pas de chances à prendre. 
 
Il ne s'agit pas ici de punition, c'est le simple fait de protéger la société notamment contre des individus dangereux qui préfèrent donner libre cours à leurs instincts. À cette liste, vous pouvez ajouter les ivrognes au volant, les fraudeurs à répétitions et les batteurs de femmes et d'enfants. 
 
Je vous souhaite une bonne fin de journée.
Carl Castonguay
St-Rédempteur


On va enfin savoir si Mario Dumont a le courage de ses promesses électorales. Normalement, il devra mettre dela pression pour faire cesser ces atrocités.  
 
Espérons que le PQ s'allie à M.Dumont pour faire ordonner son incarcération. 
 
Je ne serais pas trop surpris que les citoyens prennent la justice en charge et que cet individu se fasse liquider, si rien n'est fait par les politiciens.
Luc Desjardins
Montréal - Maisonneuve.


Je ne comprends abolument pas la logique de notre système. Enfin, y en a t-il une ? Il me semble que de toute évidence, dans ce cas-ci, il s'agit d'une personne jugée dangereuse pour la société mais nous la laissons sortir de prison et libre d'agir à sa guise en société...  
 
Jusqu'à quand ? Jusqu'à ce qu'un nouveau drame se produise ? Bravo. Est-ce cela une société responsable ?  
 
Je suis entièrement en désaccord que cet individu se retrouve en liberté. Nous, comme société devons exiger que son lieu de résidence soit publique et que les gens de son entourage soient avisés de sa présence dans les environs.
Chantal Vézina
Montréal


Le cas de Clermont Bégin réflète une fois de plus l'indifférence et le laxisme de notre société et de ceux qui la représentent vis-à-vis des droits des plus démunis  : les enfants, les malades, les handicapés, les femmes en détresse etc. L'absence de moyens pour neutraliser un type comme Bégin est la conséquence logique de ce constat. 
 
Ai-je bien entendu le Dr Morrissette qui proposait comme solution que les parents préviennent leurs enfants de faire attention parce qu'ils risquent de croiser un pédophile dangereux; et j'ajoute entre parenthèse, que nous les adultes pouvons identifier mais contre qui notre société ne peut rien faire. Quelle image envoyons-nous à nos enfants par de tels propos?  
 
Et le Dr Morrissette peut-il nous expliquer de quelle manière un enfant de neuf ans peut se défendre contre l'assaut physique d'un adulte qui fait trois fois son poids? Heureusement que nous avons des personnes comme M Boisvenu pour nous aider à y réfléchir.
Monique Leclair
Sainte-Mélanie


J'aime lire le discours politiquement correct des biens pensants de notre société. J'aimerais voir leurs discours le lendemains du viol de leur fille ou de l'assassinat de leur enfant. 
 
Quand on se permets de passer des commentaires il est obligatoire de prendre cette position et de se poser la question. 
 
Quand j'ai lu ce que Jean Chrétien a dit à propos de la chartre des droits et liberté , Mieux vaut un criminel en liberté qu'un innocent en prison' mais, si ce coupable tuait sa femme ou ses enfants penserait-il la même chose. J'en suis pas certains. 
 
Des fois il y a des décisions courageuses qui doivent-être prises pour protèger ceux qui se doivent de l'être. Mais nos politiciens sont des lâches, ils ont délégué leurs responsabilités aux juges et avocats qui eux sont à la solde de ceux qui payent, faut que le système roule et au diable les dommages collatéraux.
Francois Cossette
Montreal


 


Un pédophile récidiviste en liberté
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 




Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file