du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 12 h 15
597-3700 (Montréal)
1-877-597-3700 (extérieur)

Les tribunes sont ouvertes jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 18 août 2005

Les cyclistes et les piétons du Québec sont-ils plus indisciplinés qu'ailleurs?

Chaque jour au Québec, des piétons et des cyclistes se font heurter par des voitures. Ces accidents provoquent des milliers de blessés graves, et plus d'une centaine de morts chaque année. Si les excès de vitesse des automobilistes contribuent à de telles tragédies, l'imprudence des piétons y est aussi pour quelque chose.  
 
La question de la Tribune aujourd'hui : Les cyclistes et les piétons du Québec sont-ils plus indisciplinés qu'ailleurs? 
 
Frédéric Nicoloff anime cette tribune en compagnie de Jean-François Pronovost, président de l'organisme Vélo-Québec, Sofia Provost, agent-conseil à la section circulation routière et circulation du SPVM, Mitra Feyz, directrice du programme de traumatisme cranio-cérébral au Centre universitaire de santé McGill, Normand Parisien, directeur général de Transport 2000. 



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




Bonjour, 
Qui sème le vent , dit le proverbe, récolte la tempête. 
 
En tolérant 140 km/h sur les autoroutes ou 110 km/h sur Décarie, que ce soit au nom du prétenu caractère latin des québécois, ou de leur droit à la différence, les divers gouvernements n'ont fait qu'encourager le carnage. 
 
Un peu plus de policiers sur les routes et autoroutes, voilà qui à la fois réduirait l'encombrement des urgences, et les tentations à tuer pour le plaisir de tuer. 
 
Autrement dit, "La loi et l'ordre" devraient bien revenir régenter le comportement des habitants de la belle province. 
Ça ferait des victimes en moins, et ....des touristes en plus. 
Bonne ....circulation
Jean Lengellé
Embrun Ontario


Problème d'éducation,de discipline,de maturité et de courtoisie 
 
1. Les piétons. 
 
Ma mère, une piétonne vivant en région, a récemment emménagé 
à Montréal. En l'accompagnant, j'ai rapidement réalisé qu'elle 
ne suivait pas du tout les règles de la circulation. Elle m'a 
répondu que les piétons traversent en bloc au feu rouge, plutôt 
que d'attendre, et que si vous attendez vous avez l'air fou. 
 
 
2. Les automobilistes. 
 
Dans l'Est, la maturité et la courtoisie des automobilistes 
sont dignes du Tiers-Monde. Comme piéton vous risquez d'être 
frappé une fois à l'heure, vraiment. 
 
 
3. Les bicyclettes, planchettes et patins à roulettes sur le 
trottoir. 
 
La police devrait sévir. Quelques trottoirs spécialement 
identifiés les acceptent -- piétons ne vous y aventurez pas! 
C'est le cas, notamment, de l'étroit trottoir du pont 
Jacques Cartier; la rampe est basse et tout ce qui s'appelle 
«-ette» y circule à haute vitesse; comme piéton il suffit 
d'être frôlé de près pour oops! se ramasser en bas. 

Serge Savard
Montréal


Oui, les cyclistes et piétons du Québec ne sont pas disciplinés. J'avais dénoncé l'imprudence des cyclistes il y a plus de vingt ans déjà. Ai vu une jeune femme à vélo, avec un porte-bagage contenant un bébé, traverser une artère rapide très fréquentée sans attendre le feu vert.  
 
Hormis l'insouciance, la raison première vient de la totale liberté accordée.  
Ce qui n'a pas de moteur désintéresse complètement les policiers.  
À pieds ou en vélo, tout est permis.  
Le jour où un contrôle policier fera son travail, la sagesse entrera dans les habitudes comme par magie.  
En attendant, subissons l'imprudence et l'anarchie des comportements faute de mieux.
Georges Lesueur
St-Ambroise


Les cyclistes a Montreal reclament pour eux le plus grand respect, quoiqu'eux meme ne respectent rien des regles du code de la securite routiere. Les automobilistes ignorent des choses elementaires du meme code et les pietons tentent de survivre dans tout ca.  
Les lois sont faites pour etre appliquees, les contrevenants sanctionnes. La sainte tolerance de tous ces comportements fautifs cache plutot de la paresse des policiers. 
Enlevez les cyclistes des trottoirs, apprenez aux automobilistes le respect du passage pietonnier et sanctionnez le non respect des feux rouges aux pietons et nous serons devenus une ville presque civilisee. 

Jacques Thomas
Montreal


Bon, d'accord, certains piétons et cyclistes se comportent n'importe comment. Mais regardez seulement les statistiques : les 600, 700 morts et les milliers de blessés par année l'emportent haut la main sur les 'méchants vélos". Avant de donner des contraventions aux piétons et aux cyclistes, il faut se concentrer sur les comportements déviants desautomobilistes. 
 
Les automobilistes québécois sont en général dangereux. Il n'y a pas une journée ou je n'aperçois pas des gens brûler les feux rouges, ne pas respecter les lignes d'arrêt, ne pas donner la priorité aux piétons aux passages prévus à cet effet, sans parler de la vitesse. Et dire qu'on a aboli l'aspect obligatoire des cours de conduite. Quelle incohérence ! On a connu du succès avec la campagne de l'alcool au volant ; pourquoi ne pas faire de même avec les comprtements sur la route ? 

René Bolduc
Québec


Monsieur, tout simplement pour vous dire que j'ai constatée à maintes reprises que des imbéciles il y en a en auto, en vélo et aussi à pied. Faire du vélo à Mtl cela relève à mon avis du sport extrème. Etant cycliste je suis à même de constater la conduite extrêmement  
dangereuse de certains autres cyclistes.
Lorraine Lamoureux
Mtl


J'aimerais qu'on en profite pour expliquer aux automobilistes qu'il est inutile pour eux et très dérangeant pour les piétons qu'ils attendent leur feux vert dans le passage piétonnier. 
Je croirai au respect des automobilistes envers les piétons le jour ou je n'aurai plus besoin de les contourner sur le cycle des piétons. 

Morin Michel
Québec


Étant donné qu'il est souvent plus dangereux de traverser aux passages pour piétons puisque les automobilistes ne les repectent pas et n'en subissent pas de conséquences ; 
 
étant donné que la plupart des villes du Québec ont adopté un système de traverses de piétons aux feux de circulation qui interdit de traverser sur le vert autant que sur le rouge et impose aux piétons plusieurs minutes d'attente à chaque intersection (à -40 l'hiver c'est joyeux...) ; 
 
on ne doit pas s'étonner que les piétons choisissent de traverser n'importe où, n'importe quand. 
 
Je préfère moi-même prendre quelques risques supplémentaires plutôt que de me plier à des règles tâtillonnes qui prennent les piétons pour des enfants et compliquent inutilement les déplacements à pied. 

Charles-Antoine Allain
Québec


Il ne faut pas aller très loin à l'extérieur du Québec pour réaliser que tant les piétons que les cyclistes que les automobilistes québécois sont plus indisciplinés qu'ailleurs. Longtemps on n'a voulu faire aucune répression au nom de la société distincte, et maintenant on ne sait plus par quel bout prendre le problème. Il y a beaucoup d'éducation à faire, une signalisation à réviser au complet, une présence policière à établir, mais aussi des punitions à administrer (avertissements, amendes et saisis de véhicules en cas de récidive de conduite dangereuse). Il faut renverser la vapeur. Les piétons traversent n'importe où sans regarder, les cyclistes roulent n'importe comment et les automobilistes se considèrent au-dessus de tout. Je marche, je roule et je conduis et je le constate à chaque jour. Vivement les caméras vidéo de surveillance. 

Gisèle Palancz
Montréal


Les cyclistes plus indisciplinés qu'ailleurs ? 
Assurément. À Saguenay, beaucoup de cyclistes roulent sur les trottoirs et si, par malheur, on a l'idée de leur demander de circuler dans la rue, on se fait enguirlander de belle façon. Les cyclistes ne connaissent les règlements ou, s'ils les connaissent, ils font semblant de les ignorer. Les piétons sont toujours les victimes. Des automobilistes et des cyclistes. 

Richard Desgagné
Chicoutimi


En tant que piétionne, j'ai constaté souvent qu'il valait mieux que je traverse aux feux rouges lorsque la rue est libre de toute voiture que d'attendre le feu vert. De plus, depuis l'instauration du virage à droite en-dehors de Montréal, il m'est arrivé à plusieurs reprises de risquer un accident alors que, m'engageant pour traverser la rue, une voiture me fonce littéralement dessus croyant que le virage à droite sur feu rouge est permis. 
 
Lors d'un déplacement dans les Maritimes, j'ai été sidérée par le respect que les automobilistes ont envers les piétons ! 
 
Piétons, cyclistes et automobilistes devront apprendre à se côtoyer pour leur sécurité réciproque et ce, dans le respect de tous et chacun. 

France Gagnon
Montréal


Bonjour, j'ai vécu quelques semaines au Japon, dans une ville a peine plus grande que Montréal, à Nagoya. Bon c'est vrai qu'en général les Japonnais sont extremement discipliner. Mais j'ai pu observer le paradis du transport en commun... 
 
Bref là bas, toute rues de plus d'une voie a une piste cyclable, et ce de chaque coté de la rue. tout vélo est équipé de sonnette (obligatoire) pour signaler sa présence au pieton qui se cotoit sur les trotoirs des plus petites rues! Dans la plupart des grandes intersection (6 voie et +) il y a des over pass piétonier et cyclabe! Les automobilistes de leur coté respecte la signalisation, les feux de ciculation au rouge dure assez longtemps pour qu'une grand-mere en marchette est suffisament le temps de traverser! 
 
Continuons de rever à un aménagement urbain aussi efficace! 

Francois Cyr
Montréal


Sans aucun doute. 
Prenons le cas des cyclistes. 
Installez-vous sur un coin de rue ou il y'a un stop. 
Je vous pari, a coup sur, que les dix premiers cyclistes qui vont passer ne feront pas leur arret oblogatoire. En fait, les cyclistes ne respectent aucun reglement de la circulation. 
 
Imaginnez un cycliste vetu de noir sur un velo noir sans reflecteur circulant en sens contraire a la noirceur par une nuit sans lune tout cela sur une rue non eclairée. Ajoutez une bonne pluie, vous avez le parfait candidat au suicide!! 
 
Ne riez pas on voit cela régulierement! 
Pire! Une de mes connaissances la fait avec un bébé assis derriere lui. Devinez le reste!! 
 
Bonne journée!
Jasmin Charbonneau
Saint-Hubert


Pourrait-on avoir les chiffres, les données et non pas juste des %. Je pourrais ainsi me faire une idée personnelle de la question et non pas être opbligé d'accepter les conclusions de vos intervenants. Quand on dit que les accidents ont doublé; parle t'on de 2 à 4, de 200 à 400 ou de 2 000 à 4 000 ??? 
 
Merci
André Blondin
Montréal


En Belgique, il y a 30 ans, la situation était la même. Elle s'est grandement améliorée grâce aux mesures suivantes : 
 
- des larges bandes jaunes marquent tous les passages pour piétons; 
- des amendes sévères pour les autos et vélos qui ne cèdent pas le passage à un piéton qui va s'engager; 
La mesure la plus importante est le marquage au sol des passages pour piétons 

Guy Ausloos
Montréal


Je suis un cycliste qui ne respecte pas les règles routières . 
 
Toutes les infrantrcture routière on été concues pour les voitures. 
 
Je ne polue pas ,je doit utiliser ma force musculaire pour me déplacer. Si je doit faire 10 stop pour me déplacer en vélo et 
repartir, ca me donne quoi de prendre mon vélo? 

Marc Brousseau
st jean sur richelieu


Bonjour, 
 
Résidant du centre-ville, je suis tour à tour piéton, cycliste, automobiliste et usager des transports en commun. 
 
Ici, l'indiscipline règne partout. Des cyclistes sur les trottoirs, particulièrement les «coursiers-livreurs» qui circulent à toute vitesse. J'ai déjà failli en être la victime. 
 
Des piétons qui traversent sur les rouges sans regarder comme si les feux ne les concernaient pas et qui nous renvoient un bras d'honneur quand on le leur fait remarquer.  
 
Des automobilistes qui «forcent» la jaune et passent même sur la «rouge». J'ai vu des autobus de la STM et des autobus scolaires le faire. J'ai été victime d'un accident alors qu'une automobile a brûlé une «rouge». Heureusement j'étais moi aussi en auto, sinon...!  
 
Salutations,
Jean-François Couture
Montréal


J'habite l'arrondissement Ahuntsic-Cartierville où une piste cyclable longe la rivière des Prairies. Mais, entre les rues Saint-Urbain et Norwood, les terrains sont privés. On a donc détourné la piste sur le boulevard Gouin. Pour ce faire on a séparé le pauvre petit trottoir nord en trois sections : deux pour les cyclistes et un pour les piétons. Dans ce dernier cas, le piéton doit déambuler au fond et lutter non seulement contre les cyclistes, mais de plus en plus contre les patineurs et les branches d'arbustes ou de haies que l'on ne taille pas. Attendre le bus au bord du trottoir devient un risque. Et quand on décide d'utiliser le trottoir sud, des cyclistes adultes viennent encore nous ennuyer.  
 
La télé de Radio-Canada devrait aller filmer ça! 

Mireille Barrière
Montréal


Il y a des lois qu'on ne respecte pas parce que les comportements déviants sont tolérés à l'extrême par les autorités et la police. 
 
Ce non-respect conduit à une forme d'anarchie où c'est chacun pour soi et où le plus lourd, le plus gros, le plus «armuré» et le plus rapide ont toujours raison. 
 
Je n'aime plus marcher dans Montréal à cause des vélos sur les trottoirs, à cause des automobilistes rois aux intersections. 
 
Je n'aime plus conduire à Montréal à cause de ces mêmes cyclistes et automobilistes. 
 
Je crois fermement qu'il est plus sécuritaire pour un piéton de traverser la rue ailleurs qu'aux intersections. 

André Michaud
Boucherville


Il faudrait interdire le casque pour les cyclistes car ceux-ci se trouvent invulnérables avec un casque sur la tête!... 

Pierre Terrail
Sherbrooke


Nos rues et routes ne sont pas conçues pour qu'elles soient partagées; trop étroites, mal entretenues là où les vélos doivent normalement passer, absence de trottoirs ou de traverses sécuritaires à certains endroits. De toutes manières, il faut dire que les usagers ne sont pas enclins au partage; combien de piétions circulent à 4 de front sur les pistes cyclables, combien d'automobilistes ne respectent pas la priorité des piétons à certaines intersections tant ils sont pressés de tourner, etc. 
 
L'indiscipline est probablement le fait d'une minorité; comme toujours, c'est la majorité de chaque sous-population dont la réputation collective est ainsi entachée. 

Luc Pomerleau
Gatineau


Je suis cycliste à Montréal et je le fut à Québec aussi. J'ai beaucoup voyagé à travers le monde à vélo et une chose qui me marque, c'est l'empressement des nord-américains de se rendre du point A au point B. On ne prend plus le temps de nous déplacer et d'apprécier ce qui nous entoure.  
 
Nous voulons nous déplacer de plus en plus vite mais il y a de plus en plus de gens sur la rue... 
 
Il va falloir apprendre à prendre notre temps, bien que pour trop de gens, le temps c'est de l'argent. 
 
Étudiant à la maîtrise en aménagement 
Université de Montréal 

Philippe Gingras
Montréal


Bonjour ! 
 
Je suis un cycliste qui parcourt 4 000 km par année à Montréal. Je constate que les cyclistes se comportent comme des imbéciles et manquent de respect pour tout ce qui bouge et qui s'appelle arrêt ou feu rouge. Mais, où donc apprennent-ils a conduire un vélo ? Je vois régulièrement des parents montrer à leur enfants comment faire du vélo de la même façon qu'ils le font eux-mêmes : comme des imbéciles...! Le problème existera donc toujours. 
 
Un cycliste qui respecte les autres. 
 

Richard Tremblay
Montréal


L'imprudence des cyclistes est en grande partie due à l'arrogence des automobilistes qui voient les cyclistes d'un mauvais oeil. À titre d'automobiliste nous devons avoir un comportement courtois avec tous les usagers de la route. Ce sont donc, à leurs yeux, des usagers indésirables. Où se croient-ils tout simplement drôle lorsqu'ils claxonne un cycliste pour le faire sursauter ou lorsqu'il le serre contre l'acottement.  
Il est vrai que l'amménagement urbain ne favorise pas les cyclistes mais il ne faut pas oublier que ces derniers paient aussi pour cet aménagement puisqu'ils possède des automobile qu'ils ont choisi de laisser à la maison pour décongestionné les villes et par souci de conservation des ressources.  
Les comportements dangeureux ce ne sont pas plus les cyclistes, les piétons ou les automobilistes qui l'ont. Ce sont les épais.
Robin Lessard
Saguenay


Étant cycliste moi-même , je reconnais que nous devons nous discipliner...le centre-ville de Montréal est pas mal rocknroll...je me méfie autant des autres cyclistes que des automobilistes.....j'arrête aux feux rouges...et je ralentis aux panneaux d'arrêts.....comme la plupart des automobilistes......travaillant dans l'ouest de l'ile je ressens moins de pressions des automobilistes ,la plupart sont courtois....merci 

Gaétan Busby
verdun


Le vélo est mon moyen de locomotion pour aller au travail depuis plusieurs années. C'est un peu à tous d'être vigilant. Cependant, les cyclistes occasionnels sont les plus non chalant... lors des vacances ils envahissent les pistes cyclables conséquemment j'utilise la route à la place pour les éviter.  
 
En outre plusieurs cyclistes sont comme des motocyclistes que se sentent ennivré par la liberté d'aller un peu n'importe où et ils oublient des règles de bases de bienséances comme rouler sur le trottoir. 
 
Mais ce qui m'hérisse le poil, ces ceux qui ont leur vélos de luxe et le "suit" puis ils leur faudraient un vélodrome... ils roulent à des vitesses déraisonnables dans les pistes cyclables où il y a des familles.
Stéphane Tessier
Mourial


En écoutant les différents intervenants, on constate qu'il existe un manque de respect évident entre les usagers : les automobilistes frôlent les vélos, qui roulent donc sur les trottoirs, alors que les piétons/patineurs (et leurs chiens) marchent sur les pistes cyclables. Quant au respect de la signalisation, n'en parlons même pas! 
 
Discipline et respect du code de la route sont les clés d'une cohabitation viable. Faudrait aussi que la force constabulaire voit à l'application des lois et réglements et à l'éducation des usagers. 

Michel Laberge
Blainville


Ne serait-ce pas une question de respect? 
 
Respect les uns des autres; 
Respect des règlements. 
 
C'est aussi une question de bon sens, traverser une rue à quelques mètres d'un coin de rue semble anodin, mais est-ce qu'un pièton réalise qu'un automobiliste qui fait un virage le découvre à la dernière minute? 
 
Est-ce qu'un cycliste qui vient en sens inverse de la circulation réalise qu'il ne donne aucune chance à l'automobiliste de ralentir et d'attendre un moment sécuritaire pour le dépasser? 
 
Est-ce qu'un automobiliste est toujours alerte à son environnement et ajuste son comportement en conséquence? 
 
Bref il faut peut-être réfléchir un peu plus aux conséquence de nos faits et gestes. 
 
On peut éviter de se mettre en danger et de mettre en danger les autres très simplement. Mais chacun doit y mettre du sien! 

Francois Labbe
Montréal


Bonjour 
 
J'utilise mon vélo régulièrement dans les rues de Montréal. J'évite cependant les pistes cyclables qui sont à mon avis encore moins sécuritaires que les rues elles-même. En effet, comme des voitures sont généralement stationnées entre les pistes et les rues, les automobilistes ne voient pas toujours les cyclistes avant d'amorcer un virage. Les cyclistes ont aussi une visibilité réduite du traffic. 
 
Pourquoi ne pas créer des rues réservées à la circulation des vélos à Montréal ? Ces rues pourraient jouer le rôle "d'autoroutes" cyclables et seraient beaucoup plus securitaires -et agréables- pour tous. 
 
 

Stephanie Langevin
Montréal


Une suggestion : 
 
lorsque j'étais à l'école, je me rappelle avoir suivi un cours de sécurité à vélo. Cela se passait dans la cours de l'école, les enfants apportaient leurs vélos et recevaient un livret sur comment se comporter à vélo avec les règles les panneaux de circulation etc. Il y avait même un circuit à faire en vélo et les enfants recevaient un certificat disant qu'ils avaient suivi avec brio... J'ai toujours mon livret de référence, il indiquait aussi comment réparer ma bicyclette et j'y fait référence fréquemment. 
 
Maintenant que j'ai des enfants, j'aimerais bien les inscrire à ce genre de cours qui, je crois est un bon préalable à la conduite automobile plus tard. J'enseigne à mes enfants comment se comporter à vélos quels sont les façcon de signaler nos intentions de tourner ou de ralentir. Mon fils m'imite lorsque nous sommes ensemble à vélo, lui sur la "girafe" attachée sur mon vélo... et nous faisons sourire plusieurs automobilistes.... 
 
Bonne journée 
 
Élaine Cadotte
Élaine Cadotte
Montréal


Ce que je fais toujours pour ne pas être plus handicapé, est de regarder le conducteur avant de traverser une rue pour vérifier s'il ma vu. Je trouve que les gens sur la route, piéton automobiliste cycliste etc, qui ne savent tout simple pas vivre. Les valeurs de civisme son à refaire.  

Daniel Gagnon
Montréal


Bonjour, je suis à l'écoute de votre émission sur la sécurité piétons et des cyclistes. Je voudrais dire à une de vos intervenantes qui disait ne pas avoir de programme sur la sécurité en vélo et à pied pour les enfants que moi, enseignante au préscolaire, j'ai en ma possession un programme de sécurité venant de l'assurance automobile du québec. Cette éducation se fait à l'aide d'un grand livre d'histoires, des affiches et des jeux. Il traite du pieton, du port de la ceinture de sécurité, des panneaux de signalisation et de sécurité en vélo en autobus scolaire. Il a été réedité avec un peu moins de matériel mais tout l'essentiel y est. Je ne sais pas s'il existe encore mais à mon école nous avons eu cette autre version il y a à peu près deux ans. J'aime beaucoup ce programme et les enfants sont très motivés à y participer. J'espère que cette trousse existe encore. Merci!  

Marie-Paule Hade
Laval


Petit message a l'intention de mes amis cyclistes. 
 
Dans un accident contre une voiture, que vous ayez tort ou raison, pouvez-vous comprendre que vous serez toujours les plus grands perdants. Dans votre cas, la défaite veut peut-etre dire la mort. Sachant que vous etes les plus fragiles. la logique voudrait que vous soyez ceux qui prennent le plus de moyens pour se protéger. Hélas, vous faites exactement le contraire. 
Cela ne vous donnera rien d'avoir raison lorsque vous serez sous les roues d'une voiture! 

Jasmin Maltais
Saint-Hubert


Je suis totalement en accord avec tous les intervenants qui ont suggéré d'améliorer les infrastructures pour le vélo. Je me rend souvent au travail à vélo et j'utilise peu les pistes cyclables pour m'y rendre car ce n'est pas assez rapide. Dans les développements futurs, il faudrait penser à faire des voies rapides pour les vélo. 

Benoit Archambault
Montreal/ Petite patrie


Je suis un cycliste en été, un piéton en hiver. 
Moi aussi je roule sur le trottoir, c'est bien plus sécuritaire que la rue et je n'ai pas envie de me retrouver au sol à cause d'un abruti à casquette à l'envers qui roule comme un taré dans sa Honda à la con. 
Je fais toujours attention aux piétons et aux autres cyclistes même s'ils sont en sens inverse sur la rue par contre je ne respecte pas les automobilistes qui se croient tout permis mais surtout veulent impressionner au volant d'affreux VUS. 

Thiery Aubert
Montreal


Le prix du carburant est élevé, les consommateurs ont le verbe haut mais croient êtres impuissant devant ce fait. 
Y a-t-il un média qui pourra dire sur ses ondes que acheter c'est décider. et que une majorité de consommateur peut avoir une influence importante sur le prix d'un produit. Le consommateur ayant choisi de boycotter le plus grand distributeur mondial (Impérial, Exxon, Esso, Mobil) peut en utilisant ce levier influencer les autre pétrolières à conserver des prix plus bas.  
Les gouvernements ne veulent et ne peuvent rien faire. 
Les fabricants de véhicule ne voient pas plus loin que la longueur du dollar.  
Enfin le consommateur est le seul à pouvoir et il ne le sais pas.......  

Bertrand Lemay
Saint-Hubert


C’est l’indiscipline à Montréal. En auto je me dois de regarder dans le miroir avant d’arrêter sur la jaune/rouge et même là je me fais passer à droite par des autos qui brûlent la rouge! En vélo (plus de 900 km cet été), je vois des piétons sur les pistes cyclables et à La Salle je me suis fait tasser par un camion, ce qui m’a fait prendre le trottoir même si c’était illégal. J’avoue avoir roulé un peu vite pour rattraper ce camion (arrêté au feu rouge un peu plus loin) pour lui dire que même s’il aurait attendu 30 seconde pour me dépasser sécuritairement ça ne lui aurait pas nuit. Sa réponse fut que je devrais être sur le trottoir parce qu’il n’y a pas de place pour un camion et un vélo dans la voie de droite (3 voies)! J’avais hâte de trouver des rues plus tranquilles pour me rendre à destination. Avec ce qu’on sait des effets nocifs de la pollution, il est urgent que nos ingénieurs pensent faire des rues plus conviviales pour le vélo à mesure qu’ils rénoveront le réseau routier.  

Michel Handfield
Montréal


Être piéton et traverser certaines rues exige d’être en parfaite forme physique. Traverser la rue Sherbrooke, par exemple – au Jardin Botanique -, exigerait qu’on augmente le nombre de « nids de poule » pour ne pas être renversé par ceux qui semblent daltoniens (vélos et autos) et qui ne font pas de distinction entre le vert et le rouge et qui ignorent à quoi servent les feux de circulation. 
Piéton, on se demande, parfois combien de morts ou de blessés graves il devrait y avoir pour que la réglementation ne favorise pas uniquement les non-piétons. 

Dominique LECOMTE
Montréal


Les vélos devraient être dans la rue, avec la circulation en bande cyclable, sans poteau. Ce système fonctionne à merveille en Californie, tous ont interêt à respecter les lois. Les policiers sévissent des deux côtés, les vélo ne méprennent pas une piste pour un trottoir, les 3 adultes de large et le chien ne sont pas sur la piste cyclable... 
 
Le système de piste cyclable est désastreux à Montréal et extrêmement dangereux grace aux zoufs qui les ont concus. 
 
Les vélos peuvent facilement pointés a 40 km/h, est-ce vraiment logique de les enfermés dans un carcan piétonniers qui zig zag ou de les encadrer avec les automobiles ? 
 
Je crois que l'émission était aussi très clair dans le phénomène suivant : les automobilistes du Québec ne sont simplement pas apte à respecter les piétons, point final. La police, quant à elle, pense encore à sa table de concertation et ses groupes d'étude à la con. 

Marc Peloquin
Saint-Bruno


 


es cyclistes et les piétons du Québec sont-ils plus indisciplinés qu'ailleurs?
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 




Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes