du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
597-3700 (Montréal)
1-877-597-3700 (extérieur)

Les tribunes sont ouvertes jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 18 avril 2006

Accident fatal à Daveluyville

L'accident à Daveluyville
Le week-end de Pâques a été particulièrement meurtrier au Québec. Onze personnes ont perdu la vie sur les routes de la province.  
 
Dans la région du Centre-du-Québec, à Daveluyville, un accident a coûté la vie à trois jeunes hommes. Le conducteur a perdu le contrôle de son véhicule dans une courbe. Après avoir frappé un arbre, le véhicule s'est littéralement sectionné en deux.  
 
Le seul survivant a été accusé de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort, lundi au palais de justice de Victoriaville. Le jeune homme de 21 ans a été libéré sous certaines conditions. Ce dernier n'avait plus de permis de conduire, perdu pour des amendes non payées. Certains doutent d'ailleurs qu'il ait été au volant de son véhicule lors de l'accident. 
 
Les proches du jeune homme, et même certains des parents des victimes, font preuve de compassion envers lui. Selon plusieurs d'entre eux, il s'agit d'un accident, et la mort de ses trois bons amis sera un boulet suffisamment lourd à porter pour l'accusé.  
 
Cette réaction banalise-t-elle la gravité de l'événement? Comment doit-on prévenir la vitesse excessive et l'alcool au volant? 
 
Comment réagiriez-vous si un tel accident arrivait à vos proches? Quelle serait votre réaction si une des victimes ou le survivant était votre enfant? 
 
En tribune, Pierre Maisonneuve reçoit Marie-Claude Morin, directrice pour le Québec des Mères contre l'alcool au volant, Guy Paquette, directeur du Département d'information et de communication, ainsi que directeur du Groupe de recherche en sécurité routière de l'Université Laval, Suzanne Sanschagrin, conseillère en promotion de la sécurité routière auprès des jeunes à la SAAQ, et Diane Pacom, professeure titulaire en sociologie de l'Université d'Ottawa.



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




Mon fils a déjà été impliqué dans un accident grave qui n'a heureusemant fait aucune victime. Je peux vous dire que ce que vivent les parents du jeune chauffard doit être terrible. Leur fils a causé la mort d'autres enfants. Quand on prend conscience de l'ampleur du vide éternel que cette action a créé ils ne peuvent qu`être torturés dans leur chair. Leur propre enfant a semé le malheur...Ils ont toute ma sympathie. 

Danielle Labbé
Drummondville


Montréal, le 18 avril 2006 
 
Bonjour, 
 
Il faut combattre ce mal a sa racine même : le machisme, le virilisme, la masculinitude. 

Nathaniel Thorne
Montréal


En tant que parent, j'imagine la douleur de tous les parents impliqués dans ce drame! et, ils ont toute ma sympathie. 
 
En vouloir à celui qui reste? encore faut-il en avoir encore la force!... 
 
Conduire une voiture à quatre garçons ivres...chacun en porte une part de responsabilité!.. 
 
Comme toujours, quand notre enfant est impliqué dans une connerie, en tant que parent, on se pose la question de savoir ce que l'on n'a pas fait de correct...qu'est ce que l'on aurait pu faire pour empêcher ça? Est-ce que l'enseignement que l'on a essayé de transmettre à notre enfant est correcte? En tant que parent, quand notre enfant est impliqué dans une connerie...on se sent coupable!... 

Pierre Terrail
Sherbrooke


À voir la conduite des automobilistes sur les routes cette fin de semaine, je n’ai aucune difficulté à comprendre pourquoi il y a eu 11 décès. De trop nombreux automobilistes se sentent invincibles et font preuve de témérité et d’insouciance. 
 
Pour répondre à votre question, je pardonnerais la distraction ou la maladresse mais pas la stupidité. Je laisse à la justice le soin de décider du sort du conducteur accusé mais mes premiers sentiments ne sont pas sympatiques à son égard car il m’apparaît que cet accident pouvait facilement être évité.  

Stéphane Bourque
Gracefield


Bonjour, 
 
S’agit il vraiment d’un accident. 
 
L’alcool au volant c’est criminel, qu’on se le dise! Disait la publicité de la S.A.A.Q.. 
 
Quand on va fêter un peu fort on y pense AVANT; on peut avoir un chauffeur désigné qui lui ne boit pas ce soir là, on peut prévoir revenir en taxi, on peut demander à un parent ou un ami de venir nous chercher… 
 
Conduire ivre doit être considéré comme inexcusable peu importe l’age! Il faut une peine exemplaire et dissuasive, sinon le message sera : allez y prenez un coup prenez le volant et si vous survivez on vous traitera en victime! 
 
La victimisation des coupables est très à la mode; bien qu’il faille éviter toutes velléités de vengeance il faut aussi distinguer entre victime et coupable. 
 
Pour une sentence sévère. 

Jocelyn Dussault
Prévost


Non, il n'est pas criminel, mais juste le fait de prendre le volant en état d'ébriété, juste le fait de rouler à des vitesse complétement folles, tous ça c'est criminel et qu'elle que soit la personne. Alcool et vitesse ne vont pas ensemble quand les gens vont-ils enfin comprendre, quand il y a un mort dans leur proche. 

Linda Rastoll
Sherbrooke


Pour ma part, j'ai été étonnée d'entendre de la part de l'un des parents qu'il s'agissait là d'un simple accident. Je ne suis pas d'accord. Il y a eu prise excessive d'alcool, qui pouvait mener à un tel accident. C'est comme si on avait volontairement enlevé une roue de la voiture pour provoquer l'accident. L'exemple est peut-être exagéré, mais on comprendra ce que je veux dire. 
 
Je comprends toutefois que les parents n'ont pas voulu alourdir le fardeau du jeune conducteur, qui devra vivre le reste de sa vie avec ces morts sur la conscience.  

Suzanne Lachance
Saint-Hubert


Bonjour, 
Vous êtes surpris de cette hécatombe? 
Lorsque l'on encourage le laxisme au volant (du non respect des limites de vitesse à l'indulgence envers la bière), ce que l'on fait c'est stimuler tant la naïveté que la bêtise. 
Que les gens veuillent pardonner, c'est à peine compréhensible parce que c'est inciter à une autre tuerie. 
 
Alors que l'on dise que les Québécois de par leur caractère latin sont différents, le discours des péquistes de la CSN et de la FTQ, ou que l'on refuse les photo-radar au cas où on ne saurait pas qui conduit, c'est en dernière analyse le pouvoir politique qui n'accepte pas de perdre des votes en étant rigoureux. 
 
Avez-vous pensé à ce qu'on économiserait en soins de santé si le code de sécurité routière était observé? 
 
Comme la fin de semaine dernière en Outaouais il y aura d'autres morts victimes de l'apologie de la connerie! 

Jean Lengellé
Embrun


Bonjour M.Maisonneuve, 
 
Je peux comprendre le pardon car inutile de vivre dans la rancune ,,,ça ne ramène pas votre enfant. Mais, je trouve inexplicable de libérer ce jeune qui d'ailleurs roulait sans permis, en état d'ébriété. Où se trouve le dissuassif pour ce jeune et surtout pour tous les autres que je ne manque pas de voir sur nos routes. Il faut très rapidement resserrer la visse, augmenter l'effectif policier sur nos routes particulièrement dans nos petites villes où il y a un laisser -aller insupportable, dangereux pour tous les citoyens. 
 
p.s :vous devriez voir la vitesse dans les rues de Grand-Mère autant en auto que sur des motos.... 

Monique Rossignol
Grand-Mère


La prévention et la répression sont à améliorer... 
 
D'abord, les autres jeunes auraient dû prendre la décision de ne pas monter à bord de ce véhicule. Ils sont donc tout aussi coupables. 
 
D'un autre côté, un jeune dont le permis est suspendu et qui conduit quand même en état d'ébriété doit être sanctionné. 
 
Drôle de société qui envoie le message par les publicités télévisées de boire de l'alcool, de conduire vite et de jouer à des jeux de hasard puis qui tente de sensibiliser les jeunes à l'école ou à la télévision sur les dangers de la boisson, de la vitesse et du jeu de hasard. 
 
Allez y comprendre quelque chose! 

Jean-François Pignon
Montréal


Moi aussi, j'estime que la sentence doit être sévère mais la jurisprudence dans ce type d'accident est trop clémente, comme dans le cas des meurtres d'enfant, d'ailleurs. 

Michel Alain
Lac-Beauport


Si on souhaite faire le fou, quitte à se tuer, c'est une chose. Mais que l'on risque aussi la vie d'autrui, ça c'est criminel. Le chauffeur et les passagers étaient, en quelque sorte, consentants à prendre ce risque. Mais ils ont également menacés la vie de ceux qui étaient, ou auraient pu être, sur la route à ce moment.  
 
Conduire trop vite ou avec les facultés affaiblies, c'est un comportement irresponsable, indigne de l'intelligence humaine, absolument pitoyable.  
 
Une voiture, c'est aussi dangereux qu'une arme à feu dans les mains d'un imbécile. 

Luc Boisjoli
La Macaza


Si le survivant était mon fils, je lui dirais ma profonde déception, ma colère peut-être mais sans insister plus pour l'instant : l'heure est à se préparer à faire face à la justice. Je l'accompagnerais à travers ses démarches. Si je ne le faisais pas, qui le ferait à ma place ? Il faut beaucoup de courage à des parents pour encadrer, réconforter et soutenir un enfant gravement fautif. 

Marie Lauzier
Montréal


Âgé de 25 ans, je me mets à la place du jeune homme accusé et non de son entourage, tout en présumant de son innocence. Dans le cas où j'aurais été au volant lors de la mort de mes trois amis et en état d'ébriété, je serais incapable de demander pardon ou d'être gracié. La mort de mes amis serait trop grave pour oser demander quelque faveur que ce soit. 
 
Tuer quelqu'un lorsque nous sommes en état d'ébriété est un acte criminel. Choisir de conduire en état d'ébriété est un acte délibéré. Être libre de choisir implique d'assumer les conséquences de ses choix. Je suis convaincu que ce jeune homme n'a jamais voulu que de tels événements surviennent, mais il doit tout de même assumer. 
 
Et arrêtons de pointer du doigt le gouvernement et la société en général pour les erreurs d'individus. Nous devons être collectivement ET individuellement responsables.
Philippe Parenteau
Québec


La société ne veut pas que les jeunes conduisent en état d'ébriété mais les bars et discothèques vivent en vendant de l'alcool aux jeunes. Le jeune qui veut faire de nouvelle rencontre, la seule façon est de veiller dans ces endroits.  
 
Je jeune doit apprendre à ménager entre la chèvre et le chou à un age qui aime bien lever des défis. 

Dany Leblanc
Saint-Jude


Les parents jouent un rôle capital dans le comportement des enfants qui héritent d'eux mentalités et habitudes.  
 
La vitesse excessive liée aux facultés affaiblies n'arrivent pas par hasard.  
 
La réaction d'appui envers le chauffard de la part des parents et amis manque pour le moins d'objectivité et confirme mes dires. 

Georges LeSueur
St-Ambroise


La voiture peut être considérée comme une arme si elle est mise dans de mauvaises mains.  
 
Il est proprement scandaleux de constater que la personne au volant lors de cet accident et qui a causé la mort de trois personnes se retrouve en liberté à la suite de ce carnage surtout que son permis était révoqué.  
 
Quel message voulons-nous donner aux jeunes et à la population en général au sujet de la conduite en état d'ébriété? 

Luc Lapointe
Montréal


Je suis mère et, malgré ma profonde tristesse, je ne pourrais que dénoncer la fatale négligence qu’aurait démontré mon enfant, s’il avait été le seul survivant, car jouer avec la vie des gens est réellement un geste criminel. 
 
Cependant, comment voulez-vous que les parents des victimes condamnent le seul survivant, puisque leurs enfants étaient eux-mêmes complices ? 
 
Les jeunes imitent. Ils imitent les adultes, les publicités, les films, les jeux vidéo… Oui, ils sont attirés par la vitesse, et les sensations extrêmes, mais n’y a-t-il pas, derrière ces comportements, un désir caché d’en finir avec la vie … ? Que faisons-nous, en tant que société, pour donner aux jeunes un sens à leur vie?  

Chantal Larose
Repentigny


Dans un pays ou la limite absolue de vitesse est de 100km/h, pourquoi la société tolère des véhicules qui roulent à 300 km/h avec des accélération de 0 à 100 km/h en bas de 5 secondes. 
 
Quel est le message? 
 
Pourquoi les cours de conduite obligatoires ont été ablolis, un temps qui peu être consacré à l'acquisition des compétences mais aussi à la formation psychologique, la responsabilisation et aussi à la non délivrance d'un permis si la personne ne semble pas fiable. Ça remplacerait bien des publicité. 
 
Un peu de cohérence dans notre société serait bien venu.... 

Serge Hervé
La Prairie


Je m'étonne qu'on ne se pose pas la question suivante : de quel droit jugeons-nous ainsi sur la place publique avant même que les instances aient complété leurs enquêtes et aient donné leur avis. 
 
Ce n'est pas au grand public, qui n'a pas accès à toutes les informations sur la tragédie en question, à juger de la situation. La médiatisation de tels dossiers ne règlera jamais rien, au contraire, elle va laisser des traces importantes tant aux gens qui survivent à de tels accidents qu'aux proches de ceux qui ne survivent pas. Cela fait de belles pages à la une, de belles émissions aux grandes cotes d'écoute. Mais quand l'attention du public, bientôt, sera détournée sur d'autres sujets, que connaissons-nous des impacts de notre jugement? 

Alain Thivierge
Sherbrooke


Depuis le temps que l'on avertie partout dans les médias que c'est dangeureux de conduire en état d'ébréité et de faire les fous au volant, des jeunes énervés se fouent encore et toujours des recommandations malgré les nombreux accidents mortels. 
 
S'ils sont trop jeunes de mentalité pour conduire, qu'on leur enlève leur permis! 
C'est assez ces tueries sur nos routes du Québec! 
Non je ne pourrai pas pardonner si cela arrivait de perdre un proche dans une telle situation! 

Lucille Labrie
St-Jean


Appeler cela un accident! 
Quand les parents manquent de jugement, est-il bien étonnant que les enfants en manquent aussi? 

Michel Berthiaume
Sherbrooke


Bonjour! 
 
Mon fils de 13 ans me dit : Mais qu'esrt-ce qu'ils ont en tête? Comment ne se rendent-ils pas compte qu'ils vont causer un accident ou même la mort? Pourquoi conduisent-ils ivres??? 
Pourquoi la vitesse? 
 
J'ai le sentiment que ces jeunes qui cherchent la sensation extrême n'ont pas reçu une éducation, un encadrement adéquat, un minimum d'amour. 
 
Que font tous ces parents démissionnaires? 

Alice Masson
Québec


M.Maisonneuve 
 
Je trouve cela bien triste que 3 jeunes aient perdu leur vie mais je crois sincerement que nous sommes encore en train de vouloir aseptiser cette environnement de vehicule motorise. 
 
La jeunesse restera la jeunesse avec tout ce qui vient avec ! 
 
Votre question a ce professeur "Pourquoi les jeunes roulent vite ?" C'est simple, parce qu'ils sont jeunes ! 
 
Pourquoi nous sommes jete au bas d'un falaise au chute de Rawdon ? 
 
Le meme phenomene se produisant dans les annees 60, 70 et 80 et beaucoup moins mediatiser. 

Alain Champagne
Laval


Bonjour,  
 
Je crois qu'il manque une variable à votre sujet. Un article dans la revue Nature est parue il y a quelques années, et je crois que vous en avez parlé à votre émission.  
 
Il y a une partie du cerveau des jeunes êtres humains qui ne se développe pas avant la vingtaine, de sorte qu'il et qu'elles peuvent devenir des bons et bonnes soldat(e)s mais aussi des bons et bonnes assassin(e)s. 
 
La seule chose à faire avec ce jeune homme, c'est de tout faire en sorte qu'il se débarasse de son problème d'alcool. Sa peine, c’est de vivre avec sa gaffe. Il y a trois vies de perdues, tout considérant la souffrance des familles et ami(e)s affligé, une autre ça saurait de trop. 
 
Merci et bonne journée ! 

Alberto Poulin
Saint-Nicolas - Lévis


La majorité du temps quand j'entends des adultes parler des ados, je trouve qu'ils ont une tel incomprehension de ce que pense un ado. Un ado ne se sent pas invincible, il n'a pas peur de mourir. On hérite d'un monde détruit, sans repére sans but, qu'on voit détruire par des adultes et qu'on n'y peut rien. Les jeunes n'ont pu espoir dans l'avenir. De où ça va sauter : l'environnement, les terroristes, les bombe nucléaire...  
 
On est jeune et désilusioné et on nous demande de faire attention de vivre notre vie tranquillement, sans risque, de rentrer dans le moule et de ne pas faire de bruit. Vivez avec les conséquences du monde insipide de la consomation que vous avez créer et laisser nous vivre un peut avant qu'on meurt en banlieue ou que notre monde soit détruit... 

Jérémie Gobeil
Québec


Je ne suis pas juriste et il s'agit ici d'une question plutôt que d'un commentaire. 
 
Pourquoi se fait-il que la sentence diffère selon les cas? 
 
L'acte de prendre le volant en état d'ébriété est répréhensible par lui-même. Qu'il y ait accident, blessé ou mort est regrettable et douloureux pour tous. Par contre, le conducteur ne voulait pas causé de mal (espérons-le). Alors, pouquoi est-il plus coupable que celui qui n'a pas eu d'accident? 
 
Ou, plutôt, 
 
Pourquoi celui qui n'a pas eu d'accident est moins coupable que l'autre? 

Hugues Landry
Montréal


Je pense que la réaction des proches des victimes vient peut-être du fait que ces derniers(les victimes) étaient possiblement dans le même état que le conducteur, qu'ils n'ont rien fait pour l'empêcher de conduire ou tout simplement qu'ils auraient dû refuser de monter avec lui....quant à moi ils sont tous responsables....mais c'est bien triste... 

Nicole Lebeau
St-Bruno


La technologie existe pour empêcher un véhicule de démarrer si le conducteur est ivre. Un juge peut imposer de faire installer un tel système sur sa voiture si on a récidivé en conduite en état d'ébriété. Pourquoi n'y a-t-il pas de loi pour imposer l'installation d'un tel système à l'origine? Le gouvernement (j'ignore lequel) a-t-il peur? De qui? 

Pierre-René Goupil
Laval


A 20 ans, l'on croit qu'on est a l'épreuve des balles... Pourquoi en est-il ainsi?Publicité, désinformation, je-m'en-foutisme. Triste affaire... 

Marcel Laplante
mont-louis,gasp.


L'ai-je manqué ou ça n'a pas été mentionné? 
 
Ce n'est pas tellement de pardon dont il est question ici de la part des parents endeuillés... 
Ils savent bien que si ça n'avait pas été le jeune inculpé qui avait conduit en état d'ébriété c'aurait été un ou l'autre des trois autres passagers!  
 
Leur compréhension aurait été tout autre si ces jeunes avaient été fauchés par le conducteur ivre d'un autre véhicule. 

Lise Hardy
Québec


Bonjour, 
 
Voilà 35 ans, le 24 décembre à 23.30 hrs nous avons connu un évènement tragique du genre. 
 
5 passagers prenaient place dans l'auto que conduisait mon frère ainé, trois sont morts, les deux seuls survivants, mes deux frères. Dans l'autre voiture, également deux frères dont un n'a pas survécu. 
 
Mon frère était sobre. Il commence à se pardonner l'évènement, commence à dire que c'était un accident, car les circonstances n'ont jamais été éclaircies 
 
Les familles ont compris que c'était un accident mais mon frère lui s'est toujours blàmé, mais il faut laisser le temps agir. 

Annie Girard
Plessisville


Bonjour, pour cet accident à Daveluville .Il est inacceptable que les gens trouve presque normale un accident si tragique. Conduire une auto en état d`ébriété et sans permis est aussi criminel que de permettre à un assasin de se promener avec un révolver. 

Gilles Teasdale
Montréal


Bonjour M. Maisonneuve, 
 
Le pardon pourra peut-être atténuer bien des choses mais le pardon n'annule pas la sanction. 
Lorsqu'on faute en "pleine connaissance de cause", on ne peut pas faire autrement que de sanctionner sévèrement. 
 
Bonne journée 

Carl Castonguay
Saint-Rédempteur


Je réagirais très mal et je serais très déçue du peu d'intelligence 
que possède une personne qui 
prend le volant en état d'ébriété, sachant 
que ça prend une seconde d'inattention 
pour avoir un accident à la roue. 
 
Un permis de conduire est comme un fusil chargé qui donne le droit de tuer sur la route! 
 
Nous avons plusieurs dangers sur nos routes comme les drogués, les suicidaires, les minounes, les pneus aux fesses et j'en passe! 
 
Les vedettes qui se promènent dans leurs limousines en état d'ébriété devraient recevoir de fortes amendes pour décourager les autres de faire pareil. 
 
C'est CRIMINEL de conduire en état d'ébriété. 

Yolande Taupier
Magog


J'ai appris à conduire à 18 ans et juste à ce moment-là la publicité "L'alcool au volant, c'est criminel, qu'on se le dise!" est apparue dans le décor. Cette affiche a été un important déclic, moi qui avais jusque-là été une passagère plutôt insousciante avec mes amies de fille qui conduisaient "en boisson"... Ce slogan est resté dans ma tête, il a été pour moi un compagnon qui m'a aidée à être responsable malgré toutes les nombreuses tentations et occasions de négligence. Je suis fière de dire que je n'ai jamais conduit en état d'ébriété, et j'espère que mes enfants seront touchés par quelque chose eux aussi durant cette période de vie très rock and roll! 

Julie Godin
Beaconsfield


Si les 4 jeunes avaient frappé un enfant sur la route, qui auraient responsables ? Le conducteur ou tous les occupants de l'auto ? 
 
À mon avis, la raison pour laquelle les proches pardonnent aussi vite, est qu'il est évident que tous les jeunes dans l'auto avaient des chose à se reprocher.  
 
En pardonnant par compassion, les gens se trouvent à banaliser deux volets à l'incident : l'irresponsabilité du conducteur s'il était effectivement ivre et le manque de devoir des autres occupants de l'empêcher de conduire. 
 
Ils auraient pu tuer quelqu'un d'autre à l'extérieur de la voiture. Comment la nouvelle aurait été traitée ? 
 
La bêtise qui tue ne peut être pardonnée. 

Réjean Moreau
Varennes


Ce n'est ni un accident ni une collision mais un drame et toute mon admiration va aux familles des victimes qui ont choisi de pardonner et évitent un conflit larvé dans leur communauté. Ça n'empêche pas les groupes de faire des pressions pour des sentences plus sévères. Mais quand donc va-t-on mettre au pas la toute puissante industrie automobile qui fait la pluie et le beau temps (c'est le cas de le dire) avec des véhicules toujours plus rapides et puissants et loin d'être sécuritaires. Et que dire de la publicité qui incite les jeunes aux pires cascades... 

Hélène Paulette
Inverness


Que dire de la responsabilité de ce jeune homme qui savait qu'il ne pouvait prendre une voiture, puisqu'il n'avait plus son permis de conduire! Je sais qu'il est difficile pour des parents de se faire obéir par un jeune qui ne veut rien entendre à l'autorité parentale ou autre. Cependant, se faire entendre commence alors que les enfants sont tout jeunes.  
 
Que dire, aussi, du système de justice québécois? En réponse à cette question, je vous donne une citation puisée dans le livre La République de Platon (350 ans avant J. C.) " Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants [...], lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus rien au-dessus d'eux, alors c'est le début de la tyrannie." N'est-ce pas que Platon est moderne et visionnaire et que cette citation s'applique à une telle situation... 

Louisette Bernard
Trois-rivières (secteur Pointe-du-Lac)


Je trouve cela touchant que les familles des victimes pardonnent au jeune homme. 
 
Par ailleurs, la Justice doit sévir contre l'individu. Sinon on envoie aux autres cowboys de la route le message que ces infractions là ne sont plus sanctionnées, ce qui encouragera davantage d'autres chauffards à commettre ces actes dangereux. Pourquoi pardonner à un chauffard et pas aux autres criminels de la route? On ne peut pas lésiner là-dessus, sinon ça vient détruire tous les messages que la SAAQ nous envoie depuis des années. 
 
Le jeune homme était conscient que boire et conduire est un acte criminel. C'est SA responsabilité de ne pas boire abusivement. 
 
De plus, la tolérence envers ces individus fera augmenter davantage les primes de la SAAQ, et comme citoyen responsable, je n'ai aucune envie de payer plus cher à cause de ces jeunes cowboys. Qu'ils assument leur responsabilité. 

Luc Desjardins
Montréal


Le PARDON, selon MONBOURQUETTE (Extraits de "Comment pardonner ? ") : 
 
. Réflexions sur la nature du pardon 
. Démasquer les fausses conceptions du pardon 
. Le pardon, une aventure humaine et spirituelle 
 
. Les 12 étapes du pardon authentique 
 
- Reconnaître sa blessure 
- Partager sa blessure 
- Bien identifier sa perte pour en faire le deuil 
- Accepter la colère et l'envie de se venger 
- Comprendre son offenseur 
- Cesser de s'acharner à vouloir pardonner, etc. etc. 
 
Tout ça pour dire que j'en ai marre de la télé et de la radio qui demande aux victimes, 15 minutes après une offense (criminelle ou pas) : Avez-vous pardonné ? Laissons donc les gens respirer et donnons-leur le temps de traverser les 12 étapes pour un pardon authentique 
 

Marie Lauzier
Montréal


 


Accident fatal à Daveluyville
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
Alcool au volant
Site de la Société de l'assurance-automobile du Québec

 
Les mères contre l'alcool au volant


Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file