du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
514 597-3700 (Montréal)
1 877 597-3700 (extérieur)

Les tribunes sont ouvertes jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 15 mai 2007

Langues officielles : Fraser condamne l'inertie du fédéral

Graham Fraser
Le commissaire aux langues officielles publie un premier rapport annuel très critique à l'égard du gouvernement conservateur. Graham Fraser indique que, « malgré l'exemple qu'offre le premier ministre Harper à titre personnel en utilisant les deux langues officielles, les actions du gouvernement ne sont pas à la hauteur de ses paroles ».  
 
Le commissaire cite en exemple les compressions budgétaires annoncées l'automne dernier, qui ont mené notamment à l'abolition du Programme de contestation judiciaire. Graham Fraser s'inquiète aussi du sort du Plan d'action pour les langues officielles, adopté en 2003. 
 
Le rapport Fraser note un glissement dans certains ministères, quant aux services offerts au public et à la langue de travail. 
 
Et vous, êtes-vous satisfait de l'action du gouvernement fédéral en matière de langues officielles? 
 
Pierre Maisonneuve s'entretient avec Graham Fraser, commissaire aux langues officielles, avec Richard Nadeau, député bloquiste de Gatineau et porte-parole du Bloc québécois en matière de langues officielles, avec Raymonde Folco, députée libérale de Laval-Les Îles et porte-parole de son parti en matière de langues officielles, et avec Yvon Godin, député d'Acadie-Bathurst et critique du NPD en matière de langues officielles.



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




Graham Fraser a une critique impartiale qui fait honneur à son objectivité. Il est vrai que le fédéral et tout l'ouest canadien ont toujours considéré les francophones comme la sous-culture du Canada. C'est une des causes avec la tutelle de la couronne britannique qui font de la souveraineté du Québec un devoir de fierté. Les continuelles traductions venues de l'Ontario et l'exemple récent de celles de la commémorationqui qui nous ont fait honte au monument de Vimy sont des exemples de ce mépris inscrit dans la mentalité anglophone hors Québec.
Georges LeSueur
St-Ambroise de Chicoutimi


M. Maisonneuve! 
 
Avez-vous déjà entendu des louanges, vous, de ce commissaire, quel qu'il soit? 
 
Non, je ne suis jamais satisfait de l'action du gouvernement fédéral en matière de langues officielles! C'est de pire en pire. 
 
Qu'attendre d'ailleurs autre chose de ce bilinguisme exaspérant pour une population à 72% anglophone et à 23%, francophone? 
 
Sempiternelles jérémiades et raisons labirynthiques administratives qui ne corrigent jamais rien! 
 
Vivement la souveraineté et l'anglais d'un bord et le français de l'autre!
Gérald Séguin
Montréal


La ministre Verner existe-t-elle vraiment ou n'est-elle qu'une illusion au même titre que le bilinguisme du gouvernement Harper ?
Michel Alain
Lac-Beauport


Bonjour M. Maisonneuve, 
 
Je crois que poser la question c'est y répondre. En abolissant le Programme de contestation judiciaire, le gouvernement Harper à démontrer son mépris pour les minorités francophones du pays. Ça ne date pas d'hier qu'on note que les francophones sont les plus bilingues de ce pays ! L'usage d'une langue est un geste éminamment politique au Canada, malheureusement ! J'ai habité dans la région d'Ottawa assez longtemps pour voir que le respect des langues officielles se fait surtout sur les panneaux et affiches. Il serait temps d'exiger une plus grande reconnaissance du français au Canada.
Hugo Braën
Montréal


La ministre Verner trouve le temps de se pavaner devant les caméras pour ridiculiser Gilles Duceppe, mais elle n'est pas disponible pour une entrevue où elle aurait à expliquer la chaos qui règne dans son ministère. Les conseillers en communication de madame Verner devraient lui rappeler qu'on ne tire pas de pierres quand on demeure dans une maison de verre.
René Groulx
Sherbrooke


Bonjours M.Maisonneuve.  
 
Comme vous le faisiez remarquer précédament en discutant de la nouvelle émission " Tout le monde en parlait" qui sera animée par Anne-Marie Dussault, ce soir, quand une majorité française abdique ces droits à une minorité anglaise, on ne doit pas se surprendre d'être en voie de disparition. Maîtres chez-nous, pas seulement au Québec, maintenant à Terre-Neuve, offre des possiblités d'association et d'échange qui secouerait l'idée que l'est du Canada est l'éternel enfant pauvre de cette confédération boîteuse. L'Écosse lointaine pourrait bientôt reconnaitre deux nouveaux pays au chapitre des Nations. Les conservateurs de Steven Harper pourraient se concentrer uniquement sur l'Alberta, comme aujourd'hui.
Mario Goyette
Charny. Qc.


Je tiens à mentionner que plusieurs universités québécoises ne respectent pas les langues officielles. Par exemple, lorsque j'étais étudiant en chimie et en informatique, le matériel pédagogique utilisé par les professeurs de sciences tels les livres étaient majoritairement en anglais.
Sébastien Gaudreault
Chicoutimi


Voilà une désolante réalité qui ne fait que trahir l'état réel du traitement de la langue française dans ce pays. Pourtant il est prouvé que le fait que le Canada soit bilingue est très bien considéré à l'étranger. On devrait plutôt mettre de l'emphase pour la promotion du bilinguisme coast to coast, ce qui nous distingue.
gaétan fontaine
montréal


Comment se fait-il qu'après plus de quarante ans on en soit encore aux balbutiements dans notre politique linguitique canadienne. Il n'y a qu'une seule réponse à ça, c'est le manque de volonté politique, une culture de mandarins fédéraux d'un seul penchant linguistique ainsi qu'une fausse impression que les francophones au Canada sont la deuxième nation. Qu'on est loin des pays européens où apprendre une, deux et même trois langues ne semble pas enlever quoique ce soit à personne.
Jacques Péloquin
Québec


Arrêtons de brailler sur le traitement des francophones au Canada et faisons du Québec un pays francophone. 
 
Je refuse d'être victime.
Dany Leblanc
Saint-Jude


Le bilinguisme est à l'image de ce pays, une farce!
Laurent Piché
Montréal


Ce n'est même plus un manque de respect, c'est un mépris à grande échelle de ce que nous sommes. Le Canada n'est pas bilingue et il n'y a aucune volonté qu'il le devienne. Et les discours hypocrites me font rager. Quelle grande FARCE.
André Michaud
Boucherville


Le Canada bilingue n'est qu'une utopie supporté par une minorité de "trudeauistes" qui sont les gardiens de l'unité nationale. La réalité est malheureusement tout autre...En attendant la souvraineté du Québec, il faut se battre pour la sauvegarde du français au sein du Canada .
Patrick Gosselin
Montréal


L'élimination du budget et des règlements qui protègent les minorités francophones est un bon exemple du fédéralisme d'ouverture que nous proposent les conservateurs. On ne devrait pas se surprendre si M. Harper décide d'éliminer le poste de commissaire en langues officielles.
Alexander Jaramillo
Sherbrooke


Le programme des langues officielles au Canada est une mauvaise blague que l'on répète depuis plus de 40 ans. 
 
J'ai débuté ma carrière au gouvernement fédéral comme professeur de français, langue seconde, au début des années 70. Après 31 ans dans l'appareil fédéral, j'ai vu défiler de nombreux gouvernements qui ont tous fait chou blanc en la matière. Personne ne suit les recommandations du Commissaire aux langues officielles. Si évolution il y a c'est dans le sens d'une marginalisation du français. Et attention! Qu'on ne me dise pas que la minorité de langue anglaise au Québec subit le même traitement. Même les fonctionnaires fédéraux unilingues font des pirouettes pour accommoder nos concitoyens anglophones. 
Le problème n'en est pas un de structure ou d'imputabilité. C'est est un de volonté. De volonté politique d'abord. Le bilinguisme est une coquille vide tout comme la Ministre Verner, l'actuelle responsable du dossier.
René Reid
Québec


La région d'Ottawa fait piètre figure. Je me rappelle d'une proposition pour en faire une ville bilingue. Cela vaudrait la peine de mettre en vigueur une telle politique. À plusieurs reprises, j'y ai eu de la difficulté à obtenir du service en français dans des commerces, des restaurants et le train de Via Rail. Cela donne une très mauvaise image du pays aux visiteurs venus de l'étranger. À toutes ces occasions, cela ne semblait pas déranger la clientèle anglophone que des francophones se fassent traiter comme des citoyens de seconde classe. La seule exception dont j'aie été témoin a été la réaction d'une américaine de passage dans un train de Via Rail où je me suis fait maltraiter par un préposé aux sandwiches.
Jean-Victor Côté
Saint-Bruno-de-Montarville


Cache ce sein que je ne serais voir, voila une phrase celebre que l'on pourrait adapter pour les conservateurs, Cache ce red neck que je ne saurais voir.
Francois Cormier
Brossard


En cette période d'éliminatoires du hockey, les Anglophones peuvent regarder les matchs à CBC. Pour regarder le hockey gratuitement, les Francophones doivent aussi aller à CBC.ca.  
 
Il y a bien le Réseau des sports qui diffuse les matchs en français, mais ce n'est pas gratuit. Cce n'est pas le câble de base et ce n'est pas disponible partout au pays.  
 
Un bon exemple de recul dans nos simples droits de téléspectateurs canadiens.  
 
On semble oublier que notre pays compte deux langues officielles, le français et l'anglais de même que la charte des droits qui interdit toute discrimation entre autres en raison de la langue. 
 
René Lecavalier doit se tourner dans sa tombe.
Janette Bertrand
Ottawa


Bonjour, 
 
Les ministres conservateurs doivent obligatoirement recevoir l'autorisation du bureau de M. Harper pour répondre aux questions, lorsqu'ils sont sollicités. La raison est fort simple  : La faiblesse généralisée des membres du cabinet énerve le premier ministre. Aujourd'hui, Mme. Verner n'a pas obtenu la permission de répondre à vos questions. Hier cependant pour la caméra, on lui avait permis répéter sa petite farce au sujet de M. Duceppe.  
 
Lorsque j'entends parler de problèmes linguistiques dans mon propre Pays, je me pose toujours cette éternelle question  : Comment se fait-il que l'Allemagne, qui a fait si mal à l'Europe toute entière pendant deux grandes guerres qui ont duré 10 ans, puisse déjà fonctionner main dans la main avec les ennemis d'hier? Au Canada, après 250 ans on ne se comprend pas encore. Sommes nous arriérés à ce point?
Gaston Langlais
Gaspé


 


Langues officielles : Fraser condamne l'inertie du fédéral
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
Langues officielles : Fraser écorche Ottawa
Article de Radio-Canada.ca - 15 mai 2007

 
Rapport annuel 2006-2007 du commissaire aux langues officielles
 
À la recherche d'un Canada bilingue et biculturel
Dossier des Archives de Radio-Canada



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file