du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 11 h 30
514 597-3700 (Montréal)
1 877 597-3700 (extérieur)

La tribune téléphonique est ouverte jusqu'à 16 h pour recevoir vos commentaires sur le sujet du jour.

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca


Le 8 mai 2008

Le 400e de quoi?

Pour le premier ministre Stephen Harper, le Canada est né, en français, à Québec, il y a 400 ans.  
 
La fondation de Québec est aussi la fondation de l'État canadien, a-t-il dit aux Communes.  
 
La gouverneure générale serait ainsi la successeure de Samuel de Champlain, le premier gouverneur du Canada.  
 
Le chef du Bloc québécois, Gille Duceppe, conteste la vision conservatrice. M. Duceppe a tenu à rappeler au premier ministre Harper que la fête du 400e était une fête purement québécoise, et non une fête pour la nation canadienne. 
 
Quel sens historique doit-on donner aux fêtes du 400e anniversaire de Québec? 
 
Les invités de Pierre Maisonneuve : Bob Rae, porte-parole de l'opposition libérale chargé des Affaires étrangères, Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois, Régis Labeaume, maire de Québec, et Denis Vaugeois, historien et ancien ministre péquiste.



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




je suis partagé entre la colère et la tristesse, en voyant s'étaler dans les médias, l'exemple de ce qui définit avec une clarté aveuglante, le sens premier du mot perfidie. 
 
Assimiler comme le fait ce gouvernement fédéral, et ce premier ministre, la fondation de Québec et la naissance du Canada, plus fourbe que ça tu meurs.  
 
Et la France, cette mère patrie indigne, fidèle à elle-même, chosit une fois de plus de nous trahir avec une désinvolture à faire frémir les plus courageux.  
 
Tout cela provoque chez moi un haut le coeur innomable. 
 
Beurk!
Gilles Théberge
Notre-Dame-de-Ham


Le 3 juillet 1608, Samuel de Champlain débarque avec ses troupes à Québec pour y établir un poste de traite qui est vite devenu un point de départ important pour l'exploration du continent via le Saint-Laurent, les Grands Lacs et ses nombreux affluents.  
 
Québec est le plus vieil établissement permanent (sans interruption) en Amérique du Nord, donc la plus vieille ville au Nord de Mexico, n'en déplaise à Tadoussac, Port-Royal, Jamestown ou Trois-Pistoles. C'est ça la raison de la fête  : une ville de 400 ans. 
 
Québec est bel et bien le berceau de l'Amérique française, la pierre d'assise de la construction du Québec et du Canada. Mais, il n'y a pas de parenté connue entre Élizabeth II, Michaelle Jean et Samuel de Champlain. Si Harper a des documents qui prouvent le contraire, ça mérite d'être publier. Je veux voir.
Pascal Bélanger
Montréal


Nos dirigeants politiques canadiens devraient relire leur manuel d'histoire. 
Samuel de Champlain a fondé Québec au nom du roi de France et non pas au nom de la monarchie britannique. 
De plus, le pays s'est construit à partir d'une conquête, celle de la royauté britannique. 
Nos dirigenat politiques ont omis beaucoup trop de faits historiques, de sorte qu'ils ont conclu que Champlain a tét le fondateur du Canada, il n'y a qu'un pas, pas qu'ils ont franchi allégrément.
Eugène Poulin
Québec


Le 400ème de Québec ouvert par la représentante de la reine d'Angleterre, c'est original! Malgré toute la sympathie que nous inspire notre belle Québécoise Michaelle, il y a là une situation un brin embarrassante. 
Fête-t-on le 400ème de Québec ou la naissance du Canada? Peut-on dissocier ces deux évènements? 
Canada Français, Ô peuple fondateur, tu refais surface par la grâce de la Gouverneure Générale, représentante de Sa Gracieuce Majesté Elisabeth, reine du Canada et de cette Angleterre qui t'a vaincue!  
Mais dans le fond, cessons de brasser une cage aux barreaux vermoulus. Ces sempiternelles querelles ne viennent qu'agiter de vieilles histoires et brouiller le climat entre deux nations colonisatrices qui ne s'entendent pas si mal que ça! 
Et vive le 400ème!
Georges LeSueur
St-Ambroise


Cette année marque le 400ième anniversaire de la ville de Québec. C'est la ville de Québec que l'on fête. Québec étant la capitale nationale des québécois, le berceau de notre nation, on fête, par extension, le Québec et la nation québécoise. Ce n'est pas la fête de la francophonie nord américaine. C'est encore moins une fête liée au Canada, un bâtard lointain descendant de Québec. C'est la fête de Québec, l'ancêtre commun de tous les québécois. Ce n'est pas la fête d'un lointain descendant né hors mariage, le Canada, fruit d'une guerre et d'un viol, plutôt que d'un amour librement consenti. 
 
L'attitude du gouvernement canadien et de ses représentants ne m'étonne pas. Le Canada n'a pas de légitimité réelle et tente toujours d'en imposer une. On commence à comprendre le sens de la nation québécoise "à l'intérieur d'un Canada uni", telle que définie par Stephen Harper. C'est une coquille vide que je n'ai pas envie de fêter, ce qui ne m'empêchera pas de fêter MON Québec.
Paolo Mitriou
Lac-Mégantic


La vice-reine descendante de Champlain!  
 
Où sont ceux qui tentent de nous convaincre depuis des décennies que la conquête est une vieille rengaine d'indépendantistes.  
 
Même si elle est interprétée par des dégoulinures de bons sentiments Royaux, cette nouvelle interprétation de l'Histoire est un acte de provocation. 
Je suis furieux.
Michel Boulay
Acton Vale


Les déclarations de M. Harper conduisent à un révisionnisme historique inacceptable. Qu'on le veuille ou non le Canada est issu de la conquête britannique qui a suivi plus de deux siècles de présence exclusivement française ici. Le Canada anglais n'a rien à voir avec la création de la ville de Québec. Cette facilité pour le ROC de réécrire l'histoire est un bel exemple des irritants qui continuent à favoriser l'existence des deux solitudes.
André Labelle
Laval


Cette « célébration » de la francophonie au Canada constitue une indigne interprétation de l'état des choses. 
 
La francophonie au Canada, oui, fêtons-la maintenant, car au rythme où va l'assimilation, le français dans le ROC ne sera plus qu'un souvenir folklorique dans moins de100 ans. Quelle tristesse! 
 
Je ne doute pas que madame Jean soit une personne admirable. Mais, dans le contexte du 400e, le symbole de la soumission à la couronne britannique me semble une déplorable inconvenance puisque c'est par cette même couronne que l'assimilation a commencé. Non, je n'ai pas le coeur à fêter de cette façon.
André Michaud
Boucherville


Bonjour 
 
Le 400 ième de La ville de Québec représente pour moi,vraiment la fondation de la ville. 
 
N'est t-elle pas,selon l'U.N.E.S.C.O,la plus ancienne ville fortifiée francophone en Amérique du Nord? 
 
Toutefois,je déplore que notre premier ministre,Jean Charest s'est laissé précédé,pas la gouverneur.
Suzie Lévesque
Château-Richer (Québec)


Bonjour monsieur Maisonneuve, 
Oui je trouve aberrant que le fédéral ressorte son jeu de récupération. Ce n'est pas la fondation du Canada que l'on fête. Plaçons-nous dans le contexte de 1608. Cette fête est celle de la fondation de Québec dans le régime français. Notre modèle de développement, jusqu'à la conquête de 1759. Donc, à La rochelle madame Jean est la représentante du peuple conquérrant et préside au lancement de la Grande traversée inaugurant la fête de la fondation de Québec comme établissement de la première colonie Française d'Amérique. Comme ce sont les Anglais et leurs collabo qui ont brisée cette colonie française et comme on peut le constater s'acharnent encore aujourd'hui! Qu'ils paient la moitié de la facture n'est pas un argument puisque ce sont nous, du Bas Canada qui avons assumé les dettes en 1841. Il est vraiment temps que les Québécois apprennent leur histoire à eux. N'oublions pas que c'est le conquérant qui écrit l'histoire..!
Denis Bisson
Québec


Si je me rappelle bien de mon histoire du Canada, c'est Champlain, un français, qui fonde la ville de Québec en 1608. Les débuts du Canada font suite à la conquête britannique en 1759, au Traité de Versailles de 1763, plus de 150 ans plus tard.  
 
La monarchie se manifeste par la Proclamation royale de 1791. Ensuite le Canada naît de par l'union des Haut-Canada (Ontario) et Bas-Canada (Québec) par L'Acte d'Union de 1840 à la suite du Rapport Durham. Ensuite vient la Confédération en 1867 formée de quatre provinces, dont le Québec.  
 
Le 400e est donc la fête de Québec. 
 
La gouverneure-générale, représentante de la monarchie britannique n'y a pas sa place. 
 
Que le Canada y contribue sur le plan du patrimoine, le Québec faisant partie du Canada est normal mais qu'il s'approprie ce 400e est une supercherie pour ne pas dire un vol. C'est à tout le moins une insulte à l'histoire des québécois. 
 
J'invite les Premiers ministres du Canada et du Québec à revoir leur cours d'histoire du Canada.
Anne Bilodeau
Verdun


Mieux vaut en rire ! 
 
La présence de madame la gouverneur général et le discours de monsieur Harper dans le cadre des fêtes du 400e anniversaire de Québec est bien plus un rappel du colonialisme britanique que de la fondation d'une nation française en amérique. Mais comment les blâmer de prendre toute la place alors que notre premier ministre québécois est totalement absent ? Devrons-nous encore une fois demander l'aide des Hurons ?
Normand Bélisle
Montréal


Les fêtes du 400ième ont un objectif de chambre de commerce  : remplir au maximum les hôtels et les restaurants. Avec le plus fédéraliste des premiers ministres que le Québec a connu et un expert du stratagème fédéralisme à Ottawa, le contenu historique de cet événement unique doit surtout être passé sous silence et, si possible, en profiter pour modifier les livres d'histoire.  
 
Si nous retenons une thèse historique à savoir que le Québec a été conquis et annexé, il ne fait aucun doute que la gouverneure générale est la successeure de Champlain. La successeure par conquête militaire doit-on préciser. 
 
Pour moi, l'intérêt majeur de ce 400ième aurait été de renouer ou de nouer des liens profondément respectueux et humains avec les premières nations afin de mieux nous connaître et de se lancer dans les prochains 400 ans. Mais, on tentera plutôt d'augmenter les recettes de l'industrie et de travailler à une thèse politique, fausse, d'un beau grand pays pour tous. Comme depuis le début diront certains.
Michel Lafleur
Magog


Bonjour, 
Partageons et appuyons l'analyse de Bob Rae, et enlevons la partisanerie un peu étroite de ceux qui ont renié le fait d'être des Canadiens Français pour devenir des Québécois et qui ipso facto nous ont éliminé de la carte. 
Tous les Francos sont les héritiers de Champlain, c'est absurde de vouloir l'oblitérer. 
La chose qui me désole, c'est que la personne qui représente le Canada ne doit son statut qu'à une manoeuvre électoraliste de Paul Martin, qui lui a du reste coûté le pouvoir. 
Je félicite ce grand Canadien qu'est Jean Charest d'être absent de ce qui n'est qu'un show médiatique.
Jean G. Lengellé
Embrun Ontario


Bonjour M. Maisonneuve, 
 
Quand on sait que dans d'autres provinces, les cours d'histoire ne débutent qu'avec la naissance de la Confédération, voir la création de la province, on se demande sincèrement comment les fêtes du 400ième peuvent être des fêtes canadiennes. 
 
Par ailleurs, l'attitude et la réponse de Jean Charest me déçoivent beaucoup  : "Le fédéral paie également ! Ça sonne creux un peu comme "On paie, fermez vos gueules et vivez avec ça". L"absence de Charest à Larochelle ne viendrait-elle pas de la controverse et de la déception des Français suscitée par le refus du gouvernement de financer les activités proposées par la Nation montagnaise de Pointe-Bleue ? 
 
Bonne fête Québec !
Carl Castonguay
St-Rédempteur


Pouvons-nous fêter le 400e anniversaire de la ville de Québec entre nous, c'est-à-dire entre Québécois, amérindiens inclus et les Français.  
 
Le souvenir que nous avons des Britanniques est celui de la conquête, une guerre qui a tué une personne sur sept, sans compté les massacres de nos alliés amérindiens. Alors la représentante de la reine britannique n'est pas la bienvenue. 
 
Je ne veux pas cultivé l'amerture envers les descendants britanniques mais que le Canada nous laisse en paix.  
 
On nous dit que le programme des commandites est terminé, non! il a juste changé de forme.
Dany Leblanc
Saint-Jude


Bonjour, comme disent les français  : Belotte et rebelotte=vaincu et revaincu
Bernard Ouellet
Baie Comeau


Bonjour, 
 
ré-écrire l'histoire c'est bien à condition de respecter les faits et non pas d'y introduire des faussetés dictées par de la propagande fédéraliste. Ceci en particulier par Mr Harper chez qui ne transcende pas de racines françaises. Les cérémonies du 400e sont celles d'une ville fondée par S de Champlin et non pas celles du Québec! Tous les moyens sont bons pour ridiculiser les francophones. C'est normal, la Gourverneure Générale a même renié sa nationalité française pour la réalité canadienne anglaise, ce dont le gouvernement français va être bientôt renseigné. Bref, Champlin doit se retourner dans sa tombe en écoutant ces nouveaux historiens et ces gens qui éclaboussent les ancêtres. Quel comble! La monarchie britannique se met en exergue avec un premier ministre québécois qui se fout de toute rigueur puisque ses racines ne sont pas françaises. Après tout au Québec le ridicule est monnaie courante..
Bernard Leiffet
Gascons


Le concile de Bysance, ca vous dit quelque chose...On y avait discuté du sexe des anges.... 
ca y ressemble beaucoup...
Jacques Thomas
Longueuil


Il ne reste à notre beau pays qu'à rétablir le "God Save de Queen", qui répond davantage aux affirmations de notre cher premier ministre du Canada et ses accolytes. Fini le "Oh Canada". 
 
L'assimilation des francophones et la falsification de l'histoire sera complété. 
 
GOD SAVE THE QUEEN.
Lise Roy
Montréal


De la façon dont Michaelle Jean a été encensée par les français, je dirais que le 400ème c'est sa fête à elle! 
 
Blague à part, encore une fois, les médias et les politiciens viennent de pincer une corde sensible et les conflits Québec-Canada reviennent à nouveau au goût du jour. 
 
Je me demande encore une fois  : Pourquoi gaspiller ainsi notre salive et nos énergies? N'y a-t-il pas des sujets plus importants sur lesquels nous devrions tous nous pencher?
Gisèle Portelance
Laval


Considérons tout simplement une seule chose en ce qui a trait à la présence de la gouverneure générale aux Fêtes du 400e de Québec. 
 
Elle représente la Couronne d'Angleterre qui, en plus d'être totalement absente lors de sa fondation, l'a détruite à 70% lors du siège de Québec en 1759. 
 
Devrait-elle s'excuser?
Louis Germain
Québec


La ville de Québec est bien au Canada n'est-ce pas? Alors ou est le problème avec la déclaration de Harper?  
 
Avant de s'accrocher à l'histoire ''made in Quebec'' avec une attitude de petit peuple haineux, reviser donc vos cahiers de géographie. Les purs laines seront-ils donc toujours aussi haineux et xénophobes? Parfois, j'ai honte d'être québécoise, mais oh combien fiere d'être canadienne!
Sarah Bissonnette
St-Hubert


Quel ridicule débat, où tous rivalisent à qui fera les pires raccourcis ou exercera la vision historique la plus opportuniste. 
 
La frénésie de Gilles Duceppe l'amène à nier l'histoire et à oublier que le Canada actuel est le fruit d'une longue succession d'événements, qui a débuté par les premiers établissements permanents, comme Québec. 
 
La Constitution de 1867 est un autre jalon dans le continuum riche en ramifications de la formation du Canada, mais celle-ci n'a pas débuté qu'à cette date. Par contre, qualifier Mme Jean de successeur de Champlain c'est plutôt grossier.  
 
Peut-être que le mot "fondation" est utilisé abusivement par des gens qui manient mal le français. 
 
Pourquoi ne pas considérer cet anniversaire comme un événement ayant plusieurs significations? La réalité est rarement simple et comporte généralement plusieurs niveaux. Pourquoi tenter de limiter le 400è à une seule dimension, à l'exclusion de toute autre?
Luc Pomerleau
Gatineau


Que fêtons-nous déjà? La fondation de Québec, POINT. Que l'on peut qualifier de «berceau de LA NOUVELLE-FRANCE», quoique, pour moi, c'est l'Acadie qui mérite ce titre; mais, je ne veux pas faire de peine aux citoyens de la Vieille Capitale, qui aiment bien être les premiers partout. Le Québec n'existait pas sous ce terme en tout cas, au temps de Louis XIV. 
 
En 1712, au moment de son expansion maximale, l'empire français d'Amérique comprenait l'Acadie, le Canada, Terre-Neuve, le Labrador, la Baie d'Hudson et la Louisiane. 
 
Je suis au regret de dire à MM. Duceppe, Harper et tutti quanti qu'ils versent dans l'anachronisme le plus complet en attribuant au terme Canada son extension de sens actuelle.  
 
Les fêtes, je déteste ça!
Mireille Barrière
Montréal


Je suis furieuse. Une telle récupération mensongère est inadmissible. Honte au gouvernement canadien d'avoir permis un tel affront. On n'a pas besoin d'être fédéraliste pour comprendre qu'envoyer la GG pour lancer les Fêtes du 400ième n'a pas de sens. Elle incarne un symbole totalement opposé à l'esprit de cette fête. Et Labeaume, qui ce matin, mentionne que les Français n'ont rien à faire de cette controverse parce qu'ils ont le coeur à la fête... Tant mieux pour les Français parce que nous, pour plusieurs, nous avons le coeur à la tristesse.
Michèle Bourgon
Gatineau


Bonjour,  
 
Sur vos ondes, ',an passé, on parlait d'un canadien qui expédiait un livre par mois à M. Harper afin d'augementer ses connnaissances générales qui depuis le début sont très incomplètes. 
 
De toute évidence, M. Harper ne lit pas ces livres, sinon après plus de 2 ans, il aurait déjà un peu plus de respect et de tact pour ses concitoyens. 
 
Peut-être que ce jeune homme devrait en expédier aussi à Mme Jean. 
 
Pour le reste, les commentaires entendus résument assez bien ma pensée
Jean-Réal Coderre
Drummond


Québec fut fondé par des Français un siècle et demi avant la conquête anglaise. Que la monarchie anglaise reconnaisse et apprécie la valeur de Québec dans l'histoire du Canada, j'en suis fort aise. Mais je suis contre que ce soit la monarchie canadienne qui représente la ville de Québec pour le lancement de son 400e anniversaire.  
M. Charest aurait dû être présent à Larochelle, même si cette ville n'est pas Québec. 
Pour moi le 400e est très important à souligner, mais depuis le début, les festivités sont un exemple criant de mauvaise organisation qui m'enlève tout mon plaisir et ma fierté.
Alexandre Laflamme
Montreal


La France se range du côté des USA alors les amis de nos amis sont nos amis! C'est donc normal que le Canada soit l'ami privilégié de la France. 
La preuve que Champlain est le fondateur du Canada est que partout, en Ontario, en Saskatchewan, en Colombie-BRITANIQUE, partout on parle français. Partout!! ou presque... 
Quel bande d'insignifiants que le PLC, le PC et autres acabits.
Yves Landry
Trois-Rivières


Au moment où la fibre patriotique se réveille avec les évènements de La Rochelle, il faut remarquer, curieusement. que tous les éléments à caractère historique ont été éliminés et sont même interdits dans les images développées pour faire la promotion, la décoration pour ces fêtes. On a préféré quelques petits rubans multicolores sans lien réel avec l'évènement. Ni le bateau de Champlain, le Don de Dieu, emblème de la ville de Québec, ni la belle tête connue de Champlain n'ont droit de cité. N'est-ce pas un peu étrange?
Michel Giguère
Québec


Il faudrait demander à M Harper ce qu'on fêtait en 1967, il me semble que c'était la 100e anniversaire du Canada. À preuve les nombreux timbres émis cette année portant la mention 1867-1967. Ce n'est pas la première fois et malheureusement pas la derniêre fois que des politiciens interprêtent l'hitoire à leur fin. Laissez moi ma fête !
Bernard Harvey
Québec


Je suis historien. Et malgré mes opinions politiques, je sais très bien que Samuel de Champlain est à la fois un héros 'québécois', 'canadien' (car il est allé en Ontario!!!) et 'américain' (vous connaissez ça vous le lac Champlain!!!). On pourrait même le qualifier de personnage important chez les nations amérindiennes. Il a visité toutes ces frontières modernes, y a fait des observations, des incursions, a réfléchis sur les richesses, sur les possibilités de s'y établir, sur les peuples qui occupaient le territoire, ... 
 
Alors foutez-nous la paix avec l'appropriation d'un personnage par une communauté que ce soit les souverainistes du Québec ou les fédéralistes du Canada. Champlain et ses copains sont tout à la fois. 
 
Quant à la nouvelle position de la France face au Québec, connaissant la philosopie sarcozienne, son rapprochement avec les Desmarais et les Bush, vous vous en surprenez vous?!?
Louis Valiquette
Montréal


Après avoir entendu les commentaires dont ceux de M. Rae, je ne peux faire autrement qu'assimiler le comportement, les déclarations et les commentaires des fédéralistes, incluant évidemment M. Charest, comme une tentative de deuxième conquête britannique. Et j'en suis choqué et insulté. Je suis comme l'«Alouette en colère» de Félix Leclerc.
C-André Labelle
Laval


La francophonie au Canada, oui, fêtons-la maintenant, car au rythme où va l'assimilation, le français dans le ROC ne sera plus qu'un souvenir folklorique dans moins de 100 ans. Quelle tristesse! 
 
Je ne doute pas que madame Jean soit une personne admirable. Mais, dans le contexte du 400e, le symbole de la soumission à la couronne britannique me semble une déplorable inconvenance puisque c'est par cette même couronne que l'assimilation a commencé. Non, je n'ai pas le coeur à fêter cette lente « louisianisation ».
André Michaud
Boucherville


Je suis immigrante et me sens peu concernée par le 400 ème de Quebec.Mais je peux comprendre le dilemme qui se soulève depuis deux jours, cependant je voudrais soulever un point, les autochtones que fêtent-ils? 
Je me sens parfois choquer par l'oubli de ce peuple surtout quand il s'agit de fêter l'existence d'une nation en en ignorant une autre. 
Il est dommage que le 400 ième ne soit pas un pretexte pour réconcilier et faire exister les differentes nations afin que chacun puissent enfin trouver une identité.la fête du 400 ième de quebec est la fête du 400ième Quebec qui était au départ une colonie française et qui maintenant est une ville qui fait partie d'une province et d'un pays multiculturel. Ne restons pas dans le passé mais marquons l'histoire plutot par ce qui se passe actuellement! Avançons! et ne faisons pas d'une fête une affaire d'état mais fêtons plutot!
Emilie Jolie
montréal


M. Vaugeois devrait savoir que les Innus actuels ne descendent pas des Montagnais d'antan, ces derniers ayant disparu de la carte 
 
M. Duceppe devrait savoir que c'est Ste-Croix qui a été fondé en 1604 et non Louisbourg!
Jacques Noel
Québec


Champlain, fondateur du Canada? Bizarre, au Canada-anglais, Samuel de Champlain est reconnu dans leurs livres d'histoire comme le "The father of New France"...
Jérôme Croteau
Lachine


De nouveau, par l'attitude du président de la République française, Sarcozy, la France considère la Nation québécoise comme les Robinson Crusoé de l'Histoire. 
A l'instar de Louis XV, c'est l'abandon d'un peuple d'origine française déterminé à garder son âme. Sarcozy, inspiré par M. Desmarais renie la pensée courageuse du Général de Gaulle. Quel malheur que le peuple de France n'est pas choisi Ségolène Royal qui comprend l'âme de notre nation qui n'a jamais été l'esclave de personne.
Jean-Paul de Lagrave, historien et auteur du livre «Les Trois batailles de Québec»
Longueuil, Québec


Le 400e anniversaire de la ville de Québec, c'est une fête extraordinaire pour la ville de Québec et non pour toute l'amérique française. Champlain est venu de Honfleur avec une vingtaine de personnes pour fonder une habitation permanente, ce qui fixe la date de fondation au 3 juillet 1608. Le Canada a été le premier nom donné à cette partie de la Nouvelle-France qui englobait alors trois villes, Québec, Trois-Rivières et Montréal. Quand donc le Canada cessera t-il de tout gâcher, de faire passer les Québécois comme des gens de seconde zone, de nous humilier, alors qu'ils vient nous crier son amour en temps de référendum?
Claire Gourdeau, historienne
Québec


J,avais pas vraiment d'opinion sur le maire Labeaume, maintenant j'en ai une  : vraisemblablement, il s'en fout!... et ça craint pour la démocratie et l'écoute de ses concitoyens...
Anne Rondot
Québec


Monsieur, 
 
Bravo à notre maire de Québec, enfin quelqu'un qui n'a pas peur de déplaire etqui donne tout son sens à cette belle fê te qui s'en vient. Arrêtons les guerres de clocher rattraper ce sujet afin de le politiser est réellement un manque de jugement.
Elizabeth Brindamour
Québec


Le 400e anniversaire de Québec c'est la fête de la ville de Québec fondée à ce que je sache par un dénommé Champlain en 1608. Point à la ligne. La récupération politique par le PM Harper et la gouverneure-générale Jean dont la légitimité dépend d'un document que le Québec n'a pas signé, est incongrue pour les québécois. A leur décharge, il tente avec un certain succès de combler un vide de leadership dans cet événement affiché par le gouvernement du Québec et par la titubation de nos élus municipaux et du comité local de ces fêtes. C'est dommage, parce qu'une telle occasion ne se reproduira pas bientôt. Nous aurons sans doute de gros shows l'été prochain mais le coeur sera-t-il vraiment autant à la fête citoyenne? Tant qu'au gouvernement français, il a démontré un opportunisme politique effronté qui n'est pas sans rappeler que la monarchie française travestie en république est encore bien vivace dans les coulisses de la culture de l'état.
André Gamache
Québec


C,est quand même remarquable qu'à chaque fois que les fédéralistes partent la chicane et que le Québec se choque, ils réussissent à se retourner et se défendre en disant comme le maire de Québec que ceux qui sont choqués font de la petite politicaillerie! 
le jour de ma fête j'accepterais plutôt mal que le voisin exige d'avoir son nom sur le gâteau et je ne comprend pas que le père de famille ici jean charest supposé premier ministre du québec préfère aller au party chez le voisin comme il l'a fait pour s'occuper des visiteurs de la bavière!
Denis Bergeron
Sherbrooke


Bonjour M. Maisonneuve 
Je suis entièrement d'accord avec M. le maire de Québec. Peut-on, une fois, laisser nos frustrations de côté et fêter la création du fait français en Amérique? 
Tous les intervenants du public en avaient gros sur le coeur et on dirait, ma foi, que les lignes téléphoniques étaient prises d'assaut par les indépendentistes. Tout ça sur une radio d'état! Il est impossible d'avoir droit de parole, de plus en plus à votre émission, si on est fédéraliste. Est-ce ça l'idée d'une démocratie? 
À ce que je sache, le Québec n'est pas encore un pays, alors agissont en personnes civilisées et respectons l'opinion de tous. 
Je donne quand même le bénéfice du doute à votre équipe dans le choix des intervenants du public...
Murielle Laferrière
Montréal


Monsieur Maisonneuve, 
Votre émission d'aujourd'hui en est une autre qui permet aux Québécois d'étaler en plein jour leur immense nombril. 
Voilà même qu'un de vos supposés imminents historiens affirme que la Fondation de Québec est la vraie naissance d'une Amérique Française. 
Y aurait-t-il eu une vraie naissance en 1608 et une fausse naissance en 1604, lors de la fondation de l'Acadie? 
Y'a pas de honte à reconnaître que la Nouvelle-France fut la seconde nation française en Amérique, précédée de l'Acadie. 
Wilfred Roussel 
Vice-président fondateur 
Congrés Mondial Acadien.
Wilfred Roussel
Rougemont, Qc


Le fait historique devrait être discuté par des historiens. Le premier ministre canadien se fait du capital politique aux frais de la médiocrité des organisateurs de la fête. 
La fête du 400e est une ratée, il y a eu trois maires depuis le début des préparations et il y a eu les fusions et une multitude d'occasions de développer la culture du chialage promut par des animateurs tels; André Arthur et autre neutralisant les plans que le maire Lallier aurait voulu mettre de l'avant parce qu'il avait le sens de l'Histoire.  
Nous devons donc apprécier notre gouverneur général qui nous fait son travail avec dignité, malgré ses anciens confrères qui sont jaloux de son ascension.  
Avec cette médiocrité d'organisation, je vois difficilement le jour où nous pourrons avoir un pays du Québec. 
Merci.
Marius Jutras
Sainte-Julie


Encore une fois les anglais et les francos assimilés viennent nous cracher au visage et nous ne répliquons pas. Peuple à genoux, attends ta délivrance ! Mon ancêtre Mathurin n'est pas fier.
Sylvio Gagnon
Ottawa


Bravo monsieur Maisonneuve! Vous avez cette fois-ci établi un record avec cette question du 400ème! Sujet intéressant ? 
Plus! Un sujet pour passionnés.  
Et un intérêt particulier à mieux connaître notre Histoire. Félicitation à tous ceux qui nous font partager leurs connaissances!
Georges LeSueur
St-Ambroise


Monsieur LaBaume, BRAVO ET ENCORE BRAVO!! 
Quand donc nos médias favoris vont -ils nous informer de belles et bonnes nouvelles? D'après le maire de Québec, il y a de bien belles choses qui se passent à la Rochelle. Qui nous informera de l'accueil chaleureux de nos amis français et des diverses activités proposées en notre honneur? 
Quand Radio-Canada s'élèvera-t-elle au-dessus de la mêlée et cessera de brasser les polémiques de bas étages? Monsieur LaBaume a parlé en mon nom  : je m'en fout de cette politicaillerie et informez-nous donc de façon intelligente!! 
Au fait, Monsieur Maisonneuve, le camouflet infligé aux Montagnais, ça ne vous tenterait pas de développer sur cette histoire? Voici la belle occasion de donner une voix à nos frères autochtones.
Dominique Robert, ni souverainiste, ni fédéraliste; humaniste
Prévost


M. Maisonneuve, 
 
Stratégiquement, avec l'argent qu'il a versé aux fêtes du 400e, le gouvernement Harper achète et remplit à sa façon, la « coquille vide » qu'est la nation québécoise. 
 
Avec la complicité des tapis rouges Charest, Couillard, Labeaume et cie pour la « presque reine du Canada », le rouleau compresseur canadien multiculturel aplatit la belle province de Québec qui ne se souvient plus de rien. 
 
Vaincus par les Anglais en 1759, patriotes écrasés et pendus en 1837 et 1838, « nègres blancs d'Amérique » (P. Vallière), « colonisés de luxe » (R. Lévesque), nous, les Québécois, trahis par nos élites actuelles (« Champlain a fondé le Canada », selon notre premier ministre provincial), nous nous laissons encore tondre comme les moutons de la St-Jean Baptiste, lui-même décapité. 
 
Pitoyable spectacle, ce 400e et toutes ses retombées consternantes illustrent on ne peut plus notre faiblesse, notre impuissance, notre émasculation collective.  
 
Complètement désespérant.
Gérald Séguin
Montréal


HUMILIATION! INDIGNATION!  
C'est ce que m'inspire la présence fédérale à LaRochelle à l'occasion du 400e de fondation de Québec. Les Anglos n'ont pas participé à l'évémement de 1608.  
À l'intention de M. Bob Rae  : cet événement n'est pas une "tradition". Bien au contraire, il s'agit d'un fait historique incontestable. Je lui demande de me dire, la main sur le coeur et sur le livre sacré de son choix, depuis quand sa théorie de "tradition" serait enseignée partout au "Canada from cost to cost" in english comme en français? 
Votre tribune a le mérite de faire valoir la lucidité, l'intelligence et la sensibilité de vos correspondants. Auront-ils été entendus par ceux d'Ottawa et d'ailleurs qui s'acharnent à réduire notre histoire en peau de chagrin? 
John Charest et M. Labaume? Une pitié! Deux pitiés! Monsieur Harper? Un bourreau au large sourire.  
 
Allez-vous tenir une autre émission sur le sujet? J'ai encore à dire...
Suzanne Lavallée
Longueuil


 
Nous n'avons jamais entendu parler qu'on fêtait la francophonie en Amérique;nous n'avons jamais entendu parler non plus qu'on fêtait la province de Québec; mais bien le 400è de la ville de Québec. Le lien avec le 400è, c'est la France qui a supportée la fondation de cette ville en Nouvelle-France. 
 
Comme Premier ministre du Québec dont la Capitale nationale est la ville de Québec, M. Charest aurait dû être présent à LaRochelle, ainsi que le premier ministre du Canada qui devait être invité par courtoisie. Pour ce qui est de Mme Jean, le lien est difficile à faire entre la reine ou sa représentante et la ville de Québec. Quant au maire Labeaume, il serait intéressant de voir sa réaction si à sa demande de reconstruction du manège militaire, il se faisait répondre... ¨On s'en fout¸¨ (trois fois plutôt qu'une..). Même si on comprend bien ce qu'il veut dire, de grâce pas sur ce ton, ne jetez plus d'huile sur le feu.
Maryse Fortin
Montréal


J'ai hâte de voir quelles seront les festivités organisées pour l'occasion dans les grandes villes canadiennes, particulièrement dans les capitales et les métropoles.
Jean-Victor Côté
Saint-Bruno-de-Montarville


Je mes demande comment New-York célèbrerait un 400 ans? Comme ville américaine, britannique ou hollandaise? Mon avis est qu'il opterait pour l'image américaine, les individus qui ont défricher et construit Manhattan, New-Amsterdam, New-York, font partis de l'histoire américaine. Le colonialistes européens ont une image de profiteurs et on n'en parlerait pas trop pour fêter un anniversaire notable. ¨Pourquoi est-on encore aussi "colonisé"? France pas mieux qu'Angleterre!...
Jacques Moreau
St-Bruno


Je trouve malheureux que les politiciens se servent de l'histoire pour se faire du capital politique. Surtout lorsque ces même politiciens connaîssent mal les faits historiques qu'ils utilisent pour construirent leur argumentation. M. Harper soutient que 1608 est la date de la fondation du Canada. Pourtant, il me semble clair que cette date représente le début de la francophonie en Amérique du Nord, de Québec à la Nouvelle-Orléans en passant par Détroit et Sault-Ste-Marie. Le Canada tel qu'on le connaît est apparu en 1867 et la présence anglaise sur son territoire, sauf pour la Baie d'Hudson, remonte à 1759. Que dire de monsieur Duceppe qui confond, sur vos ondes, la fondation de Port-Royal en 1604 et celle de la forteresse de Louisbourg construite entre 1720 et 1744. 
Monsieurs les politiciens, retournez à vos livre d'histoire!!!!
Eric Dion
New Richmond (Gaspésie)


J'ai écouté tous les séparatistes à votre émission. En bon québécois on aplle çà des casseux de party. Ils n'ont pas accepté que par deux fois les québécois ont opté pour rester au Canada. Le plus triste dans cette histoire c'est qu'on transporte notre chicane infantile en France qui elle participait joyeusement à notre fête.
Jean Laurin
Laval


Voici un extrait d'un livre d'un écrivain français d'origine tchèque, Milan Kundera, il réveillera peut-être bien des consciences qui ne voit pas venir la perfidie fédéraliste  : 
 
«Pour liquider les peuples, disait Hïebl, on commence par leur enlever la mémoire. On détruit leurs livres, leur culture, leur histoire. Et quelqu'un d'autre leur écrit d'autres livres, leur donne une autre culture et leur invente une autre histoire. ensuite, le peuple commence lentement à oublier ce qu'il est et ce qu'il était. Le monde autour de lui l'oublie encore plus vite. 
 
- Et la langue? 
 
-Pourquoi vous l'enlèverait-on? Ce ne sera plus qu'un folklore qui mourra tôt ou tard de mort naturelle.» 
 
Fêter le 400ème ensemble d'accord mais ce 400ème n'est pas un anniversaire où l'ont doit fêter le propriétaire invité du locataire à qui c'est l'anniversaire.
Sandrina Henneghien
Montréal


Si le fédérale n'avait pas tenté de récuprer le 400e pour en faire la promotion du Canada uni, jamais les indépendantistes n'auraient riposté. 
 
Évidemment, mettre à l'avant scène la représentation de la reine d'Angleterre pour l'anniversaire d'une ville qui a subit sa conquête par l'angleterre, ne peut que provoquer la colère de plusieurs Québécois. 
 
Alors, la fête ne doit pas être un prétexte pour commanditer le Canada, elle est une occasion de réjouissance et de se souvenir l'histoire de nos ancêtres.
Dany Leblanc
Saint-Jude


C'est pas trop compliqué il me semble, on fete les 400 ans d'histoire de la belle ville de Québec et non de la province ou du pays ou du fait francophone ou de blablabla. 
 
C'est comme quand on va feter le 400ieme anniverssaires de Longueuil, Baie-comeau, ou Roberval. On va feter la fete de la ville pâs plus.  
 
Ps  : c'est bien de penser d'être premier et de ne pas viser la médiocrité comme le pense d'autre peronnne sur ce forum
NIcolas Racine
Boucherville


 


Quel sens historique doit-on donner aux fêtes du 400e anniversaire de Québec?
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
400e de Québec : Polémique autour d'une visite
Article de Radio-Canada.ca - 7 mai 2008



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

 
Error processing SSI file