du 29 septembre 2009
Notre nouveau site!
 


PARTICIPEZ À LA TRIBUNE TÉLÉPHONIQUE
du lundi au vendredi,
dès 12 h 15
597-3700 (Montréal)
1-877-597-3700 (extérieur)

Courrier électronique :
endirect@radio-canada.ca

Courrier :
MAISONNEUVE EN DIRECT
Société Radio-Canada
1400 René-Lévesque Est,
bureau A67-7
Montréal (Québec)
H2L 2M2

Le 7 mai 2004

Le Québec occupe le 3e rang mondial du taux de suicide

Une nouvelle étude révèle que le taux de suicide dans la province est passé de 14,8 par 100 000 habitants à la fin des années 1970, à 19,1 entre 1999 et 2001.
 
L'Institut national de santé publique du Québec publie les résultats de cette étude qui démontre que le phénomène du suicide prend de l'ampleur. Les chiffres du Québec contrastent avec les baisses enregistrées dans les autres régions du Canada et dans la plupart des pays industrialisés. Si on le compare à 20 pays industrialisés, le Québec se situe au troisième rang chez les hommes et au sixième rang chez les femmes. Le suicide touche particulièrement les hommes de 30 à 49 ans. C'est dans ce groupe d'âge que surviennent la moitié de tous les décès par suicide au Québec. 
 
Pierre Maisonneuve reçoit : Germain Dulac, sociologue sur la condition masculine à l'Université McGill, Michel Debout, professeur de médecine légale au Centre hospitalier universitaire de Saint-Étienne, en France et président fondateur de l'Union nationale pour la prévention du suicide, et Marie Julien, conseillère scientifique à l'Institut national de la santé publique.



Faites-nous part de VOTRE opinion !
Communiquez-nous vos commentaires en cliquant ici.
Merci de votre participation!




Les suicides au Québec? Pourquoi? 
 
L'OPIUM du peuple est éventé! 
 
Un peuple malheureux est le reflet d'un mauvais gouvernement. 
 
QUE VOULEZ-VOUS?
Yolande Taupier
Magog


Dans le plus beau pays du monde on vit dans une société sans âme et déprimante. A longueur d'année on voit nos dirigents Fédéraux, Provinciaux, Municipaux se quereller pour savoir qui ira le plus loin dans la poche des contribuables. On a l'impression que c'est la seule chose qu'ils savent faire. Pas vraiment l'exmple d'une société saine. 
Quand on voit jour après jour nos dirigents nous mentir en pleine face comment ne pas être complètement désabusé par ce qu'il y a autour de nous, ce qu'il y a pour notre avenir. 
Les jeunes subissent au travers de leurs parents tous ses stress et agressions qui sont quotidiennes. De plus il y a les journaux pour nos rappeller continuellement ces faits. En plus, avec ce qui se passe ailleurs dans le monde l'agression est totale. Comment peut-on sortir indemne de tout cela. 
Finalement le milieu de vie qu'est l'école est rendu tellement difficile qu'il faut avoir le coeur bien accroché pour passer à travers. Comment peut-on alors créer des citoyens équilibrés on crèera plutot des citoyens désabusés qui verront comme seul choix, le suicide.
Francois Cossette
Montreal


Le taux de suicide grimpe dès qu'un pays atteint un niveau de vie supérieur. Dans les pays pauvres où il faut se battre pour manger chaque jour, dans les pays en guerre, personne ne songe à s'enlever la vie. Les risques encourus suffisent.  
La vie facile engendre l'oisiveté. On en conclut qu'en temps normal on a tendance à grossir démesurément chaque difficulté rencontrée et qu'un cadre de vie comprenant des contraintes et obligations est très supérieur à une liberté d'action sans conditions pour la santé psychologique.
georges lesueur
St-Ambroise


Triste mais les résultats de cette enquête ne me surprennent nullement.  
 
Un Québecois :  
 
- Il est méprisé par le gouvernement de son pays mais quand il veut s'en séparer ce même gouvernement l'en empêche. 
 
- Il est même méprisé par son gouvernement provincial en ce moment. 
 
- Il se sent menacé sur un continent de 350 millions d'anglophones, en plus on lui dit qu'il s'imagine des choses alors qu'on coupe dans l'apprentissage du français pour les immigrants. 
 
- S'il parle contre un anglais ou un juif il est raciste par contre si un animateur de télé anglophone l'insulte on lui offre un poste au parti conservateur du canada. 
 
- Si du vandalisme a lieu dans des cimetières juifs à Toronto à quelques reprises on en lit quelques lignes dans les journaux. Si c'est au Québec ça fait tout un scandale. 
 
- S'il est malade il doit attendre des mois pour se faire soigner. 
 
- S'il roule sur la route il a plein de trous mais s'il va en Ontario il roule sur de belles routes alors qu'il paie plus de taxes et d'impôts que les gens de cette autre province. 
 
- S'il est riche il peut se faire soigner adéquatement, s'il est pauvre il attend ou il meurt. 
 
- Il paie toujours plus mais son argent ne va nulle part... 
 
- On voudrait qu'il aie des enfants mais on coupe dans les services aux familles. Il aimerait bien repeupler son Québec, mettre au monde des p'tits francophones mais qui a les moyens d'élever plus que deux enfants ??? 
 
Je vais m'arrêter mais joignez à tout ça un peu de problèmes personnels et quel espoir reste-t-il à un Québecois ? 
 
La société en générale est bien malade mais je crois que les Québecois aspirent à autre chose qu'à cette course à l'argent. Le Québecois ne veut pas vivre dans un monde où l'on pollue, il a un grand respect pour la vie et est contre la guerre.  
 
Comme ils n'arrivent pas à se défaire de se système, le désespoir s'installe de plus en plus... 

Kathy Leduc
Montréal


Les données relatives à l'augmentation du taux de suicide au Québec démontre clairement que l'essentielle de la hausse entre 1976 et 2001 est imputable aux garçons. En fait, le taux de suicide est passé de 22 à 31 pour 100 000 hab. chez ces derniers, alors qu'il est resté stable chez les filles, soit aux alentours de 7,8 pour 100 000.  
 
Or, en excluant la région gaspésienne, on constate que les régions périphériques monopolisent le haut de l'échelle. Ces régions sont habituellement marquées par une représentation négative des opportunités d’emplois et d'avenir. En fait, il semble que les garçons desdites régions soient plus fortement perturbés par un éventail limité de professions disponibles dans leur région et des opportunités d'avenir, ce qui se traduiraient par une augmentation des taux de suicide.
Mathieu G.
Québec


J’ai lu l’étude de l’INSPQ. 
 
Je crois que si l’on veut être respectueux de la condition des gens qui en viennent à ces extrémités, il faut s»’s’attarder plus aux chiffres de tentatives de suicide qu’aux suicides complétés. Il s’agit d’une meilleure mesure de la détresse des personnes, alors que les taux de suicide complétés reflètent plutôt la brutalité des méthodes utilisées. Si plus d'hommes "réussissent" leurs tentatives, c'est que les méthodes qu'ils choisissent sont plus "viriles" (armes à feu, strangulation, etc.), 
 
Or l’étude de l’INSPQ démontre que les femmes demeurent plus nombreuses que les hommes à attenter à leurs jours. Les taux de suicide des jeunes femmes de 15-19 ans sont particulièrement préoccupants :  
 
On y trouve aux pages 25 et 26 le fait que les idées suicidaires affectent 8,3% des femmes de 15-24 ans contre 6,3% des hommes du même âge et surtout le fait que les tentatives de suicide sont constatées chez 2,0% des femmes 15-24 ans contre 0,9% des hommes du même âge. L’étude note d’ailleurs que "...les taux (de suicide) ont plus que doublé au cours de la dernière décennie chez les jeunes femmes de 15 à 19 ans". 
 
Ce qui reflète bien le fait, démontré dans le Rapport sur la situation de la santé des femmes canadiennes, que, « bien que les femmes vivent en moyenne plus longtemps que les hommes, leur qualité de vie est moindre : elles souffrent de plus d'incapacités physiques et de maladies mentales tout en courant un plus grand risque de vivre dans la pauvreté et la souffrance. » 
 
Une étude menée dans 30 pays et publiée en mai dans la Harvard Mental Health Letter évalue même que les femmes sont deux fois plus vulnérables à la dépression que les hommes. 
 
Dans ces conditions, un travail de prévention et de sensibilisation qui ne se préoccuperait que du suicide masculin, au nom d’une prétendue condition masculine, équivaudrait à traiter la santé et la vie des hommes comme plus importantes que celles des femmes. Un cas patent d’attitude sexiste. 
 
Martin Dufresne 
Collectif masculin contre le sexisme 

Martin Dufresne
Saint-Hippolyte


Je suis frappée depuis longtemps par la problématique du suicide... Un jour que j'y pensais, j'ai eu une vision : quelques loups d'une meute se jetant d'une falaise. Jamais on a vu cela, sauf chez l'Homme. D'où vient ce mal être général qui pousse des êtres d'une espèce à s'enlever la vie? Où en sommes-nous rendus, en tant qu'humains? Je crois que le problème est bien plus profond qu'on peut le croire... 

Maude Pichereau
Montréal


Dans la problématique du suicide on refuse de prendre en compte la question de l'orientation homosexuelle alors que nombre d'études font état de ce phénomène. 
 
Les homosexuels doivent traverser une période trouble d'adaptation à leur orientation homosexulle, ils vivent dans le secret, la solitude ,l'absence de confident. 
 
Il n'ont pas de réseu de soutien, de crainte de rejet 
 
Est-ce surprenent que certains se suicident 
Laurent McCutcheon Présidenet de Gai Écoute
Laurent McCutcheon
Montréal


La vie est difficile, c'est une vérité universelle. Mais dans notre société ultra compétitive, certains sont complètement inadaptés à cette dure réalité. On n'a qu'à penser Dédé Fortin, un homme extraordinaire avec un talent immense qui a refusé cette vie. Peut-être les Québécois sont plus étranger à cette vie de compétition.
Robert Morin
Montréal


Le taux de suicide chez les jeunes inuits québecois est de 211/ 100 000 habitants... 
 
Du jamais vu en Amérique du Nord.... 
 
Jamais les médias ne couvrent le drame de cette jeunesse, majoriataire dans cette région. En effet, ce sont les jeunes 14-24 ans qui se suicident ici. 
 
QUe fait le ministère? 
Que fait la régie régional de Kuujjuaq? 
que fait les 2 CH de la région? 
 
Quand on dit que le Québec est un leader mondial dans le domaine de la prévention du suicide.... le Nunavik est un scandale et un échec de notre système de santé.... 
 
Philippe Jodouin 
psychologue chez les Inuits
Philippe Jodouin
puvirnituq


Bonjour, 
 
Qui dit suicide dit mal de vivre... 
 
a-t-on pensé s'attaquer au mal de vivre? 
 
Vous allez me dire que c'est vague et large comme exploration... pourtant nous n'avons qu'à lever le nez de temps en temps pour regarder les gens dans les yeux quand on leur parle.  
 
Nous n'avons qu'à observer vivre les personnes au lieu de les ignorer; leur demander ce qu'ils font dans la vie, leur dire bonjour, leur donner l'occasion de s'exprimer (pour vrai!), leur insuffler un peu d'espoir, un compliment, un peu d'amour, un petit quelque chose de réconfortant... juste cette fois-là où on la croise.  
 
Qui dit suicide dit probématique, mauvaise gestion publique des ressources, pression administrative, surpopulation...  
 
a-t-on pensé au mal de vivre et au désir de vivre très fort que ces personnes souffrantes ressentent? 
 
Peut-être que cette fois-là où elles verront un peu de lumière tenteront-elles de nouveau d'entrer en contact et peut-être qu'à plus d'un nous réussirions l'impossible? 
 
C'est un problème de société et de collectivité dont la conscience semble endormie... 
 
P.S.  
 
La vie est belle, ah! que la vie est belle! 
 
 

Marc Lacombe
Rouyn-Noranda


LE SUICIDE 
Mme Yolande Taupier de Magog vise juste.Un peuple maheureux est le signe d un mauvais gouvernement et c est encore plus vrai au Canada .Nous sommes de plus en plus pauvres dans un pays riche ,de plus en plus restreints dans nos choix de vies grace a cette dictature politicomafieuse qui gere nos destins .Faire face a l absurde c est comme aller au front , plusieurs y laissent leur peau et ce ne sont pas des idiots et des malades pour autant .Le bandit fait un bon soldat et le poete est plutot sujet a devenir deserteur . 
Bonne journee .jacques langlois MTL
jacques langlois
montreal


C'est extraordinaire de constater combien on est frileux quand il s'agit d'offrir de meilleures donditions aux hommes. On tortille, on cherche des explications et on attend le résultats d'études en cours. Ne faudrait-il pas s'interroger sur les raisons pour lesquelles la ministre Courchesne, celle qui devrait être responsable des relations de l'État avec les citoyens, a déclaré "Je ne pleurerai pas sur leur sort" en parlant des organismes qui offrent des services aux hommes et qui se plaignent de ne pas recevoir l'aide de l'État.. 
 
Pour les mordus de la méthode scientifique, il s'agit de poser une hypothèse et de mener de coûteuses études pour l'infirmer, la confirmer ou la nuancer. En ce qui me concerne, c'est clair. Si les hommes se suicident au Québec plus qu'ailleurs au Canada, à l'age de l'échec scolaire (15 à 19 ans) et à celui de la rupture conjugale, (30 à 49 ans), ce n'est probablement pas parce que les Québécois souffrent d'une malformation congénitale. Notre soiété traite les hommes comme s'il s'agissait d'une ressource jetable et toutes les ressources gouvernementales consacrées à la famille sont consacrées à des organismes féminins dont on a cessé de dire qu'ils sont nombreux. On dit maintenant qu'il y en a une chiée.
Yves Pageau
Montréal


C'est la perte du sens de la vie qui engendre le suicide. Ce sens existe en nous, mais il est caché. C'est ce sens perdu que chaque individu doit retrouver. 
 
Selon Friedrich Nietzsche, "Celui qui a un POURQUOI qui tient lieu de but, de finalité, peut vivre avec n'importe quel COMMENT. " 
 
Il m'est impossible de développer cette dynamique psychique en quelques lignes. Aux plus désemparés, je recommande de lire le livre du psychiatre Viktor Frankl : Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie, (Éditions de l'homme), mais avant tout, de parler autour d'eux de leur mal-être, du mal-être du mâle d'aujourd'hui ! 
 

Gilbert Bochenek
Québec


Ces statistiques donnent froid dans le dos, on voit bien que la détresse dans notre société est de plus en plus répandu.  
 
L’individualisme et l’abandon des enfants, pour aller travailler, des parents est d’après moi la cause première du problème, c’est aussi la cause principale du problème a Huttington. Les parents travaillent et pour se faire pardonner du fait qu’ils abandonnent les jeunes, ils les gâtent de matériel et leur donne le droit de tout faire.  
 
C’est là la source de bien des maux, violence des jeunes, drogues, suicides. Mais pour les garçons c’est bien pire, l’école est fait pour les filles, pas assez pratique, quand ils doivent aller sur le marché du travail, ils sont victimes de discrimination positive, quand ils tombent amoureux ils se rendent vite compte que la femme désire être indépendante, indépendante en couple? Quelle idée farfelue, en couple, l’un doit compter sur l’autre réciproquement. L’autonomie ok, mais l’indépendance, vraiment pas. De plus avec nos lois du divorce, l’homme perd tout, enfant argent et tout le matériel qu’il a accumulé durant sa vie. Les organismes pour lui venir en aide sont très rare, on aide les femmes mais pas les femmes et le message qu’un homme c’est fort ça encaisse tout est encore véhiculé, surtout par des femmes, les mères de ses jeunes. 
 
Les femmes sont aussi victimes de cet indépendance mais comme une intervenante le disait. Elles ont souvent un réseau social plus développé que celui de l’homme, mais n’empêche qu’elles aussi subissent l’individualisme de nos société et plusieurs, environ 80% désireraient resté à la maison plutot que de travailler. 
 
Il y en qui disent que la plupart des hommes qui se suicident sont des homosexuels qui ne sont pas acceptés dans notre société. Ah oui? Je doute qu’a 15 ans un peu statué qu’une personne est homosexuelle, à 15 ans, les jeunes sont perdus et se cherche, certains vont essayé l’homosexualité croyant se trouver, ça ne fait pas d’eux des homosexuels. En Nouvelle-Zélande les homosexuel sont encore plus accepté qu’ici mais la aussi il y beaucoup de suicide, surtout de jeune homme qu’on dit homosexuel, c’est pour ça que je ne crois pas en la théorie que la suicide des gays est en majeur parti du à comment les hétéro les traitent. Je crois plus que c’est des gens perdu qui se cherchent et qui ne se sont pas trouvé. 
 
Les femmes font encore plus de tentatives mais c’est un appel à l’aide et une façon d’attirer l’attention, pour les hommes c’est plus une abdication et vu qu’on homme se doit d’être fort, il ne se plaint pas en passe à l’Acte, il ne veut pas se manquer car ça ajouterait du poids au fardeau qu’il trimballe. 
 
Le suicide est un problème grave que notre société ignore. Qu’attend on pour réagir? 

Dominic Pageau
lévis


S'il y a plus d'hommes que de femmes qui réussissent leur suicide c'est qu'ils utilisent des moyens plus efficaces qu'elles, et qu'ils tuent leurs épouses avant de se suicider. Ajoutez au nombre de femmes qui ont réussi leur suicide le nombre de femmes tuées par leur amant ou ex-amant et vous aurez probablement un nombre de décès égal des deux côtés.
Carol Deschesnes
Lavalle


On se fait appeller consommateur et on n'en fait plus de cas; 
 
On vit pour travailler, on travaille pour gagner de l'argent, on gagne de l'argent pour s'acheter des choses inutiles. 
 
À quoi rime notre mode de vie? 
 
Demandez à un enfant ce qu'il veut faire plus tard et il vous répondra un métier. 
 
En est-on rendu là? À faire croire aux enfants que la seule chose à laquelle ils peuvent espérer, c'est un travail pour le reste de leur vie? 
 
Je crois que ce n'est pas les québécois, mais le monde occidental qui est en train de sombrer. 
 
Ajoutez à cela un climat hivernal 8 mois par année, un gouvernement de merde et des rêves qui s'envolent en fumée et voilà les caractéristiques propres au Québec. 
 
"Soyez réalistes, exigez l'impossible" 
-Che Guevara
Alex Lefrançois Leduc
Pincourt


Bonjour, 
 
Quel triste phénomène que le suicide... 
 
Je suis vraiment attristé que notre avenir soit si sombre car comment parler autrement quand c'est notre jeunesse qui s'auto-détruit!!! 
 
Qu'est-ce qui peut pousser des jeunes à vouloir quitter ce monde, différents facteurs sont en causes (malheureusement je ne les connaient pas tous )  
 
 :-Le manque de foi en l'avenir car partout on parle de diminution de salaire(clauses orphelins), de diminution de condition de travail(sous-traitance), de diminution d'embauche et de précarité d'emploi. 
 
 :-On leur met un couvre feu et ainsi leur démontre qu'ils ont moins de droits que les adultes (Huntingdon). 
 
 :-On les droguent au ritalin à l'école car ils ne sont pas "conforme". 
 
 :-Manque de temps de qualité avec les parents, souvent les 2 parents travaillent ou ils divorcent donc ils en résultent un plus faible sentiment de soutien famillial. 
 
 :-Absence de projet rassembleur des dirigeants et de la société. 
 
 :-Manque d'encouragement pour les garçons, ex-pas de chapeaux les gars. 
 
 :-Manque de modèle positif et constructif 
 
 :-culture de l'avoir au lieu de celle de l'être. 
 
 :-on parle toujours de santé et de pension alors qu'ils ne savent même pas si ils auront la chance d'en bénéficier. 
 
 :-On voudrait qu'il ait tous le même comportement. 
 
 :-ils s'endettent de plus en plus pour leurs études sans trouver par la suite d'emploi décent pour vivre et rembourser. 
 
Voila quelques raisons du désaroi des jeunes! 
 
Les jeunes hommes demandent moins d'aide et sont moins encouragé à en demander et pour eux, le suicide est radical car ils veulent en finir avec la vie car il a trop accumulé alors que pour la femme souvent le suicide est utilisé comme une demande d'aide de dernier recours(d'où l'utilisation de moyen moins radicaux comme les médicaments).  
 
On doit encourager les hommes à demander de l'aide et à ne pas en avoir honte mais il faut que la société les y aident!!! Les femmes sont généralement plus encline à se confier mais p-e qu'on les écoutent pas assez??? 
 
La vie, ça n'a pas de prix!!! 
 
Notre société égoiste, mercantiliste, individualiste avec son culte du veau d'or et de la vie humaine éternel est en train de sacrifier la jeunesse! 
 
Rassemblons-nous pour créer un monde meilleur basé sur une solidarité inter-générationelle, des relations familliales épanouies, un environement moins pollués, moins d'injustice, un esprit d'entraide et de coopération ainsi je pense nous pourions diminuer les suicides!!! 
 
Je sais, je rêve!!!  
 
C'est justement se qui me tiens vivant, je rêve d'un monde meilleur et si je suis seul à rêver ça restera utopique mais si nous sommes plusieurs à y rêver et à travailler pour que celà se concrétise, celà se concrétisera!!! 

Frédéric Pageau
lévis


Lisez les forums ici et vous comprendrez!! 
 
Toujours la faute des autres hein...! 
 
Je crois que le nom es....LOSER!
S Gill
Emirats


Le passé du québec a donné un rôle dénaturé aux mères qui devaient enfanter chaque année.Génération négligée,mal sevrée,mariage obligé pour vivre tout simplement la sexualité,qui a son tour a eu des enfants moin nombreux mais de façon dénaturée car le lait maternelle était poison et on endormait les mères avant l'accouchement ...Ce qui brise le lien objectal qui facilite grandement la communication entre mère et enfant.Dénaturer ce qui est naturel et il y aura des conséquences à court et long terme.Québec s'est fait voler ses parents.Et au Canada,les trois peuples devraient se sentir chez lui où qu'ils aillent s'installer peut importe leur nombre ou leur force.D.D.Mondor
danièle deveault mondor
ste agathe.


je suis admiratrice de radio-canada et en particulier de maisonneuve - je suis Israelienne qui vit a Haifa(Nord d'Israel)- 
j'aimerai exprimer mon desaroi sur la violence contre des enfants - je pense que ce probleme n'appartient pas seulement a la societe canada mais c'est une maladie mondiale due a la societe de consomation// 
j'ai travaille pendant 30 ans dans un institut financier - etant mariee mere de deux enfants - nos horaires de travail ici sont de 8 heures a 15hou 16 heure de l'apres midi - la maman a beaucoup de temps en revenant du travail de passer plusieurs heures de qualite avec les enfants qui etudient e 8 h du matin jusqu'a 14h - c'est la norme en Israel - les parents du moins ceux qui le veulent consacrent plus de temps aux enfants - devoirs d'ecole - discusions dejeuner et dinner ensemble . mais il y a aussi malheureusement une telle recession dans le pays que la plupart des couples se sont separes due a la mauvaise situation economique - ce qui veut dire - alcool - drogues et depression -  
un pays comme le canada si riche doit consacrer plus d'effort pour sa population/ 
et la qualite de vie de ses enfants qui sont le futur de la nation/ 
pardonnez moi de mettre mon nez ailleurs que chez moi- mais c'est important d'ecouter les autres aussi - God bless you all
Shoulamith vardi
haifa-israel


 


Le Québec occupe le 3e rang mondial du taux de suicide
 
[Écoutez l'extrait>>>]
 


 
Suicides au Québec : le problème prend de l'ampleur
Institut national de santé publique du Québec

 
Étude complète
L'épidémiologie du suicide au Québec : que savons-nous de la situation récente?



Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes
Error processing SSI file