Pour consulter nos archives de l'année 2001

JANVIER 2001


SEMAINE DU 7, 14, 21, 28

Émission du dimanche
7 janvier 2001

Sommaire

Première heure

Au temps des dinosaures

Les chiffres de la science

La profession d'infirmière se redéfinit
Le petit journal de la science
Chronique histoire des sciences avec Yves Gingras

Pour écouter la première heure

Deuxième heure

Pierre Dansereau: la vie d'un écologiste

Histoires d'eau: la mer d'Aral

Le livre de la semaine: Anatomie et biologie des rhinogrades ou la réédition d'un canular

Pour écouter la deuxième heure



Première heure

Au temps des dinosaures

avec Dominique Lapointe

Des Québécois préparent actuellement une exposition sur les dinosaures. Il s'agit d'une exposition itinérante financée par les gouvernements du Québec et du Canada, et appuyée par le Séminaire de Sherbrooke et le Planétarium de Montréal.

Elle est sous la coordination non pas d'un professionnel mais d'un amateur de paléontologie, Mario Cournoyer. Ce technicien en informatique a monté depuis plusieurs années une collection de plus de 50 000 fossiles qui ont fait l'objet de plusieurs publications scientifiques.

Invité :
Mario Cournoyer, coordonnateur de l'exposition.

Pour écouter le reportage



Les chiffres de la science

Plus de 300 000 personnes de 65 ans et plus sont hospitalisées chaque année aux États-Unis pour une fracture de la hanche. Et le plus étonnant, c'est que le quart d'entre elles décèderont dans l'année suite à cette fracture ou à ses complications.

Source: New England Journal of Medecine, le 23 novembre 2000.

Pour écouter le reportage



La profession d'infirmière se redéfinit

avec Yanick Villedieu

Le premier Congrès international des infirmières et infirmiers de l'espace francophone, qui s'est tenu à Montréal il y a quelques semaines, se voulait un lieu de réflexion sur la nature et la spécificité de la profession.

Plusieurs infirmières ont ainsi fait ressortir que leur profession n'est pas le simple prolongement ni l'annexe de la médecine. Et des recherches effectuées auprès des malades et de leurs proches démontrent bien que la profession d'infirmière est beaucoup plus que ce à quoi nous avons trop souvent tendance à la réduire.

Invités :
Francine Ducharme, professeur à la faculté des sciences infirmières de l'Université de Montréal et chercheure à l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal.
Michel Nadot, doyen de la section professionnelle de l'École du personnel soignant de Fribourg en Suisse.

Pour écouter le reportage




Le petit journal de la science

John Le Carré dénonce les pratiques des grandes compagnies pharmaceutiques

L'auteur de l'Espion qui venait du froid, John LeCarré, vient de publier un nouveau roman dans lequel il dénonce le scandale d'une recherche scientifique à la solde des grands groupes pharmaceutiques.

 

Dans un article qu'il vient de publier dans le Sunday Telegraph de Londres, et dont la traduction paraît dans le dernier numéro du Courrier international, le célèbre écrivain britannique rapporte l'anecdote suivante: «Le cocktail anti-sida que les États-Unis offrent actuellement coûte 10 000 dollars par patient et par an. Tous ses composants font l'objet d'un brevet. Un fabricant américain de médicaments génériques à qui on a demandé d'en calculer le prix, s'il n'avait pas à respecter les brevets, a abouti à une estimation de 230 dollars par patient et par an... et il ferait des bénéfices.»

Les oiseaux des zones agricoles menacés

En Europe, les populations des oiseaux des zones agricoles, compagnons de l'homme et de l'animal de ferme depuis des siècles, connaissent un déclin sans précédent.

Selon une recherche de la Société royale pour la protection des oiseaux en Angleterre, l'intensification de l'agriculture depuis les années 1970 provoquerait ce phénomène.

Le taux annuel de déclin que l'on observe actuellement chez les oiseaux dans les campagnes européennes est supérieur à celui que l'on a déjà observé chez des oiseaux qui sont aujourd'hui disparus. Ainsi les méthodes intensives d'agriculture font plus de tort à l'hirondelle, à la cigogne, au vanneau huppé, à la pie grièche et aux autres espèces que les effets combinés du changement climatique, de la pollution et de la déforestation, selon des écologistes britanniques.

Source: BBC News

Pour écouter le reportage



La chronique des Années lumière

Le 21e siècle sera le siècle du risque technologique

avec Yves Gingras

Pour écouter la chronique



Deuxième heure

Pierre Dansereau: la vie d'un écologiste

avec Marie-Hélène Poirier

Le cinéaste Fernand Dansereau tourne présentement pour l'ONF un film sur la vie et la carrière de son cousin, Pierre Dansereau. Cet écologiste québécois de réputation internationale participe lui-même au film en refaisant toutes les étapes d'une vie bien remplie. En effet, Pierre Dansereau a obtenu son doctorat en sciences en 1936. De retour au Canada, il a secondé le frère Marie-Victorin, le célèbre botaniste. Il a ensuite enseigné dans une vingtaine d'universités dispersées à travers cinq continents. Le tournage l'a donc mené à la Terre de Baffin dans l'Arctique, en Gaspésie et à New York. Par la suite, il se rendra au Brésil, en Europe et en Nouvelle-Zélande.

Marie-Hélène Poirier a rencontré Pierre et Fernand Dansereau, ainsi que l'équipe de tournage, qui se trouvent présentement à New York.

Pour écouter le reportage


La série des Années lumière

Histoires d'eau: la mer d'Aral

avec Chantal Srivastava

Cette nouvelle série des Années lumière vous racontera au cours des prochaines semaines des histoires qui illustrent l'impact des activités humaines sur l'évolution des cours d'eau. Pour débuter cette série, notre journaliste, Chantal Srivastava, nous amène en Asie centrale pour nous raconter la tragique histoire de la mer d'Aral.

Invités :
Antoine Sempéré, biologiste et responsable du bureau du Centre national de recherches scientifiques à Moscou.
Monique Mainguet, spécialiste de l'érosion éolienne et professeur à l'Université de Reims où elle dirige le Laboratoire de géographie zonale pour le développement. Elle est également l'auteure de plusieurs ouvrages sur la mer d'Aral.

Pour écouter la chronique



Le livre de la semaine

avec Dominique Lapointe

Le livre Anatomie et biologie des rhinogrades a été publié en 1962 sous la plume du mystérieux professeur Harald Stumpke, un zoologiste jusqu'alors inconnu. Il présentait une première mondiale, une toute nouvelle espèce de mammifères, les rhinogrades. La traduction française, de ce livre que l'on disait allemand, était appuyée par la préface d'un autre scientifique, Pierre-Paul Grassé de l'Institut de France et directeur du laboratoire d'anatomie comparée de l'Université Pierre et Marie Curie. Anatomie et biologie des rhinogrades est en fait un canular. Il vient d'être réédité aux Éditions Dunod.

Invité:
Stéphane Hergueta du Muséum National d'Histoire naturelle.

Pour écouter la chronique


Émission du dimanche
14 janvier 2001

Sommaire

Première heure

L'uranium appauvri est-il responsable du «syndrome des Balkans»?

  Les chiffres de la science

La physique des bulles en pleine effervescence
Bill Gates présente la Xbox de Microsoft
Chronique nature avec Rachel Léger

Pour écouter la première heure

Deuxième heure

Le ponderostat : le thermostat du poids corporel

  Les mots de la science

Histoires d'eau : le fleuve Rouge
Le petit journal de la science
L'auteur de la semaine : Derrick De Kherckhove publie L'intelligence des réseaux

Pour écouter la deuxième heure



Première heure

L'uranium appauvri est-il responsable du «syndrome des Balkans»?

avec Pauline Vanasse

Au cours de la semaine dernière, l'OTAN a tenté de rassurer tous les pays qui s'inquiètent des effets sur les militaires de l'utilisation d'uranium appauvri lors des bombardements en ex-Yougoslavie en 1995 et 1999, appelé communément «le syndrome des Balkans».

L'OTAN a toutefois convenu de réaliser de nouvelles études à ce sujet. Un comité s'est réuni lundi dernier à Bruxelles à la demande de l'Italie, inquiète après l'apparition d'une trentaine de maladies suspectes, dont cinq leucémies mortelles, chez d'anciens soldats ayant servi dans les Balkans.

L'uranium appauvri est un métal faiblement radioactif et très dense qui permet de percer les blindages les plus épais. Lors de la campagne au Kosovo au printemps 1999, l'OTAN a reconnu avoir tiré plus de 30 000 obus à uranium appauvri. Plusieurs pays, dont la Grande-Bretagne, l'Espagne, le Portugal, la Grèce, la Finlande, la Belgique, la Turquie, la Russie, la Bulgarie et la République tchèque, ont annoncé qu'ils allaient faire subir des examens médicaux aux soldats ayant servi dans les Balkans et vérifier les taux de radioactivité sur les sites où leurs forces de maintien de la paix sont toujours présentes.

De son côté, l'Organisation mondiale de la santé doute que l'utilisation de munitions à l'uranium appauvri fasse augmenter le nombre de cas de leucémie dans les Balkans. Selon le docteur Mike Repacholi, expert scientifique de l'OMS, quand ce type de radiations pénètrent dans le peau, elles sont presque totalement absorbées en elle. Ces conclusions de l'OMS n'ont pas empêché l'Italie et l'Allemagne de réclamer un moratoire sur l'utilisation d'uranium appauvri, tant que la cause des cancers chez les anciens soldats ne soit établie avec certitude. Plusieurs délégations internationales de haut niveau sont actuellement au Kosovo pour examiner les risques posés par l'utilisation de munitions à l'uranium lors des bombardements sur l'ex-Yougoslavie.

Invités :
Reza Mehran, chirurgien thoracique de l'Hôpital d'Ottawa et médecin militaire en Bosnie dans les années 1990.
Claude Maylin, directeur du service de radiothérapie de l'Hôpital Saint-Louis à Paris.

Pour écouter le reportage

Hyperlien pertinent :
Programme des Nations unies pour l'environnement
Rapport sur les sites contaminés à l'uranium appauvri au Kosovo.



Les chiffres de la science

70 % de toute la production d'antibiotiques aux États-Unis est donnée à des animaux d'élevage en bonne santé. Les éleveurs les utilisent pour accélérer la croissance de leurs poulets, porcs et bovins. Et pendant ce temps les bactéries deviennent de plus en plus résistantes aux antibiotiques.

Source : Union of Concerned Scientists, 8 janvier 2001.



La physique des bulles en pleine effervescence

avec Marie-Hélène Poirier

L'étude des bulles ne date pas d'hier. En effet, la bulle sphérique, la plus petite surface enveloppant un volume donné, a été étudiée par un savant grec Archimède au IIIe siècle avant notre ère. Il faut toutefois attendre les travaux du mathématicien allemand, Amandus Schwartz, en 1882 pour en faire la démonstration. Puis, un scientifique belge, Joseph Plateau, s'est intéressé aux bulles de savon au XIXe siècle et il en a dégagé quatre lois qui font encore aujourd'hui autorité. La physique des bulles s'est enrichie tout récemment de nouvelles découvertes qui ont été publiées dans le Physical Review Letters.

Invité :
Nicolas Vandewalle, physicien de l'Université de Liège en Belgique.

Pour écouter le reportage




Bill Gates présente la Xbox de Microsoft

avec Marie-Hélène Poirier

Lors de la grande foire annuelle de la haute technologie, qui se tenait du 6 au 9 janvier à Las Vegas, Microsoft présentait sa nouvelle console de jeu, la Xbox. Cette console est deux à trois fois plus puissante que la Playstation 2 de Sony. Microsoft investit donc un domaine contrôlé par les Japonais depuis 20 ans.

Xbox, compatible avec Internet à haute vitesse, pourrait recevoir dans un futur rapproché du son et des images par le câble ou le téléphone qui alimenterait le téléviseur ou la chaîne haute fidélité. Mais le potentiel de cette console pourrait dépasser largement ces premières utilisations.

Invité:
Philippe Leroux, analyste Internet chez VDL2.

Pour écouter le reportage



La chronique des Années lumière

Nature

Les biologistes comprennent mieux la vie des phoques

avec Rachel Léger

Pour écouter la chronique



Deuxième heure

Ponderostat : le thermostat du poids corporel

avec Yanick Villedieu

Comment le corps contrôle-t-il son propre poids? Par un mécanisme physiologique complexe que le docteur Michel Cabanac, professeur au département de physiologie de l'Université Laval, à Québec, a appelé un «ponderostat», par analogie avec le thermostat de nos maisons. Il s'agit d'un mécanisme important et fort complexe qui faisait récemment l'objet du symposium annuel de la chaire de recherche en obésité Donald B. Brown de l'Université Laval.

Mais la réalité physiologique que tente de décrire le ponderostat est complexe et elle n'a pas révélée tous ses secrets. C'est que le maintien du poids corporel dépend de l'action et de l'interaction d'une foule de phénomènes physiologiques comme l'appétit, le désir de manger, la sensation de faim et de satiété, ou encore, le stockage de l'énergie ou la quantité d'énergie «brûlée» par l'organisme sous forme de chaleur, et qu'on appelle thermogenèse. Car la vie peut se résumer à une histoire de combustion, dont l'intensité dépend en partie de ce que perçoit l'organisme : au froid, il produit plus de chaleur ; privé de nourriture, il économise l'énergie en en produisant moins ; trop nourri, au contraire, il brûle, ou essaie de brûler davantage de calories. Il faut également noter que la thermogenèse est contrôlée automatiquement par le système nerveux autonome, comme l'est par exemple le cour. Parallèlement au mécanisme qui accélère la thermogenèse, il en existe un second qui la freine. Et ce qui est fascinant dans toute cette histoire, c'est le rôle qu'y joue le tissu adipeux. Un tissu que l'on voit de plus en plus comme un acteur de premier plan dans le phénomène de contrôle du poids corporel.

Invités :
Dr Michel Cabanac, professeur au département d'anatomie et de physiologie de l'Université Laval.
Dr Denis Richard, titulaire de la chaire de recherche sur l'obésité de l'Université Laval.
Dr Abdull Dullou, Université de Fribourg, Suisse.
Dr Angelo Tremblay, professeur au département de kinésiologie de l'Université Laval.

Hyperlien pertinent :
Chaire de recherche sur l'obésité
Département d'anatomie et de physiologie de
l'Université Laval.

Pour écouter le reportage



Les mots de la science

«Dans le champ de la création, en science comme ailleurs, c'est le temps qui prononce le jugement définitif. Les contemporains peuvent se tromper, mais à la longue, un grand savant méconnu, cela n'existe pas.»

Fernand Seguin, La Bombe et l'orchidée, p. 162.



La série des Années lumière

Histoires d'eau : le fleuve Rouge

avec Chantal Srivastava

Au Viêt-Nam, quelque 30 millions de personnes habitent le delta du fleuve Rouge. Un fleuve turbulent qui sort fréquemment de son lit. Les Vietnamiens ont donc appris à vivre avec ses débordements qui détruisent leurs récoltes, leurs maisons et font parfois des morts.

En réponse à ces inondations, ils ont construis un réseau complexe de digues et de barrages. Mais depuis le milieu des années 1940, ce sont précisément ces barrages et digues qui flanchent à cause de l'usure et qui provoquent à leur tour des inondations.

Invités :
Ferdinand Bonn, chercheur au Centre d'applications et de recherches en télédétection (CARTEL) de l'Université de Sherbrooke.
Pham Van Cu, géographe du Centre de télédétection et de géomatique à Hanoi.

Hyperliens pertinents :
CARTEL
Centre d'applications et de recherches en télédétection de l'Université de Sherbrooke

L'environnement deltaïque du fleuve Rouge
CNES

Pour écouter la chronique



Le petit journal de la science

Il ne faut pas mettre tous les brocolis dans le même panier!

En effet, selon les variétés, le potentiel anticancéreux du légume, mis en évidence notamment pour les cancers du colon et du rectum, diffère. Des scientifiques américains de l'Agricultural Research Service ont examiné 71 sortes de brocolis, en y recherchant la présence de composés chimioprotecteurs comme le glucoraphanine et son dérivé, le sulforaphane.

Fait à noter, ils ont observé l'existence de variations significatives selon les variétés de brocoli étudiées. La prochaine étape pour eux c'est de rechercher la base génétique de ces variations, pour la suite créer de nouveaux types de brocolis, plus riches en composés protecteurs.

Source : http://www.infoscience.fr/breves/breves.php3

Naissance d'un singe rhésus génétiquement modifié

Un singe rhésus génétiquement modifié est né il y a trois mois et se porte bien, ce qui peut laisser espérer une longue lignée de primates spécialement créés pour la mise au point de traitements pour des maladies telles que le sida ou le cancer du sein. ANDi, pour «ADN inséré», est né au Centre régional de recherche sur les primates de l'Université des sciences de la santé de l'Oregon. C'est là qu'est né l'an dernier le premier singe cloné, Tetra.

Les chercheurs se sont contentés d'insérer un gène marqueur afin de valider la technique. Les chercheurs ont modifié 224 ovules, qui ont fourni 40 embryons viables. Sur les cinq grossesses menées à terme, trois petits sont nés vivants. ANDi était le seul à présenter le gène marqueur. Mais les chercheurs disent qu'une fois la technique au point, il sera tout aussi facile d'insérer des gènes de maladie, comme celle d'Alzheimer par exemple, pour l'étudier plus facilement. Curieusement, même s'il est officiellement porteur du gène de la protéine fluorescente, aucune partie de son organisme n'émet de fluorescence pour le moment. Cela peut vouloir dire deux choses: ou bien l'insertion a échoué, ou bien l'expression du gène inséré ne se produira que plus tard dans la vie de l'animal. Les paris sont ouverts.

Hyperlien pertinent :
Premier singe génétiquement modifié
Université des sciences de la santé de l'Oregon.

Les oiseaux migrateurs utilisent le Soleil comme boussole

Les oiseaux qui migrent du nord-ouest du Canada vers l'est de l'Amérique du Sud utilisent le soleil comme boussole durant leur périple. C'est ce que révèle une étude publiée cette semaine dans la revue Science. On savait déjà que les oiseaux possèdent une boussole magnétique interne, mais ils ne peuvent pas s'en servir quand ils partent du Canada à cause de la proximité du Pôle nord magnétique.

En suivant des oiseaux migrateurs au cours de l'été 1999, les chercheurs ont constaté que les oiseaux réussissaient à trouver le chemin le plus court, ce qui exige des ajustements constants dans la direction, en utilisant le Soleil comme point de repère.

Source : Science, le 12 janvier 2001

Pour écouter la chronique



L'auteur de la semaine

avec Chantal Srivastava

L'arrivée d'internet bouleverse nos vies. C'est une percée technologique comparable à l'invention de l'imprimerie. Internet a des répercussions dans le domaine des affaires, de la politique, de l'éducation, des médias et en science. On commence à peine à entrevoir l'ampleur des changements provoqués par le web.

Derrick De Kerchove dirige le programme McLuhan de recherches sur la culture et la technologie de l'Université de Toronto. Il vient de publier L'intelligence des réseaux chez Odile Jacob. Dans cet ouvrage, il s'interroge sur l'impact de cette connexion en réseaux. Il se demande même si elle ne mènera pas un jour à l'apparition d'une intelligence indépendante : l'intelligence des réseaux. Il s'est rendu dans nos studios à Toronto pour répondre aux questions de notre journaliste.

Pour écouter la chronique


Émission du dimanche
21 janvier 2001

Sommaire

Première heure

Le Scientifique de l'année 2000 de Radio-Canada : le docteur Thomas J. Hudson

Chronique astrophysique avec Laurent Drissen

Pour écouter la première heure

Deuxième heure

Une nouvelle confirmation du Big Bang

Histoires d'eau : le fleuve Sénégal et la culture irriguée
Le petit journal de la science
L'auteur de la semaine : François Cohadon publie Sortir du coma

Pour écouter la deuxième heure



Première heure

Le Scientifique de l'année 2000 de Radio-Canada : Thomas J. Hudson

avec Yanick Villedieu

Depuis 14 ans, l'équipe des Années lumière choisit un ou une scientifique qui s'est particulièrement illustré en lui remettant le prix du Scientifique de l'année de Radio-Canada. Le choix s'est porté cette année sur le docteur Thomas J. Hudson, directeur du Centre Génome de Montréal rattaché au Centre de santé de l'Université McGill. Il est également directeur adjoint du Whitehead Institute-MIT Genome Center de Cambridge au Massachusetts.

L'équipe des Années lumière l'a choisi pour le rôle de premier plan qu'il a joué dans le décryptage du génome humain. Le projet Génome humain est une des entreprises scientifiques les plus ambitieuses de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle.

La remise du prix s'est faite mercredi 17 janvier à l'Hôpital générale de Montréal en présence notamment du docteur Hugh Scott, directeur général du Centre universitaire de santé McGill et de Alain Saulnier, directeur de l'information de la radio française de Radio-Canada.

En plus de l'entrevue réalisée aux Années lumière, le docteur Thomas J. Hudson fait la une de Québec Science ce mois-ci, et sera à Découverte, à la télévision de Radio-Canada, le 11 février.

Hyperliens pertinents :

Courte biographie du Dr Thomas J. Hudson
Industrie Canada

«Le génome humain, un jeu de mots cachés à peine entamé»
Article du Dr Thomas J. Hudson dans Le Devoir.


Pour écouter l'entrevue



La chronique des Années lumière

Astrophysique

Laurent Drissen explore les horizons de la masse manquante de l'Univers composée à 99 % d'objets que nous ne connaissons pas.

Pour écouter la chronique



Deuxième heure

Une nouvelle confirmation du Big Bang

avec Dominique Lapointe

La revue Nature nous apprenait récemment que trois astrophysiciens ont réussi à mesurer la température de l'Univers à quelque 12 milliards d'années-lumière de la Terre. Les astrophysiciens cherchaient depuis des années cette confirmation «calorifique» de la théorie du Big Bang. Il s'agit d'une première très importante puisque cette lecture de température s'inscrit parfaitement dans les prédictions sur le refroidissement et l'expansion de l'Univers.

Invité :
Patrick Petitjean de l'Institut d'astrophysique de Paris (CNRS).

Pour écouter le reportage



La série des Années lumière

Histoires d'eau : le fleuve Sénégal et la culture irriguée

avec Chantal Srivastava

Le fleuve Sénégal est un cours d'eau long de 1700 kilomètres qui prend sa source au Mali traverse par la suite le nord du Sénégal où il délimite la frontière avec la Mauritanie. Depuis la fin des années 1980, l'entrée en service de deux grands barrages a eu un impact majeur sur la vie des paysans qui vivent en bordure du fleuve Sénégal.

Ces barrages ont notamment favorisé la prolifération de certaines maladies, comme le paludisme et la bilharziose, une infection causée par un parasite qui vit dans les eaux stagnantes des canaux et des réservoirs. Ils sont également montrés du doigt à cause de leur impact sur l'environnement et la salinisation des terres en milieu aride.

Mais les barrages n'ont pas que des impacts négatifs : ils permettent à des paysans d'assurer la survie de leur famille en cultivant la terre même en saison sèche.

Invités :
Pascal Boivin, ingénieur agronome et chercheur de l'Institut de recherches pour le développement à Montpellier.
Najirou Sall, paysan sénégalais.

Pour écouter la chronique



Le petit journal de la science

Les signaux de sonar constituent un danger pour les baleines

Un chercheur canadien soutient que les nouveaux sonars utilisés par la marine canadienne et celles des pays membre de l'OTAN sont un danger pour la survie des baleines. Selon Hal Whitehead de l'Université de Dalhousie en Nouvelle-Écosse, les signaux des nouveaux sonars militaires à basses fréquences créent des interférences qui empêchent les baleines de communiquer correctement entre elles.

L'analyse de récents incidents démontre, selon le chercheur, que le système auditif de certaines baleines a été gravement détérioré après avoir été exposé aux signaux de sonars à basses fréquences.

Source : Le docteur Hal Whitehead du département de biologie de l'Université de Dalhousie.

En route pour Mars!

Des scientifiques de l'Université Ben-Gourion en Israël ont peut-être trouvé le carburant de l'avenir. L'américium 242, un élément nucléaire artificiel déjà connu, semble être idéal pour la propulsion de vaisseaux spatiaux. En effet, ils ont calculé qu'un mince film d'américium 242 d'un millième de millimètre pourrait produire assez d'énergie pour un voyage interplanétaire. Alors que les propulseurs chimiques mettraient de 8 à 10 mois pour gagner la planète Mars, l'américium permettrait de faire le même voyage en moins de deux semaines. Il ne reste maintenant aux chercheurs qu'à dessiner un réacteur assez petit et sécuritaire pour effectuer ces premiers voyages interplanétaires.

Pour écouter la chronique



L'auteur de la semaine

«Un voile noir sur un cerveau blessé.» C'est en ces termes que le neurochirurgien François Cohadon décrit le coma. Après une carrière d'une quarantaine d'années dans ce domaine, il publie Sortir du coma aux Éditions Odile Jacob. Depuis les studios de Radio-France à Bordeaux, le docteur Cohadon s'est entretenu avec Yanick Villedieu.



Pour écouter la chronique


Émission du dimanche
28 janvier 2001

Sommaire

Première heure

Changements climatiques : le cri d'alarme des scientifiques

Résistance aux antibiotiques : la situation au Canada
La nouvelle Politique québécoise de la science et de l'innovation
Chronique : La médecine sur Internet

Pour écouter la première heure

Deuxième heure

Menace sur les Galapagos

Histoires d'eau : le fleuve Amazone
Petit Journal de la science
L'auteur de la semaine : François de Closets et Bruno Lussato publient L'imposture informatique

Pour écouter la deuxième heure



Première heure

Changements climatiques:
le cri d'alarme des scientifiques

avec Chantal Srivastava

 

Le Panel intergouvernemental des Nations Unies sur les changements climatiques a présenté à Shanghai des scénarios peu réjouissants sur le réchauffement de la planète.

Tous s'entendent pour dire que la situation est irréversible et que la balle est maintenant dans le camp des gouvernements.

Invités :
Jean Jouzel, climatologue, directeur de l'Institut Simon-Pierre Laplace à Paris
Alain Bourque, météorologiste Environnement Canada

Hyperlien pertinent :
Panel intergouvernemental des Nations Unies sur les changements climatiques (IPCC) - En anglais

Pour écouter le reportage


Résistance aux antibiotiques:
la situation au Canada

avec Yannik Villedieu

 

C'est un vieux problème mais dont on n'a pas fini de parler. La résistance des bactéries aux antibiotiques inquiète de plus en plus les professionnels de la santé et, désormais, le grand public. Un grand public que les dits professionnels de la santé désirent sensibiliser davantage à une prudence dans l'usage de médicaments.

Une coalition d'associations professionnelles, le Programme national d'information sur les antibiotiques (PNIA), est venue à Montréal pour présenter les dernières nouvelles de cette guerre entre les bactéries, les antibiotiques et nous. Selon le pédiatre et infectiologue François Boucher, du côté des pneumocoques, les nouvelles ne sont pas trop mauvaises.

Autre observation, qui n'a pas manqué d'attirer l'attention des médias lors de la conférence de presse du PNIA, ce même streptococcus pneumoniae deviendrait plus résistant aux antibiotiques au Québec, un phénomène inverse à ce qu'on voit dans le reste du pays. L'observation est étonnante, dans la mesure où l'on croyait généralement que la situation au Québec était moins mauvaise.

Cela dit, et c'est la raison pour laquelle le PNIA fait actuellement campagne, il faut utiliser les antibiotiques avec plus de sagesse qu'on ne l'a fait jusque très récemment.

Invité :
Dr François Boucher, pédiatre, pavillon CHUL du CHUQ (Centre hospitalier universitaire de Québec)

Hyperlien pertinent :
Programme national d'information sur les antibiotiques

Pour écouter le reportage



La nouvelle Politique québécoise de la science et de l'innovation

avec Marie-Hélène Poirier

Le ministre Jean Rochon a présenté cette semaine un nouveau document issu de la consultation de 1200 partenaires des milieux de la recherche et de l'innovation.

Satisfaits ou insatisfaits? Une table ronde.

 

Invités :
Jean Rochon, ministre de la Recherche, de la Science et de la technologie
Mireille Mathieu, présidente de l'Association des administrateurs de recherche universitaire du Québec
Claude Demers, directeur-général de l'Association de la Recherche Industrielle du Québec

Hyperlien pertinent :
Site du gouvernement québécois traitant de cette politique

Pour écouter les commentaires des invités



La chronique des Années lumière:
La médecine sur Internet

avec Marie-Dominique Beaulieu

Il y a beaucoup, et même énormément, d'information médicale sur Internet. On peut y obtenir des renseignements sur les maladies, et même, dans certains cas, des conseils personnalisés qui se ressemblent à de véritables «consultations en ligne». Cette disponibilité de l'information, à utiliser avec prudence bien sûr, est une bonne source à consulter.

Voici quelques bons sites en français :
- Canal Vie et Québec-Amérique
- Réseau canadien de la santé
- Santé Canada
- Collège des médecins de famille du Canada et Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada
- Collège des médecins du Québec

Pour écouter la chronique



Deuxième heure

Menace sur les Galapagos

avec Dominique Lapointe

 

Le 19 janvier dernier, le pétrolier Jessica s'est échoué devant une des îles Galapagos. Ses 600 tonnes d'hydrocarbures se sont rapidement répandues menaçant la faune de ces îles. Mais le Fonds mondial pour la nautre souligne que la préservation de ce patrimoine naturel unique va bien au-delà des opérations de nettoyage en cours.

Consacré Patrimoine de l'humanité par l'UNESCO en 1979, cet archipel de 7964 kilomètres carrés abrite de multiples espèces animales rares. Près de 90 % des reptiles, 46 % des insectes, et près de la moitié des oiseaux que l'on y retrouve n'existent qu'aux Galapagos.

Les Galapagos, propriété de l'Équateur depuis 1832, sont composées de 13 îles, 17 îlots et 47 récifs en plein Pacifique. Cet archipel s'est rendu célèbre par le voyage du naturaliste Charles Darwin en 1930. C'est là qu'il a puisé une grande partie de son inspiration qui l'a amené à formuler sa fameuse théorie de l'évolution, plusieurs années plus tard.

En 1930, les explorateurs et les grandes institutions des sciences naturelles y ont créé la Fondation Charles-Darwin pour protéger et promouvoir sa valeur scientifique.

Les îles Galapagos sont nées de l'activité géologique il y a quelque 4 à 5 millions d'années, à la jonction des plaques tectoniques. On y retrouve une quinzaine de volcans dont 5 encore en activité. Ces îles sont aussi le reflet des théories de la dérive des continents puisqu'elles se déplacent toujours de quelques centimètres chaque années.

Invités :
Peter Kramer, ancien président de la Fondation Charles-Darwin
Jacques Prescott, biologiste, direction du Patrimoine écologique et du développement durable, Ministère de l'Environnement du Québec

Hyperlien pertinent :
Virtual Galapagos (site donnant quelques descriptions sur ces îles) - En anglais

Pour écouter le reportage



La série des Années lumière

Histoires d'eau :
le Rio Tapajòs, contaminé au mercure

avec Chantal Srivastava

 

Invité :
Donna Mergler, neurophysiologiste, professeur à l'UQAM, chercheure émérite CRDI Marc Lucotte, biogéochimiste, directeur de l'Institut des sciences de l'environnement de l'UQAM

Pour écouter la chronique



Le Petit Journal de la science

Marconi n'est pas l'inventeur de la radio

La semaine dernière, la radio fêtait ses 100 ans, puisque le 23 janvier 1901, Marconi avait réussi à envoyer un message depuis l'Ile de Wight, à 299 km de là. Erreur! L'invention de Marconi était bien une transmission sans fil, mais le message était en morse! Trop souvent, on confond la radio qui envoyait des «point-trait-point- trait», comme celle sur le Titanic, et la radio qui transporte la voix.

Réginald Aubrey Fessenden

Celle qui vous permet d'écouter l'émission Les Années lumière a plutôt été inventée par un Canadien, originaire des Cantons de l'Est, Réginald Aubrey Fessenden. C'est lui qui a fait la première émission de radio : d'abord, une simple phrase, le 23 décembre 1900 et puis en 1906, une véritable séquence radiophonique, dans laquelle sa femme et lui chantaient et parlaient.

Pourquoi a-t-on retenu le nom de Marconi et pas celui de Fessenden, pionnier aujourd'hui presque oublié? Il faut croire que l'un avait le talent du marketing plus développé que l'autre!

Les animaux rêvent comme nous

Qui n'a jamais vu un chien ou un chat sursauter pendant son sommeil? Il ne semble faire aucun doute, les animaux rêvent eux-aussi. Aujourd'hui, nous savons qu'ils rêvent comme nous, qu'ils revoient leur journée ou certains événements connus pendant leurs rêves.

Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) aux États-Unis ont analysé l'activité cérébrale des rats au cours d'exercices et pendant leur sommeil. Ils ont alors remarqué les mêmes tracés encéphalographiques pendant le sommeil paradoxal, c'est-à-dire pendant la période de rêve, qu'au cours des épreuves physiques devant mener à des récompenses de nourriture. Les tracés des encéphalogrammes étaient assez clairs pour y distinguer si l'animal courait dans son rêve ou s'il était arrêté.

Seul problème pour les rats, comme pour un bon nombre de mammifères, leur vision diurne ne leur permet sans doute pas de rêver en couleur!

Des étudiants appelés à tourner en rond

«Construire un véhicule mû uniquement par l'énergie provenant de ressorts et capable de réaliser le plus grand nombre de tours possible sur une piste circulaire en l'espace de 3 minutes» : c'est le nouveau défi que les organisateurs du concours Science, on tourne ! lancent aux étudiants du niveau collégial pour la 9ième édition de ce fort sympathique événement. La finale aura lieu le 5 mai à Drummondville.

D'ici là, les participants devront avoir imaginé, construit et testé leurs véhicules, qui ne peuvent être propulsés que par «des ressorts de forme hélicoïdale à spires jointes ou disjointes».

Pour apprendre les règles de l'art de tourner en rond, on se rend aux services aux étudiants de son collège, ou par Internet, au site des organisateurs du concours.

Pour écouter le journal



L'auteur de la semaine

avec Marie-Hélène Poirier

«L'imposture informatique, vive l'ordinateur simple et bon marché ! »,

par François de Closets et Bruno Lussato,

Éditions Fayard

Pour écouter la chronique


Des archives sonores de l'émission Les Années lumière sont maintenant disponibles, à partir de l'émission du 26 mars 2000. Consultez la rubrique Archives en haut de cette page.

L'émission Les Années lumière est diffusée tous les dimanches, de 12h15 à 14h à la première chaîne de la radio de Radio-Canada.