PAR DATE »
PAR MOTS-CLÉS :
PAR LA POSTE:
INDICATIF PRÉSENT
1400, RENÉ-LÉVESQUE EST
BUREAU 1328
MONTRÉAL (QUÉBEC)
H2L 2M2

PAR COURRIEL:
indicatif@radio-canada.ca

Les effets pervers de la gouvernance
[20 janvier 2003]

La gouvernance est également un lien de confiance dans nos sociétés. Souvent, notre appareil de gouvernance déraille, et ce, à cause de mécanismes manquants. En premier lieu, notre mode de scrutin en vigueur est inadéquat. Certains citoyens n'ont aucune voix au chapitre. Proposition: la représentation proportionnelle. Deuxièmement, les lieux de délibération; des référendums bien employés constituent un meilleur moyen de gouverner. En troisième lieu, il faut favoriser le lobbying, dernier refuge de la démocratie. Enfin, il faut faciliter la création de coopératives. 
 
Les effets pervers de la gouvernance sont des effets non prévus, créés par les meilleures initiatives au monde. Par exemple: les garderies à 5 $ au Québec. Après cinq ans, 40 000 enfants se retrouvent sur des listes d'attentes. Autre exemple: le contrôle des loyers était une idée généreuse. L'effet pervers: la réduction dramatique de la construction de logements locatifs, qui se détériorent. 
 
Comment combattre les effets pervers de la gouvernance? En les mettant en lumière et en insistant sur les débats publics.

» Gilles Paquet

Écoutez la chronique (9:38)