PAR DATE »
PAR MOTS-CLÉS :
PAR LA POSTE:
INDICATIF PRÉSENT
1400, RENÉ-LÉVESQUE EST
BUREAU 1328
MONTRÉAL (QUÉBEC)
H2L 2M2

PAR COURRIEL:
indicatif@radio-canada.ca

Le consensus mou
[9 juin 2003]

La pensée molle mène à une mauvaise gouvernance. Les adeptes du consensus mou donnent leur accord à tout prix parce qu'il faut un consensus à tout prix. Le problème ne se règle qu'en surface. Les adeptes du consensus mou n'acceptent pas les conflits ouverts. Le consensus mou ne mène nulle part, sauf à une paix sociale temporaire. 
 
Afin de mettre en échec le consensus mou, il faut combattre deux erreurs: la pensée évasive sur les objectifs et le manque d'évaluation intelligente et continue. La mauvaise gouvernance découle de ces deux erreurs.  
 
Des solutions pour éviter le consensus mou: mettre l'accent sur l'indifférence, le fascisme (!) et adopter un moratoire sur la pensée vague. On se débarrasserait de l'illusion de l'unanimité. 
 
 
  • Christian Morel, Les décisions absurdes, Éditions Gallimard, 2003. 
     
  • Gouvernance


  • » Gilles Paquet

    Écoutez la chronique (11:31)