Barbara en noir et blanc, un documentaire radio en neuf épisodes, rappelle la vie et la carrière de Barbara. Au piano ou sur sa chaise berçante, la chanteuse a interprété avec intelligence des mélodies chargées d'émotions, dont ses propres compositions : Nantes, Göttingen, Dis, quand reviendras-tu… Quinze ans après sa mort, elle continue à séduire par sa voix, son courage et sa passion.

Écoutez l’épisode 1 : L'héritage de BarbaraTous les épisodes

Barbara en images

Rendez-vous à l'antenne

En rediffusion, du 24 juin au 4 juillet de 20 h à 21 h
Diffusion originale sur les Radio francophones publiques à l'été 2012

Blessée par la vie dès l'enfance, Barbara se reconstruit grâce à la chanson, à la scène et à l'écriture. Dans ses Mémoires interrompues, elle dit que sa vie de femme et de mère a été un échec, que seule sa passion lui a permis de s'épanouir pleinement.
Barbara chante à Bobino, à Paris, le 29 janvier 1975.
© Getty / Michel Artault

Barbara écrit une centaine de chansons au cours de sa carrière, dont les plus belles de son répertoire. Écrites sous le coup de l'émotion, la moitié d'entres-elles voient le jour sur une période d'environ 10 ans, autour des années 1960.
© AFP / DSK

Dans les années 1940, Barbara s'habille en blanc… Dans la photo de sa classe de Saint-Marcellin, elle se situe derrière l'instituteur. La chanteuse évoque notamment sa jeunesse dans la touchante chanson Mon enfance.
Gracieuseté famille Serf

Barbara vers 1932

Barbara, née Monique Serf, voit le jour dans le quartier des Batignolles, à Paris, le 9 juin 1930. On la voit ici vers l'âge de 2 ans.
Gracieuseté famille Serf

En 1958, Pierre Hiegel, le directeur artistique de Pathé-Marconi, tombe sous le charme de la talentueuse Barbara. Il permet à celle-ci d'enregistrer un disque 45 tours, dont 2 des 4 chansons portent sa signature : J'ai troqué et J'ai tué l'amour. La semaine radiophonique, gracieuseté Martine Worms, Association Barbara Perlimpimpin

En 1954, Barbara enregistre son premier disque 78 tours à Bruxelles. On peut y entendre les chansons L'œillet blanc, de Brigitte Sabouraud, et Mon pote le gitan, de Jacques Vessière.
Gracieuseté Martine Worms, Association Barbara Perlimpimpin

L'Écluse

Longtemps, Barbara a chanté seule au piano avant de découvrir le plaisir de travailler avec une équipe de musiciens. En février 1958, elle devient la tête d'affiche de L'Écluse, un cabaret de la rive gauche de Paris. Pendant six ans, elle y retrouve un public fidèle.
© Getty / Jean Mainbourg

Des années de dur labeur permettent à Barbara de connaître le succès dans les années 1960. Elle quitte les cabarets pour se produire dans les théâtres et à la télévision. On la voit ici en prestation, à la télévision canadienne.
© Radio-Canada / Jean P. Payette

Grand Prix du disque 1965

Barbara remporte le Grand Prix du disque de l'Académie Charles Cros en 1965, pour son album Barbara chante Barbara. Peu après, la chanteuse déchire des bouts du prix pour les distribuer aux techniciens et aux musiciens de son équipe.
© AFP / Michel Clément

En février 1971, Barbara interprète une chanson en compagnie de l'accordéoniste Roland Romanelli, qui l'a accompagnée pendant 20 ans. Elle vient d'enregistrer le plus grand succès populaire de sa carrière, la chanson L'aigle noir.
© AFP / DSK

Barbara renoue avec la scène à L'Olympia de Paris en février 1978. Elle reçoit alors l'amour d'une nouvelle génération. Telle une vedette rock, elle se produira ensuite devant des milliers d'admirateurs, à Pantin, au Châtelet ou en tournées.
© AFP / Michel Clément.

En 1986, Barbara monte le spectacle Lily Passion avec Gérard Depardieu, en collaboration avec Luc Plamondon. On la voit ici avec son partenaire de scène et l'animateur Patrick Sabatier. Après avoir été jouée à Paris, Lily Passion sera en tournée en Europe pendant deux mois et demi.
© AFP / DSK

À TF1, en 1982, Barbara fait la promotion d'un film montrant son spectacle à l'hippodrome Pantin de Paris. Sa voix est de plus en plus voilée. Grâce aux conseils de la phoniatre Élisabeth Elbaz, qui deviendra une amie, elle pourra continuer à chanter.
© AFP / DSK

Épuisée, la voix en déclin, Barbara donne le dernier concert de sa carrière à Tours, le 26 mars 1994. Pour son public, Barbara enregistre en 1996 un ultime album, entourée de musiciens triés sur le volet. Jusqu'à sa mort, survenue le 24 novembre 1997, elle aura comblé son plus grand désir, celui de chanter.
© Thierry Rajic

Barbara Barbara Barbara Barbara Barbara Barbara Barbara Barbara Barbara Barbara