Accueil
Émissions
Radio en profondeur
Événements spéciaux
Questions aux artisans
Musiques diffusées
Horaire
Animateurs
Fréquences
Radio à la carte
Cyberlettre
Prix et bourses
Concours

 

animateur_valerie

Valérie Letarte est une inconditionnelle des tribunes téléphoniques. Elle est impressionnée par le ton posé et respectueux des jeunes qui participent à son émission, 275-allô/ADOS-radio. Rencontre avec une boulimique... des ondes.

La vie sans radio? Impossible! 
« Avez-vous rêvé d’être une animatrice? » « Toute ma vie! » La réponse est spontanée. Quand elle était petite, Valérie Letarte cachait une petite radio dans son lit et elle écoutait surtout les tribunes téléphoniques, de Radio-Sexe à Paul Dupuis. Aujourd’hui encore, elle dort avec des écouteurs. Elle écoute même les tribunes téléphoniques consacrées au sport, alors que le sport ne l’intéresse pas...
« Une publicité à la radio ne me dérange pas. Elle m’amuse. »  
 
CitationUne nouvelle idole? 
« Vers 18 h, j’ai tellement le goût de dormir, après toute une journée de préparation. Je fais parfois une sieste. Je me réveille un peu perdue et puis, c’est magique. À 19 h, je suis bien réveillée! » Valérie Letarte aime son nouveau travail et aspire à devenir l’amie des enfants. Il semble qu’elle ait déjà fait des conquêtes : « Parfois, leur façon de dire " Valérie ", cela me fait un petit choc. Je sens que je suis entrée dans leur vie. C’est très touchant. »  
 
Au Salon du livre de Montréal, Valérie Letarte a eu l’impression d’être une grande vedette, assaillie par les demandes d’autographe de jeunes admirateurs. « Les jeunes étaient autour de moi. J’avais presque du mal à respirer. »  
 
Les hasards de la vie 
Tout allait bien pour Valérie Letarte au sein de l’équipe de C’est bien meilleur le matin. Sa crédibilité était solidement établie en tant que critique culturelle. Elle aurait poursuivi pendant quelques années. Au printemps dernier, on lui a proposé d’animer 275-allô/ADOS-radio, qui traite de mille et un sujets au cours d’une même semaine. « Chaque fois que je me sens à l’aise, la vie me pousse ailleurs. Je dois me remettre en question, prendre une décision. »  
 
Plus jeune, Valérie Letarte a choisi par amour de rester en France, après deux ans au Conservatoire d’art dramatique. Au milieu des années 80, elle a laissé tomber des études en sciences politiques et ses activités à la radio communautaire pour animer la nuit à CKOI. En 1993, elle a quitté une émission où elle était bien, à TQS, pour travailler à l’émission du matin de TVA. « J’aime bien une forme de routine. Mais la vie s’est chargée régulièrement de m’apporter du changement. Je n’ai pas eu le choix. C’était trop tentant. » 
 
CitationFaire des plans 
Valérie Letarte a grandi dans une maison remplie de livres : « J’ai vu mes parents lire et avoir hâte de lire. » Elle se rappelle avoir été une enfant autonome, qui ne s’est jamais ennuyée. Elle a fréquenté une école alternative. « J’utilise encore tous les jours ce que j’ai appris à 6 ans, quant à la méthode de travail. Je sais comment m’organiser. » Valérie Letarte aime apprendre : elle raffole de la documentation fournie par les recherchistes de 275-allô/ADOS-radio pour répondre aux questions des jeunes. 
 
La vie avec Pavel 
Même dans ses loisirs, Valérie Letarte demeure une personne structurée. Elle préfère jardiner avec son père qui cultive les légumes en rangées bien ordonnées. C’est aussi une passionnée des fleurs sauvages dont elle connaît les noms en français et en latin. Aujourd’hui, elle est contente d’avoir troqué l’horaire du matin et les soirées trépidantes des arts pour une vie qui convient mieux à son rôle de mère. Elle rêve de montrer à Pavel, son fils de 2 ans, le merveilleux monde de la flore. Elle espère que plus vieux, il aura autant de plaisir qu’elle à pratiquer le ski de fond. Aujourd’hui, la vie culturelle de Valérie Letarte, ce sont Les p’tites tounes et le monde de Caillou et elle ne s’ennuie pas du tout...  
 
Cinq spectacles qui ont compté :  
  • Charles Aznavour : « C’est vraiment une leçon de le voir sur scène. » 
  • Diane Dufresne : « Sa voix est plus belle que jamais, avec un brin de vulnérabilité qu’elle n’avait pas. » 
  • Rufus Wainwright : « C’est mon chouchou. » 
  • Les Charbonniers de l’enfer : « ... et tout ce que fait Michel Faubert. Toute l’imagerie est dans notre tête. »  
  • Le Hussard sur le toit : « C’est un film que j’ai vu des dizaines de fois. Pour le côté midinette en moi. » 
     
    Un reportage de Danielle Foucart



  • Intégrale de l'entrevue avec Valérie Letarte
    [écoutez l'extrait audio »]
    Durée : 00:33:20
    Valérie Letarte décrit cinq spectacles et un film qui l'ont marquée.
    [écoutez l'extrait audio »]
    Durée : 00:05:32



    Site de 275-allô

    Site de ADOS-radio


    Radio-Canada n’est aucunement responsable du contenu des sites externes en hyperlien.