Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Visite guidée

Bienvenue sur Première PLUS

Vue de Première PLUS sur mobile, tablette et ordinateur
Vue de Première PLUS sur mobile, tablette et ordinateur
Les relations tendues entre les juges et les journalistes
Rencontres publiques

Les relations tendues entre les juges et les journalistes

6 éléments 

Cette table ronde animée par l'avocat émérite Me Jean-Claude Hébert, porte sur les relations entre juges et journalistes. En effet, si pour assurer la santé de nos sociétés démocratiques la relation entre la presse et la justice est indispensable, elle n'est pas toujours des plus simples. Les cinq participants qui proviennent du milieu juridique, journalistique, politique et universitaire tentent de décortiquer l'inévitable tension entre le droit du public à l'information et le bon déroulement des procédures judiciaires.

Avec Jean-Claude Hébert (animateur et intervenant), Lucie Rondeau, Stéphane Giroux, Gilles Ouimet, Judith Harvie et Georges Azzaria (invités)

Une table ronde présentée lors du colloque Tribunaux et médias : une relation sous tensions organisé par l'Acfas le 12 mai 2017 à l'Université McGill.

Photo : Les cinq panélistes lors de la table ronde "les relations entre juges et journalistes". - Radio-Canada

La juge en chef de la Cour du Québec Lucie Rondeau
La juge en chef de la Cour du Québec Lucie Rondeau   Photo : Cour du Québec

« Les médias s’intéressent presque exclusivement aux affaires criminelles, pourtant la justice est tellement plus large », dit Lucie Rondeau. La juge en chef de la Cour du Québec explique les principales raisons pour lesquelles médias et tribunaux ont parfois une relation difficile et tente de dresser quelques pistes de solutions pour améliorer cette cohabitation nécessaire à la démocratie. Elle revient notamment sur le scandale qui a éclaté dans un réseau de prostitution juvénile dans la ville de Québec, où les journalistes se sont intéressés à un seul aspect du problème.

Rencontres publiques

Avec : Lucie Rondeau (conférencière)

Stéphane Giroux
Stéphane Giroux   Photo : Radio-Canada

Stéphane Giroux explique les raisons pour lesquelles les médias semblent s’intéresser davantage aux affaires judiciaires. « Les affaires civiles sont beaucoup plus longues, les gens sont peu intéressés à parler aux médias et l’information est beaucoup moins accessible », dit le journaliste. Il ajoute que, s’il faut mener une bataille perpétuelle pour s’assurer que les portes de la justice ne se ferment pas derrière nous, il n’a jamais vu les tribunaux aussi ouverts et transparents qu’aujourd’hui.

Rencontres publiques

Avec : Stéphane Giroux (conférencier)

Gilles Ouimet en novembre 2016
Gilles Ouimet en novembre 2016   Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

« La relation entre les tribunaux et les médias, c’est comme un vieux couple; les deux partenaires ont besoin l’un de l’autre, ils se respectent, l’amour est plus ou moins présent, mais la relation reste essentielle », dit Gilles Ouimet avec le sourire. L’avocat-criminaliste explique que, ce qui est au cœur de cette relation forcée, c’est la confiance du public. « Sans transparence du système judiciaire, on risque d’effriter cette confiance », ajoute-t-il.

Rencontres publiques

Avec : Gilles Ouimet (conférencier)

L’avocate de Radio-Canada Judith Harvie
L’avocate de Radio-Canada Judith Harvie   Photo : Radio-Canada / Vincent Champagne

L’avocate Judith Harvie qui se trouve à la jonction de ces deux mondes constate que les deux pouvoirs ne se comprennent pas toujours bien. Ce sont des systèmes qui fonctionnent à des vitesses de traitement complètement opposées. « L’information est rapide, immédiate, tandis que la justice doit prendre le temps de s’exprimer et de réfléchir », dit-elle. Selon elle, il est important que les gens se parlent et qu’il y ait une plus grande confiance entre les deux institutions.

Rencontres publiques

Avec : Judith Harvie (conférencière)

Le criminaliste Jean-Claude Hébert
Le criminaliste Jean-Claude Hébert   Photo : Radio-Canada

Me Jean-Claude Hébert remet en question la pertinence de la Loi sur l’accès à l’information, qui impose au service de police une obligation de garder confidentiels les informations et les renseignements qui sont colligés lors d’une enquête policière. « Va-t-on tolérer longtemps ce système hypocrite où d’un côté on demande des enquêtes policières confidentielles, et de l’autre, on contredit la loi en passant par une requête pour obtenir les dénonciations », dit-il. Les autres participants se prononcent aussi sur la question.

Rencontres publiques

Avec : Jean-Claude Hébert (conférencier)

Georges Azzaria, professeur de propriété intellectuelle et de méthodologie à la Faculté de droit de l'Université Laval
Georges Azzaria, professeur de propriété intellectuelle et de méthodologie à la Faculté de droit de l'Université Laval   Photo : Faculté de droit, Université Laval

Lors de cette dernière présentation, Georges Azzaria a le mandat de synthétiser les propos des invités. Il constate que le rapport entre les médias et les tribunaux est beaucoup plus complexe qu’une simple relation de dépendance. En effet, les journalistes ne font pas qu’expliquer au grand public ce que fait la justice. Bien que les deux ordres professionnels partagent des valeurs communes comme la transparence et l’exactitude des faits, ils ont des mandats différents, des cultures différentes, et leurs normes sont parfois irréconciliables, selon le professeur.

Rencontres publiques

Avec : Georges Azzaria (conférencier)

Société

Toutes les listes Société
L'animatrice Marie-France Bazzo

5 éléments

Dan Bigras soutient le Refuge des jeunes depuis plus de 20 ans.

1 élément

NULL

9 éléments

Toutes les listes Société

Chargement en cours