Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Visite guidée

Bienvenue sur Première PLUS

Vue de Première PLUS sur mobile, tablette et ordinateur
Vue de Première PLUS sur mobile, tablette et ordinateur
Parce qu'on est en 2016

Cet extrait fait partie de la liste d'écoute Parce qu'on est en 2016

Photo : Pénélope McQuade anime l'émission Parce qu'on est en 2016. - Julie Perreault

Cet extrait vous a été recommandé

Tanya St-Jean et Camille Robert
Tanya St-Jean et Camille Robert   Photo : Radio-Canada/Christian Côté

L’étudiante en droit Aurélie Lanctôt et la journaliste Toula Drimonis s’intéressent aux concepts de « trigger warning » et de « safe space », intrinsèquement liés à la protection des émotions des jeunes à l’université. L’étudiante trouve que la crainte de choquer ou de blesser peut mener à d’inquiétantes dérives. La journaliste, elle, estime que cette conscientisation des enseignants est bénéfique. Dans un deuxième temps, Cathy Wong, du Conseil des Montréalaises, Tanya St-Jean, cofondatrice du site Je suis indestructible, et Camille Robert, adepte de boxe thaïlandaise, discutent de solutions pour combattre le sentiment d’insécurité que les femmes ressentent dans les espaces publics. Elles proposent de suivre des cours d’autodéfense et d’améliorer l’éclairage en milieu urbain. L’auteure Catherine Ethier dresse ensuite la liste des cinq moments « qui nous font croire qu’on est sauves ».

Parce qu'on est en 2016

Avec : Pénélope McQuade (animatrice), Aurélie Lanctôt, Toula Drimonis, Camille Robert, Cathy Wong, Tanya St-Jean et Catherine Ethier (invitées)

Chargement en cours