Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Visite guidée

Bienvenue sur Première PLUS

Vue de Première PLUS sur mobile, tablette et ordinateur
Vue de Première PLUS sur mobile, tablette et ordinateur
Hackers extra
Séries originales

Hackers extra

5 éléments 

Vous croyez que vous n'avez rien à cacher? Que vos publications sur les réseaux sociaux sont inoffensives? Vous pensez que la cyberguerre, c'est uniquement dans les films? Au cours de la série télévisée Hackers, présentée sur ICI Explora en novembre 2016, l'animateur Matthieu Dugal a exploré les mythes entourant l'univers peu connu des pirates informatiques. Avec Hackers extra, il est maintenant accompagné de quatre spécialistes de la cybersécurité avec qui il discute des questions qui ont été soulevées dans la série et il continue d'approfondir la réflexion sur ce nouveau Far West que constitue le web aujourd'hui.

Avec Geneviève Lajeunesse, de Crypto Québec, Masarah Paquet, chercheure à GoSecure, Benoit Gagnon, directeur cybersurveillance et sécurité de l'information aux Commissionnaires du Québec, et Éric Parent, PDG d'EVA-Technologies (invités)

Abonnez-vous au balado sur iTunes.

Photo : Matthieu Dugal anime Hackers extra, en exclusivité sur Première PLUS. - Lou Scamble

Les invités de Matthieu Dugal réfléchissent à la cybersécurité à partir de la série télé Hackers.
Les invités de Matthieu Dugal réfléchissent à la cybersécurité à partir de la série télé Hackers.   Photo : Radio-Canada / Vincent Champagne

De nombreux analystes prédisent qu’un événement de type Pearl Harbour ou 11 Septembre va se produire tôt ou tard dans les systèmes informatiques de la planète. « C’est comme de dire qu’un moment donné, il va pleuvoir », dit Benoit Gagnon. En effet, « on a des problèmes dans les structures », explique Geneviève Lajeunesse, car la centralisation des serveurs n’est pas l’option la plus sécuritaire pour prévenir les attaques. En criminologie, il faut toujours se demander s’il y a un « délinquant motivé », souligne Masarah Paquet, qui se demande qui aurait intérêt à s’attaquer aux organismes canadiens.

Hackers extra

Geneviève Lajeunesse, de Crypto Québec
Geneviève Lajeunesse, de Crypto Québec   Photo : Radio-Canada / Vincent Champagne

Quand on dit « pirate informatique », bien des gens s’imaginent un homme solitaire et en mauvaise santé dans son sous-sol, avec un capuchon sur la tête. Or, comme l’expliquent les invités de Matthieu Dugal, il existe des entreprises bien établies, notamment en Russie et en Chine, où les pirates informatiques travaillent en équipe avec des horaires de travail régulier. L’image du pirate solitaire est utile aux entreprises qui vendent des solutions de sécurité informatique, explique une invitée, parce qu’elle contribue à alimenter la connotation négative associée aux pirates. Pourtant, plusieurs d’entre eux pensent d’abord à faire le bien, explique-t-on.

Hackers extra

Éric Parent, PDG d'EVA-Technologies et enseignant en cybersécurité à Polytechnique et à HEC Montréal
Éric Parent, PDG d'EVA-Technologies et enseignant en cybersécurité à Polytechnique et à HEC Montréal   Photo : Radio-Canada / Vincent Champagne

L’élection américaine de 2016 est entachée de forts soupçons de piraterie informatique provenant de la Russie. Comment protéger l’intégrité des résultats électoraux là où des systèmes de vote informatique existent? Certains jurent comme fer qu’il faut retourner au bon vieux papier, d’autres estiment que la technologie reste une bonne méthode, mais qu’il faut renforcer les protocoles sécuritaires.

Hackers extra

Masarah Paquet, chercheure à GoSecure
Masarah Paquet, chercheure à GoSecure   Photo : Radio-Canada / Vincent Champagne

Les pirates informatiques qui agissent dans un but noble font de plus en plus les manchettes. Désignés comme des « hacktivistes », une contraction entre le mot anglais hacker (pirate) et le mot activiste, ils dévoilent les torts et les travers des gouvernements ou des entreprises. Les invités de Matthieu Dugal discutent des cas célèbres que sont Edward Snowden et Julian Assange. Ils sont d’avis qu’il est urgent de protéger les lanceurs d’alerte comme eux. Surtout, ils estiment que l’on doit reconnaître leur importance, sinon, il n’y aura que le strict minimum qui sera fait en matière de sécurité par les organismes.

Hackers extra

La table ronde de Hackers extra sur la cybersécurité
La table ronde de Hackers extra sur la cybersécurité   Photo : Radio-Canada / Vincent Champagne

Il revient à tout un chacun de faire sa part pour contrer l’œuvre néfaste des pirates informatiques, expliquent les invités de Matthieu Dugal. Pour le simple citoyen, qui ne mène pas une vie numérique très complexe, les mots de passe sont à la base de tout. Il faut qu’ils soient difficiles à déchiffrer et changés fréquemment. Pour les petites entreprises, des solutions de sécurité plus complexes sont à mettre en place. Il faudrait que le gouvernement lance des campagnes d’information et que le sujet soit plus abondamment évoqué dans les médias.

Hackers extra

Science

Toutes les listes Science
Armand Frappier dans les années 70

1 élément

Une course de motoneige

5 éléments

Un champ de maïs

4 éléments

Toutes les listes Science

Chargement en cours