Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Visite guidée

Bienvenue sur Première PLUS

Vue de Première PLUS sur mobile, tablette et ordinateur
Vue de Première PLUS sur mobile, tablette et ordinateur
Alanis Obomsawin : le parcours engagé d’une cinéaste

Alanis Obomsawin : le parcours engagé d’une cinéaste

4 éléments 

Avant de joindre l’Office national du film, la documentariste Alanis Obomsawin s’est fait connaître grâce à ses talents de chanteuse. Cette Amérindienne de la Mauricie, victime de discrimination tout au long de sa jeunesse, dévoue désormais sa vie à la promotion des droits autochtones et à la préservation de la culture des Premières Nations.

Photo : Alanis Obomsawin en 2012 - La Presse canadienne / La Presse canadienne/Frank Gunn

Alanis Obomsawin au Festival international du film de Toronto en 2013
Alanis Obomsawin au Festival international du film de Toronto en 2013   Photo : La Presse canadienne/Galit Rodan

Dans les années 1940 à Trois-Rivières, Alanis Obomsawin se faisait insulter parce qu’elle était autochtone. En 2008, elle raconte comment une enseignante raciste, qui lui infligeait des sévices corporels, l’a renvoyée injustement de l'école primaire. La cinéaste parle aussi du courage de son père dans la résolution de cette histoire choquante.

J'avais 20 ans

Avec : Alanis Obomsawin

Alanis Obomsawin reçoit un Prix de la gouverneure générale en 2008.
Alanis Obomsawin reçoit un Prix de la gouverneure générale en 2008.   Photo : La Presse canadienne / La Presse canadienne/Fred Chartrand

La culture amérindienne est caractérisée par de magnifiques chants transmis de génération en génération. Interviewée par l’animatrice Renée Larochelle, Alanis Obomsawin explique l’origine et la signification des différentes chansons et entonne ensuite une berceuse abénaquise.

Partage du jour

Avec : Renée Larochelle (animatrice), Alanis Obomsawin (invitée)

Alanis Obomsawin en 2012
Alanis Obomsawin en 2012   Photo : Radio-Canada

La chanteuse Alanis Obomsawin livre en 1969 un vibrant plaidoyer pour les droits autochtones et pour la fin du paternalisme d’Ottawa. « On est fatigués du gouvernement qui décide tout pour nous. Le jour où les Indiens auront le droit de faire les choses chez eux, il n’y aura plus de problèmes. Je déteste la charité. Moi, je crache sur ça. Ce n’est pas comme ça que nous aidons les Indiens. »

Quelle histoire!

Avec : Luc Durand (narration), journaliste inconnue, Alanis Obomsawin (invitée)

Alanis Obomsawin dans son bureau à l'ONF en 2015
Alanis Obomsawin dans son bureau à l'ONF en 2015   Photo : La Presse canadienne/Ryan Remiorz

Dans une capsule diffusée en 2003, Alanis Obomsawin explique son processus créatif et les raisons qui l’ont menée vers le documentaire et l’Office national du film. La cinéaste parle de son biais pour la voix, qu’elle trouve plus importante que l’image. Elle dit qu'elle s'est donné pour objectif de favoriser la préservation de la culture du plus grand nombre de communautés autochtones grâce à son travail.

Les créateurs/The creators

Avec : Alanis Obomsawin

Arts

Toutes les listes Arts
Sylvain Lelièvre au micro

7 éléments

Un jeune homme danse le breakdance.

5 éléments

Les quatre jours du balado sont une présentation de Première PLUS

2 éléments

Toutes les listes Arts

Chargement en cours