Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Lorsque la littérature bouscule la société

Lorsque la littérature bouscule la société

6 éléments 

Certaines œuvres soulèvent la colère et déchaînent les passions. Michel Tremblay, Nelly Arcan, le Frère Untel et bien d’autres se sont inscrits dans l’histoire parce qu’ils ont provoqué et fait réfléchir. Ces entrevues démontrent bien que les mots ont un pouvoir et qu’ils peuvent faire bouger les choses.

Photo : Une partie de la distribution des Belles-soeurs en 1968 - Musée québécois de la culture populaire

Jean-Paul Desbiens, le frère Untel, en 1964
Jean-Paul Desbiens, le frère Untel, en 1964   Photo : Radio-Canada/André Le Coz

Le frère Pierre-Jérôme, de son vrai nom Jean-Paul Desbiens, ne s’attend pas à un succès de librairie lorsqu’il publie, en 1960, cet ouvrage vitriolique qui marquera l’histoire. Il y déplore la piètre qualité de la langue parlée au Canada français et dénonce l’archaïsme du système d’éducation. Dans cette entrevue, il se dit encouragé par la réaction du public. « Le malade a répondu au vaccin », dit-il.

Émission spéciale

Avec : Paul-Émile Tremblay (animateur), Jean-Paul Desbiens (invité)

Michel Tremblay en 1971
Michel Tremblay en 1971   Photo : Radio-Canada/André Le Coz

Jamais un auteur n’avait manié la langue populaire avec autant de talent que Michel Tremblay dans Les belles-sœurs. Quelques semaines après la première, en 1968, Tremblay affronte les critiques. L’un approuve cet « acte de stylisation parfaitement réussi », un autre lui reproche d’être « allé plus loin que nécessaire ». « Dans Les belles-sœurs, le joual, c’est secondaire », clame Michel Tremblay.

Des livres et des hommes

Avec : Gilles Marcotte (animateur), Michel Tremblay (invité), Jean Basile et Martial Dassylva (critiques littéraires)

Denise Boucher, auteure des <em>Fées ont soif</em>
Denise Boucher, auteure des Fées ont soif   Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La pièce Les fées ont soif, de Denise Boucher, déchaîne les passions lors de sa création, en 1978. Des catholiques manifestent à l’entrée du Théâtre du Nouveau Monde, scandalisés que l’on incarne la Sainte Vierge sur scène. L’archevêque de Montréal condamne l’œuvre, la jugeant vulgaire et méprisante. La journaliste Denise Faille a vu la pièce et a rencontré le porte-parole de l’archevêque.

Présent

Avec : Robert Desbiens (animateur), Denise Faille (journaliste), Mgr Jean-Marie Lafontaine (porte-parole de l’archevêque de Montréal)

Jean-Paul Mousseau en 1979
Jean-Paul Mousseau en 1979   Photo : Radio-Canada/Jean-Pierre Karsenty

En 1965, le peintre Jean-Paul Mousseau explique ce que le mouvement automatiste a voulu exprimer en publiant Refus global, 17 ans plus tôt. « C’était le refus de tout ce que la société nous présentait dans ce temps-là, dit-il, comme le christianisme et le duplessisme. » Ce manifeste « exprimait notre temps » et incarnait « un début de conscience ».

Book-Club

Avec : René Ferron (animateur), Jean-Paul Mousseau (invité)

Dany Laferrière en entrevue à Radio-Canada en 1985
Dany Laferrière en entrevue à Radio-Canada en 1985   Photo : Radio-Canada

Le jeune Dany Laferrière étonne lorsqu’il publie, en 1985, Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer. Au cours de cette entrevue, il parle de ses origines haïtiennes et explique pourquoi il préfère le mot « nègre » à « Noir ». Il raconte comment il a dépeint les scènes de relations sexuelles dans le roman. C’est un livre « déroutant », admet l’animatrice Suzanne Giguère.

Les belles heures

Avec : Suzanne Giguère (animatrice), Dany Laferrière (invité)

Détail de la couverture du livre <em>Putain</em>, de Nelly Arcan
Détail de la couverture du livre Putain, de Nelly Arcan   Photo : Éditions du Seuil

Nelly Arcan publie son premier récit au Seuil, un éditeur français, en 2001. Le succès, instantané, a des échos au Québec avant même que l’œuvre ne soit arrivée sur nos rayons. L’auteure reconnaît que le livre est entouré d’une importante opération marketing, mais tente de ramener le discours de l’œuvre à l’avant-plan. La sexualité, la psychanalyse et les tentations suicidaires tissent cet écrit où se brouillent le réel et la fiction.

Indicatif présent

Avec : Marie-France Bazzo (animatrice), Nelly Arcan (invitée)

Arts

Toutes les listes Arts
Le conteur François Lavallée

9 éléments

Claude Léveillée le 16 octobre 1961

5 éléments

La science-fiction nourrit l'imaginaire des scientifiques.

5 éléments

Toutes les listes Arts

Chargement en cours