Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Pierre Girard
Audio fil du jeudi 18 janvier 2018

Benoît Duguay défend son fils qui veut limiter les saisies de cellulaires à l'extérieur des classes

Publié le

Benoît Duguay et son fils Vincent devant l'ordinateur
Benoît Duguay appuie la démarche de son fils Vincent.   Photo : Radio-Canada

Le père du jeune qui conteste la saisie des téléphones cellulaires au-delà des heures de classe défend la démarche de son fils.

Benoît Duguay n’est pas étonné du débat enflammé que suscite la mise en demeure de son fils Vincent à l’endroit de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay.

« On ne pensait pas que ça allait aller aussi fort que ça, mais j’avais averti Vincent que ça allait polariser les opinions et qu’il fallait assumer la démarche », a mentionné M. Duguay, en entrevue à l’émission Y’a des matins.

Vincent Duguay, qui ne s'est jamais fait saisir son téléphone, dénonce le fait que certains de ses camarades qui ne respectent pas l'interdiction d'utiliser leur cellulaire en classe se font confisquer leur appareil durant 24 heures ou plus, soit à l'extérieur des heures de cours.

Certaines personnes ont mal compris. La démarche de Vincent n’est pas pour que les jeunes puissent utiliser leur cellulaire, mais pour que ce soit mieux encadré.

Benoît Duguay, père de Vincent

Il ajoute que le but de son fils est d’éviter les préjudices pour les jeunes, qui se retrouvent parfois sans cellulaire durant toute une fin de semaine.

« Vincent est quelqu’un de très brillant, sensible et qui a le souci de justice », raconte son père.

Il s’assume et ça fait partie de son avancement dans la vie. Je l’appuie là-dedans.

Benoît Duguay, père de Vincent

Réponse de la commission scolaire

La Commission scolaire des Rives-du-Saguenay confirme avoir reçu la mise en demeure.

La porte-parole, Claudie Fortin, affirme que le dossier est maintenant entre les mains du service juridique.

« À ma connaissance, c’est la première fois qu’un élève entreprend une démarche en ce sens », a-t-elle précisé en entrevue.

Pour l’instant, aucune rencontre formelle n’est prévue entre les deux parties.

Chargement en cours