Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marjorie April
Audio fil du lundi 23 octobre 2017

La souffrance d’un nourrisson en sevrage d’opioïdes

Publié le

nouveau-nés dans un centre de néonatalogie
Au Canada, près de 2000 bébés sont victimes des opioïdes et doivent être hospitalisés pour le syndrome de sevrage néonatal.   Photo : Getty Images / ERproductions Ltd

Ils sont frêles, poussent des cris stridents et dorment très peu en raison de la douleur. Les premières semaines d'existence des bébés qui naissent avec une dépendance aux opioïdes sont éprouvantes.

Marc Keelan-Bishop en sait quelque chose. Son fils adoptif est né avec cette condition. Sa mère biologique était devenue dépendante à l'oxycodone après un accident de la route. Elle prenait de la méthadone sous supervision médicale pour vaincre cette dépendance pendant sa grossesse. Les symptômes de sevrage chez le nourrisson sont les mêmes pour la méthadone que pour les autres opioïdes.

La semaine passée, Radio-Canada révélait qu’entre 2016 et 2017, près de 2000 nouveau-nés avaient été hospitalisés pour le syndrome de sevrage du bébé. Une conséquence de la crise des opioïdes qui sévit au Canada.

Marc Keelan-Bishop a voulu partager son histoire sur Facebook, après avoir vu notre article à ce sujet.

Je voyais des commentaires sur internet de gens qui disaient que mon fils ne devrait pas exister, que ça aurait été mieux comme ça

Marc Keelan-Bishop

En a-t-il voulu à la mère biologique de son fils pour lui avoir causé autant de souffrance?

« C'était une dépendance à un médicament prescrit par le médecin. Elle est tombée là-dedans quand elle avait 19 ans », explique-t-il. « Elle voulait se défaire de sa dépendance et elle prenait de la méthadone. Elle est très héroïque: elle savait qu'elle était encore dépendante, elle avait peur de retomber en arrière avec un nouveau-né à la maison. On a une adoption ouverte. On la voit souvent et elle fait partie de la vie de mon fils. »

En entrevue à Y a pas deux matins pareils, il raconte que son fils est maintenant âgé de six ans, qu'il mène une vie normale et qu'il est le sportif de la famille.

Chargement en cours