Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Lou St-Onge
Audio fil du jeudi 9 novembre 2017

Mirela Rahneva se lance tête première dans une saison olympique

Publié le

Mirela Rahneva
Mirela Rahneva   Photo : Getty Images / Matthias Hangst

La saison dernière, Mirela Rahneva a été une révélation du Canada sur le circuit de la Coupe du monde de skeleton. Lors de son année recrue, elle a terminé au troisième rang au classement cumulatif. Elle est montée quatre fois sur le podium, remportant une médaille d'or, une d'argent et deux de bronze.

Un texte de Guillaume Charbonneau

Maintenant âgé de 29 ans, l'athlète d'Ottawa possède davantage d'expérience, de confiance et s’apprête à attaquer la deuxième saison de sa carrière sur le circuit. Elle est présentement à Salt Lake City pour la première Coupe du monde de la saison.

Bien humblement, Mirela ne se voit pas comme une des meilleures athlètes au monde. Elle affirme qu’elle a encore du travail à faire et qu’elle a encore beaucoup à apprendre pour devenir une des meilleures.

Mirela Rahneva salue la caméra avec un large sourire.
Mirela Rahneva d'Ottawa, avant une course de skeleton à Calgary.   Photo : Dave Holland

Même après tout ce succès, l’Ottavienne d’adoption avoue être nerveuse pour la prochaine année et ne veut pas se donner d’objectif.

« L’an dernier, j’étais beaucoup plus confiante vers la fin de la saison, mais les résultats de l’an dernier ne comptent plus [...] Je veux performer sans me donner d’attente précise, tout comme la saison dernière et faire du mieux que je peux... Sans la pression », a-t-elle affirmé lors d’une entrevue téléphonique.

Le seul objectif que Mirela a dans sa mire est les Jeux de Pyeongchang. Avec son immense talent, Mirela peut non seulement rêver aux Olympiques, mais elle pourrait très bien être un espoir de médaille pour le Canada.

Représenter le pays aux Jeux olympiques serait le plus grand honneur! 

Mirela Rahneva, athlète de skeleton

La famille de Mirela a quitté la Bulgarie en 1997 pour s’installer dans la capitale du Canada. « C’est difficile à décrire, puisque ma famille a fait tellement de sacrifice pour qu’on puisse vivre au Canada », a-t-elle raconté.

Mais comment expliquer son succès? Avant de se lancer dans le skeleton, Mirela était une joueuse de rugby accompli. Elle a connu beaucoup de succès sur le circuit universitaire. Mirela aurait même pu se retrouver aux Jeux olympiques d’été, puisqu’elle faisait partie de l’équipe canadienne de rugby à sept. Mais, quelques années avant Rio, elle a décidé de délaisser ce sport pour se concentrer sur sa vie professionnelle.

La discipline et la détermination que Mirela a acquise au rugby lui servent beaucoup en skeleton.

« Le rugby est un sport très difficile. Tu ne cesses de pousser tes limites pour atteindre un niveau de performance qui semble parfois inatteignable, mais tu finis par réussir! », a-t-elle dit. On peut donc dire que le rugby a bien forgé Mirela mentalement et physiquement pour le skeleton.

Mirela Rahneva
Mirela Rahneva Photo : La Presse canadienne/Urs Flueeler

Un sport spectaculaire

Le skeleton est considéré comme le plus ancien sport de glisse au monde. Il a été au programme des Jeux olympiques de 1928 à Saint-Moritz et en 1948 au même endroit. C’est d’ailleurs dans cette ville en Suisse que le sport a été inventé à la fin des années 1800. En 2002, le skeleton effectue un retour permanent sur la scène olympique. Il est toujours spectaculaire de voir les athlètes descendre la piste à toute allure, tête première.

Certains affirment qu’il faut être littéralement fou pour descendre une piste glacée en skeleton. Par contre, Mirela affirme que le skeleton est beaucoup plus sécuritaire de nos jours. Depuis les dernières années, le sport s'est développé et l'aspect de la sécurité a aussi évolué.

Je ne crois pas que mon sport est dangereux. Je crois que c'est palpitant et excitant!

Mirela Rahneva, athlète de skeleton

L'athlète de 29 ans a de la difficulté à décrire la sensation de descendre la piste à près de 130 km/h. « Lorsque tu attaques chaque virage avec perfection et que tout va comme tu veux, c'est tellement gratifiant et irréel! »

Évidemment, Mirela affirme qu’il est très difficile de corriger le tir lorsque quelque chose ne va pas comme prévu. En plus de devoir lutter contre la gravité et la vitesse, il ne faut pas oublier que les athlètes sont couchés sur une planche qui descend à vive allure sur de la glace.

Mirela court avant de s'élancer en skeleton
Mirela Rahneva au début d'une course   Photo : David McColm

Mirela est très nerveuse avant chaque course, mais elle tente de ne pas le démontrer. « J’espère que les autres athlètes le sont également [...] Ça fait partie du sport de performer avec cette pression et cette nervosité! La personne qui performe le mieux avec ces émotions terminera au sommet! », a-t-elle conclu.

Chargement en cours