Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Doris Larouche
Audio fil du mercredi 25 octobre 2017

Émilie Gaudreault sacrée Jeune agricultrice de l’année

Publié le

Émilie Gaudreault dans une cuisine
Émilie Gaudreault au travail   Photo : courtoisie Émilie Gaudreault

Une jeune femme d'Albanel, Émilie Gaudreault, a été désignée Jeune agricultrice de l'année par la Fédération des agricultrices du Québec.

Un texte de Vicky Boutin

Émilie Gaudreault oeuvre dans la production de bleuets sauvages biologiques et boréals. À 29 ans, elle est copropriétaire de l’entreprise Les délices du Lac-Saint-Jean, avec sa mère et sa sœur. Elles s’étaient fait connaître l’an dernier lors de leur passage à l’émission Dans l’œil du dragon.

En entrevue à Style libre, elle a confié être très touchée par le prix qu’elle a reçu.

Je suis réellement fière d’avoir acquis ce titre. C’est quelque chose qui est très important chez nous.

Émilie Gaudreault, agricultrice
Une tarte aux bleuets coupée
La tarte de l'entreprise Les Délices du Lac-Saint-Jean a le vent dans les voiles. Photo : Radio-Canada/Lynda Paradis

« Souvent, on reconnait les fermes laitières et l’agriculture végétale, mais je trouve ça intéressant que pour une fois on se soit ouvert aux productions fruitières », souligne-t-elle.

Émilie Gaudreault regarde une cliente qui goûte à la tarte.
Émilie Gaudreault présente sa tarte aux bleuets dans un kiosque de dégustation. Photo : Radio-Canada/Michel Gaudreau

Émilie Gaudreault raconte qu’il y a très peu de femmes dans le domaine de la production de bleuets sauvages et qu’elle est souvent vue comme le « mouton noir ». Cependant, au fil des ans, elle affirme avoir réussi à faire son chemin. « Je suis arrivée à tailler ma place. »

Des projets à revendre

L’entreprise familiale a le vent dans les voiles. De nombreux projets sont sur la table pour commercialiser différents produits.

On est attiré par l’étranger, mais ce n’est pas nécessairement notre première avenue.

Émilie Gaudreault, agricultrice

Mme Gaudreault précise que le marché du Québec et du Canada est encore la priorité de l’entreprise.

Chargement en cours