Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Doris Larouche
Audio fil du lundi 16 octobre 2017

Affaire Weinstein : vague de dénonciations envers la violence sexuelle

Publié le

Un homme touche le genou d'une femme
Une femme repousse la main d'un collègue qui lui touche la jambe.   Photo : iStock

L'affaire Harvey Weinstein continue de prendre de l'ampleur. Selon l'intervenante sociale Christine Audet, de la Maison ISA à Saguenay, les nombreuses dénonciations pourraient en entraîner d'autres.

Un texte de Vicky Boutin

Le producteur américain est plongé au cœur d’un scandale sexuel qui secoue Hollywood. Des femmes célèbres ont pris la parole pour dénoncer ses gestes, et d’autres ont pris le relais un peu partout dans le monde pour dénoncer à leur tour des situations semblables. Sur les médias sociaux, elles utilisent le symbole #MoiAussi ou #MeToo.

Le mot-clic #moiaussi sert à dénoncer qu'on a été victime de violence à caractère sexuel
Le mot-clic #moiaussi sert à dénoncer qu'on a été victime de violence à caractère sexuel Photo : Radio-Canada

En entrevue à l’émission Style libre, Christine Audet a rappelé qu’une Canadienne sur trois était victime d’une agression à caractère sexuel et que la situation touchait un homme sur six.

Les gens qui dénoncent, par contre, ne sont pas légion pour toutes sortes de raison. Elle cite en exemple le manque de confiance envers le système judiciaire, le fait que peu de cas se traduisent en accusations devant le tribunal et la peur de représailles.

Le fait d’en parler de plus en plus, c’est quelque chose de positif parce que ça nous permet de faire de l’éducation, ça permet de dire aux gens c’est quoi le consentement sexuel, ça permet de briser le sentiment de solitude.

Christine Audet, intervenante à la Maison ISA

L’intervenante invite la population à dénoncer les gestes d’agressions à caractère sexuel, de même que les blagues sexistes puisqu’elles ont également un impact dans la vie des personnes visées. Elle précise toutefois que ces dénonciations doivent se faire selon le rythme de chacun et de chacune, puisque cette forme de dévoilement n'est pas nécessairement le chemin adéquat pour tous.

La Maison ISA, qui existe depuis 1983, est un organisme qui vient en aide aux femmes qui ont subi une agression.

Chargement en cours