Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Doris Larouche
Audio fil du mercredi 11 octobre 2017

Maisons des jeunes en région : faire beaucoup avec peu de moyens

Publié le

Frédéric Beaulieu et Karine Bouchard tiennent le rapport
L'auteur de l'étude sur les maisons des jeunes, Frédéric Beaulieu, accompagné de la présidente régionale du Regroupement des maisons des jeunes, Karine Bouchard.   Photo : Radio-Canada / Meghann Dionne

Une première étude sur la situation des maisons des jeunes au Saguenay-Lac-Saint-Jean a démontré qu'un centre reçoit en moyenne 100 jeunes par année. Les plus grands peuvent en recevoir jusqu'à 250.

Le rapport a aussi permis d'en apprendre sur la fréquentation au quotidien.

Les jeunes fréquentent de façon quotidienne, ce qui veut dire que certains peuvent être là chaque jour de la semaine.

Frédéric Beaulieu, chargé de projet et auteur d’une étude sur les maisons des jeunes

Un sentiment d'appartenance

« Il viennent au quotidien, mais ils viennent aussi longtemps. Ils développent un lien d'appartenance avec leur milieu et on peut les avoir jusqu'à ce qu'ils aient 17 ou 18 ans », explique la présidente du Regroupement régional des maisons des jeunes, Karine Bouchard.

Elle ajoute que cette étude contribuera à briser les préjugés à l'égard de ceux qui fréquentent les maisons des jeunes.

Ce n'est pas vrai que les jeunes qui viennent en maisons de jeunes sont problématiques et consomment.

Karine Bouchard, présidente du Regroupement régional des maisons des jeunes

Des défis de taille

Les maisons des jeunes de la région sont fiancées en grande partie par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les municipalités contribuent financièrement elles aussi.

« Il y a des maisons de jeunes qui ont 10 000 $ de financement par année et d'autres 250 000 $, mais elles réussissent toutes les deux à offrir des services 18 heures par jour », soutient l'auteur de l'étude, Frédéric Beaulieu. Selon lui, les organismes doivent souvent faire preuve de souplesse et de créativité pour survivre.

Parmi les 37 établissements de la région, 27 ont participé à l'étude.

Qu'est-ce qu'une maison des jeunes : lieu d'animation pour les jeunes entre 12 et 17 ans qui viennent sur une base volontaire

Chargement en cours