Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Claude Bernatchez
Audio fil du mardi 7 novembre 2017

Martin Petit s'explique sur la création d'un nouveau festival d'humour

Publié le

Rosalie Vaillancourt, Adib Alkhalidey, Martin Petit, Réal Béland et François Bellefeuille.
De gauche à droite : Rosalie Vaillancourt, Adib Alkhalidey, Martin Petit, Réal Béland et François Bellefeuille.   Photo : Facebook (Kinetograph Montréal)

Martin Petit et un groupe de cinquante humoristes ont publié une vidéo ce matin annonçant la création du Festival du rire de Montréal dont la première édition devrait se tenir l'été prochain. On y voit notamment Lise Dion, Michel Barrette, Réal Béland et François Bellefeuille s'adresser au public et aux gens d'affaires sur l'air de We are the World.

Un texte de Jean-Simon Fabien

« On m’entend fausser très bien », mentionne Martin Petit en entrevue, mardi, à l'émission Première heure avec Claude Bernatchez.

L’humoriste, auteur et comédien a expliqué la réflexion qui a mené à l’annonce de la création d'un nouvel événement d’humour dans la métropole québécoise à la suite des allégations d’agressions et d’inconduites sexuelles à l'endroit de Gilbert Rozon,

« Le contenant est fissuré, on n’a plus confiance. Si on s’invente un contenant, un festival, comment on peut améliorer ça pour que les artistes puissent revenir dans un événement à Montréal pour faire capoter le monde? », se questionne-t-il.

Ce désir de changement a aussi guidé le choix des humoristes pour la structure organisationnelle du festival.

« On a regardé tous les types d’entreprises coopératives au Québec, et on a choisi de faire un organisme à but non lucratif parce qu’on sait qu’on sera beaucoup de membres et que la force de regrouper des humoristes dans le but de fonder un festival, c’est d’avoir les talents de tout le monde ».

Les humoristes impliqués dans le projet ont animé près de 150 galas et écrit environ 4000 numéros pour des festivals, ce n’est donc pas l’expérience qui manque.

Martin Petit croit également que la main-d’œuvre ne manquera pas pour assurer le succès de l’évènement derrière la scène. Plusieurs gens qualifiés ne travaillent pas en ce moment en raison de l’incertitude entourant Juste pour dire, fait valoir Martin Petit.

« Au lieu d’aller travailler pour un festival, on va aller mettre de la vie dans une entreprise collective qui va redonner à la société. La petite révolution ce matin, c’est qu’on le fait pour le monde, pas pour les poches à personne », ajoute-t-il.

Et pour assurer cette visée sociale du Festival du rire de Montréal, les 50 humoristes qui y prendront part ont jugé bon de se doter d’un code d’éthique et d’une charte qui encadrera les valeurs et le mandat de l’événement. « Les gens qu’on engage devront souscrire à cette logique », prévient Martin Petit.

Celui que l’on voit chaque semaine dans l’émission Les pêcheurs promet également que d’autres annonces seront faites dans les prochains jours, notamment en lien avec le financement du festival : « Je pense que les gens seront surpris de voir à quelle vitesse on navigue ».

Quel avenir pour Juste pour rire?

Lorsque questionné sur la vente probable de l’entreprise de Gilbert Rozon, Martin Petit est catégorique : le Festival du rire de Montréal n’est pas qu’une solution temporaire.

« On n’achète rien. Notre ligne c’est : "le crime ne paie pas alors on ne commence pas à donner de l’argent à personne" ».

L’humoriste durcit même le ton en évoquant un possible rachat de Juste pour rire par Sylvain Parent-Bédard, président et fondateur de QuébeComm, l’agence derrière le ComédiHa!.

« Sylvain aurait alors la dure tâche de nous expliquer pourquoi il a donné des millions de dollars à un violeur », ajoutant que la relation d’affaires avec l’entreprise est rompue définitivement pour les humoristes.

Les humoristes associés au projet

Adib Alkhalidey, Jean-Michel Anctil, Michel Barrette, Réal Béland, François Bellefeuille, Étienne Dano, Charles Deschamps, Lise Dion, Stéphane Fallu, José Gaudet, Cathy Gauthier, Simon Gouache, Les Grandes Crues (Ève Côté et Marie-Lyne Joncas), Patrick Groulx, Pierre Hébert, Jean-Thomas Jobin, Anthony Kavanagh, Julien Lacroix, Philippe Laprise, Sylvain Larocque, Les Denis Drolet, François Massicotte, Jean-François Mercier, Dominic Paquet, Laurent Paquin, Martin Petit, Pierre-Luc Pomerleau, Phil Roy, Mario Tessier, Silvi Tourigny, Rosalie Vaillancourt, Mike Ward.

Chargement en cours