Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Claude Bernatchez
Audio fil du mardi 10 octobre 2017

Derrière les apparences, la parole à nos aînés

Publié le

Photo de Josée Arsenault et Annie Cloutier, en studio
Josée Arsenault et Annie Cloutier   Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Créer des liens, voilà l'objectif derrière le livre Derrière les apparences, une collection de récits qui propose une incursion dans le quotidien de personnes âgées. En provoquant des rencontres entre des aînés et des auteurs, Josée Arsenault, directrice générale de l'organisme Service amical Basse-Ville, désirait mettre en lumière une communauté tenue dans l'ombre.

L'auteure et sociologue Annie Cloutier qui a pris part à l'exercice affirme avoir développé une véritable complicité avec les sœurs Pierrette et Donate Giguère.

« Au départ, on ne sait pas grand-chose. J’y allais avec l’envie de la rencontre, mais je n’avais pas prévu grand-chose. Je suis sociologue aussi, alors c’est le côté qui a pris le dessus. J’avais amené mon enregistreuse pour les interroger et je ne l’ai pas regretté », raconte-t-elle.

Pour Josée Arsenault, ce recueil est une grande réussite. « Je suis excitée. Ce projet est parti d’une idée d’un de nos bénévoles de faire un livre dans lequel il y aurait des témoignages qui pourraient changer le regard que les gens portent sur le vieillissement et sur les aînés. Et c’est un peu ça la mission de l’organisme », mentionne-t-elle.

Mais le livre n’aurait pas pu voir le jour sans la collaboration précieuse du directeur littéraire Philippe Mottet.

« On a eu la chance de le rencontrer et il a accepté bénévolement d’être coordonnateur littéraire. Seize auteurs connus ont accepté d’embarquer dans cette rencontre-là avec des aînés du quotidien », précise la directrice générale de l'organisme Service amical Basse-Ville, à Québec.

Des vécues riches à raconter

Ce n’est pas parce que nous n’avons pas une grande histoire rocambolesque à raconter que notre vécu est moins intéressant pour autant, insiste Mme Arsenault.

La sociologue Annie Cloutier a été à même de le constater au fil de ses entrevues avec les sœurs Giguère. « Donate aimait répéter qu’elle a grandi près d’une dompe, c’est quelque chose qui est impensable aujourd’hui dans le quartier Saint-Malo où elles ont grandi. Elle en parlait avec une simplicité désarmante », ajoute l’auteure.

Après avoir fait une sélection de témoignages pour son récit, Annie Cloutier se remémore être retournée voir Donate et Pierrette avec son texte imprimé. « Je les regardais lire devant moi et je les voyais, Donate en particulier, approuver ».

Une expérience enrichissante donc pour les auteurs qui proposent une incursion unique dans la mémoire collective du Québec d’une autre époque.

Derrière les apparences, Québec, L'instant même, 2017, 152 pages. Sous la direction de Philippe Mottet, avant-propos de Josée Arseneault, préface de Mylène Moisan, postface de Philippe Mottet, 15 photographies couleur d'Allison Van Rassel.

Chargement en cours