Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du lundi 29 août 2016

Catherine Mavrikakis : s'amuser un peu avant la fin du monde

Publié le

L'auteure Catherine Mavrikakis
L'auteure Catherine Mavrikakis   Photo : Radio-Canada/Louis-André Bertrand

« Je crois que mon livre est quand même réaliste parce que les sans-abri, on les côtoie tous les jours. On les a banalisés, mais on les côtoie tous les jours. Je décris simplement le quartier où j'habite. Je n'ai pas eu l'impression d'inventer quoi que ce soit. » L'auteure Catherine Mavrikakis propose dans son dernier roman un monde apocalyptique inspiré du monde actuel où les gueux, qui sont mis de côté et vivent dans des conditions exécrables, tentent, sans succès, de mener une révolution pour changer le monde.

L’auteure admet à Marie-Louise Arsenault qu’il existe un profond pessimisme en elle, estimant que la fin du monde est proche si les choses restent comme elles le sont. Son manque d’optimisme s’accompagne d’une dose d’humour dans son écriture, puisqu’il « faut un peu s’amuser avant la fin du monde. Ça ne va pas s’arranger, mais ça va être un petit peu drôle », dit-elle pour résumer la quête de ses personnages.

Référence :
Oscar De Profundis, de Catherine Mavrikakis (Héliotrope, 2016)

Chargement en cours