Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du jeudi 11 janvier 2018

Micheline Lanctôt, grande dame de la culture québécoise

Publié le

Micheline Lanctôt
La réalisatrice, cinéaste, comédienne et scénariste Micheline Lanctôt   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Si on n'a pas de rôles pour notre âge, il faut les écrire. » À 70 ans, la professeure, cinéaste, scénariste, comédienne et grande humaniste Micheline Lanctôt collectionne encore les passions. Elle s'entretient une heure avec Marie-Louise Arsenault et fait le récit de sa vie : son amour pour la musique, sa rencontre marquante avec Gilles Carle, son regard critique sur le cinéma et ses souvenirs encore vifs des années 60.

Sa relation avec la mort
« Je pense à la mort chaque jour, mais elle ne me fait pas peur. Ce que je n’aime pas, c’est les choses qui finissent, dit Micheline Lanctôt. J’ai davantage peur de la décrépitude que de la mort. »

Le fardeau des actrices âgées
« Jouer à mon âge n’est pas un exploit, mais c’est un énorme privilège. Certaines de mes collègues, leur carrière se termine sec à 40 ans », révèle Micheline Lanctôt. Cette dernière déplore que l’univers de la télévision ou du cinéma soit autant sexiste et superficiel. « Je suis militante [anti-chirurgie]. Il faut que les gens s’habituent à voir des rides. Notre vie est sur notre visage, pourquoi l’enlever? Pour des critères de beauté? Pour plaire? C’est tellement relatif », dit-elle.

[Le cinéma], c’est un milieu où la femme n’a pas de valeur intrinsèque, elle a de la valeur que par le box-office. Hollywood, c’est une usine de produits, d’autant plus si tu es une femme.

Micheline Lanctôt

Sex-symbole
En 1972, Gilles Carle l’a révélée au monde entier lorsqu’il lui a offert le premier rôle dans La vraie nature de Bernadette. Ce rôle a valu à l'actrice l’étiquette de sex-symbole, ici comme en France. « Des étudiants me disaient que leurs grands-pères fantasmaient sur moi, c’est un choc! Pour les Français, j’étais bandante », dit-elle.

Gilles avait une intuition formidable. Quand il se donnait la peine d’aller vers le personnage, il tombait pile dessus. J’étais estomaquée par sa finesse de perception.

Micheline Lanctôt

Les années 60
Micheline Lanctôt est marquée à tout jamais par les années 60, époque de grande effervescence sur le plan culturel, économique et politique. « Comme pour tous les baby-boomers, le monde nous était grand ouvert. À partir des années 60, c’était extraordinaire. Ce qui prédominait à l’époque, c’était l’éclatement de tout », observe-t-elle.

Chargement en cours