Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 21 novembre 2017

Patrick Froehlich, l’ex-chirurgien devenu auteur, s'interroge sur la douleur

Publié le

Gros plan sur les mains gantées de deux chirurgiens, qui opèrent un patient.
La marge de manœuvre est très mince quand la vie d'un patient est en jeu.   Photo : Shutterstock

« On peut développer une mémoire traumatique. Comme des soldats qui sont confrontés à la mort, on est tout seul », dit Patrick Frohlich, qui a quitté son poste de chirurgien pour se consacrer entièrement à l'écriture. Il fait paraître l'ouvrage Avant tout ne pas nuire (une trilogie), qui remet en question la douleur que vit le médecin et celle qu'il inflige à un enfant malade. En compagnie du pédiatre Jean-François Chicoine, il en profite pour dresser le bilan de la médecine moderne, tout en critiquant « l'ego hypertrophié » de certains chirurgiens.

En chirurgie, on est des gens très forts. On dit classiquement qu’au-dessus de nous, c’est Dieu. On le dit avec humour, mais on le dit. Il n’est pas de bon ton entre nous de montrer des faiblesses [...] On oublie qu’un chirurgien est un être humain avant tout.

Patrick Froehlich

Résumé de l'ouvrage Avant tout ne pas nuire :

« ''Tu n’as jamais fait mal à un enfant?'' demande un jour Véga à son père, spécialiste en chirurgie pédiatrique. Cette simple question, à laquelle une réponse négative s’impose d’abord comme une évidence, ouvre la porte à une réflexion profonde sur la douleur, parfois infligée à dessein en dépit du précepte médical qui la récuse : primum non nocere.

En remontant le cours d’un itinéraire personnel, le narrateur entreprend une exploration de son rapport à la douleur provoquée à la fois comme médecin et comme père, abordant le sujet de façon sensible et ouvrant un angle littéraire subtil sur l’essence même de l’humain. Hippocrate enseignait qu’un patient est aussi un être qui souffre; Avant tout ne pas nuire pose un regard lucide sur l’usage de cette souffrance et la nécessité ultime de ne la perpétuer sur aucun enfant, malade ou sain. » - Les Allusifs

Chargement en cours