Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 7 novembre 2017

Carte d'identité de Marianne Dansereau : vivre au gré des idées

Publié le

La comédienne et dramaturge Marianne Dansereau
La comédienne et dramaturge Marianne Dansereau   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Commencer à écrire, écrire, finir d'écrire, pour moi, ça relève de la réelle ambition », dit la comédienne et dramaturge Marianne Dansereau, qui vient parler de sa toute dernière pièce de théâtre, Savoir compter. À travers cette œuvre, elle s'interroge sur les comportements déviants dans une société qui, selon elle, banalise de plus en plus l'immonde et l'érige comme une norme.

CARTE D'IDENTITÉ DE MARIANNE DANSEREAU

DATE ET LIEU DE NAISSANCE
3 avril 1991 à Saint-Eustache

MÉTIER
Je joue et j’écris. Je préfère rester dans les verbes d’action.

VOTRE MODÈLE/INSPIRATION
Édith Piaf, c’est une artiste totale.

CE QUE L’ON DIT DE VOTRE CARACTÈRE
Je me suis beaucoup fait dire dans ma jeunesse que j’avais mauvais caractère, que j’étais une petite peste. Ayant conscience d’avoir été insupportable par le passé, j’ai fait des efforts pour faire place à l’autre et c’est pourquoi maintenant les gens disent de moi que j’ai bon caractère.

VOS AMBITIONS
Je vis au gré de mes idées. J’ai envie d’écrire un recueil de poésie, un livre pour enfants, un film d’animation pour enfants...

VOTRE VIE RÊVÉE
J’aimerais tout vivre. J’ai l’idée de la double-vie. J’aimerais tout lâcher et aller vivre une vie ailleurs. Essayer, mais revenir.

VOTRE DEVISE
« Tout arrive, tu ne sais juste pas quand. » Je l’ai volée à ma mère qui m’a dit ça quand je préparais mes auditions pour les écoles de théâtre.

Référence:
Savoir compter, de Marianne Dansereau, du 7 novembre au 1er décembre au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui

Chargement en cours