Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 10 octobre 2017

Le monde vu par Bernard Werber, l'énigmatique écrivain

Publié le

L'auteur porte des lunettes transparentes et fait un clin d’œil à la caméra
L'écrivain français Bernard Werber   Photo : Getty Images / JOEL SAGET

« Je crois qu'il faut recréer une communication avec la planète, se reconnecter à la nature. Ce qui nous rend malheureux, ce sont les villes remplies de béton, d'acier et de plastique », répond le célèbre écrivain français Bernard Werber quand on lui demande ce qui, selon lui, pourra le sauver le monde. Il vient de publier chez Albin Michel son dernier ouvrage, Depuis l'au-delà, un roman qui explore les frontières nébuleuses entre la vie et la mort. Joint à Paris, nous avons discuté avec lui de ses préoccupations actuelles et de l'état du monde.

Le monde vu par Bernard Werber

Comment va le monde aujourd’hui, selon vous?
Je suis pessimiste sur le court terme et optimiste sur le long terme. À force de faire des erreurs, on va finir par comprendre qu’il faut s’arrêter […] et devenir tous ensemble raisonnables.

Quelle nouvelle a retenu le plus votre attention ces jours-ci?
Les ouragans et les tremblements de terre. J’ai l’impression que c’est la Terre qui s’exprime. Aussi, on est un peu sous le choc du terrorisme en France qui s’insinue progressivement dans notre quotidien.

Comment vous informez-vous?
Ma principale source d’information est mon smartphone et les applications d’alertes qu’on reçoit dessus. Sinon, le matin, je lis le journal et, dans les embouteillages, j’écoute la radio [Franceinfo]. J’ai arrêté de regarder la télévision, j’ai l’impression que c’est un [média] qui nous force à avoir avec des émotions. Les images portent des émotions, selon la manière dont on les monte, qui nous empêche de réfléchir.

Qu’est-ce qui manque dans les médias d’information?
On ne parle pas assez de tout ce qui va bien.

De quoi devrait-on parler plus?
Des gens qui réussissent, des gagnants.

De quoi parle-t-on trop?
Du football.

Quel problème social vous préoccupe le plus?
Le manque d’éducation des jeunes et la montée du fanatisme religieux.

Quel pays ou quelle région du monde vous inquiète?
La Corée du Nord.

Quel pays ou quelle région du monde vous inspire ou vous attire le plus?
La Corée du Sud.

Quel politicien vous déçoit?
J’ai l’impression qu’en tant que jeune premier ministre, Justin Trudeau prend des décisions, notamment sur le gaz de schiste et sur le fanatisme religieux, qui risquent de compromettre les nouvelles générations.

Qu’est-ce qui pourra le sauver le monde?
Je crois qu’il faut recréer une communication avec la planète, se reconnecter à la nature. Ce qui nous rend malheureux, ce sont les villes remplies de béton, d’acier et de plastique.
Il faut arrêter la croissance économique et la croissance démographique à tout prix. Nous avons seulement une planète. On ne peut pas offrir un confort à l’américaine à 10 milliards d’individus qui veulent tous avoir leur télévision, leur 4 x 4, leur ordinateur et leur hamburger.

RÉFÉRENCES :

Depuis l'au-delà, Bernard Werber, Albin Michel, 4 octobre 2017
Comment l'écriture de livres m'a aidé à surmonter la maladie, publication Facebook de Bernard Werber reprise dans le Huffpost
Son site web officiel

Chargement en cours