Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 29 août 2017

Les fous de Bassan lu par les jeunes, une impression vertigineuse et féministe

Publié le

Les fous de Bassan, d'Anne Hébert
Les fous de Bassan, d'Anne Hébert   Photo : Radio-Canada

« Son écriture rappelle le vent qui, dans son livre, souffle tout le temps, qui est incessant, mais qui rend fou aussi », dit Gali Bonin après avoir dévoré le roman d'Anne Hébert Les fous de Bassan. Avec les étudiantes Laurence Tremblay et Geneviève Péladeau, il s'est prêté à la lecture de ce classique de la littérature québécoise pour notre segment « Qu'en pensent les jeunes? ».

L’étudiante en première année de médecine Laurence Tremblay trouve qu’Anne Hébert a donné une dimension féministe à l’œuvre. « On sent la voix de la femme dans ce roman », dit-elle.

L’étudiante en droit Geneviève Péladeau croit que l’auteure a réussi à dénoncer le climat machiste des années 30 au Québec. « Les hommes de cette époque voient les femmes comme des pièces de viande. Elles sont des objets sexuels. Elles ont tout ce que les hommes de ce village n’ont pas, c’est-à-dire la jeunesse, la beauté, la fraîcheur », explique-t-elle.

Gali Bonin éprouve un sentiment de perte d’équilibre à la suite de la lecture de ce roman. « C’est l’idée de la chute, la verticalité du fou de Bassan qui plonge dans la mer. […] Tu sens la chute, c’est Icare à l’état pur.

Résumé de l’oeuvre

Dans Griffin Creek, un village fictif du Québec, durant l'été 1936, les cousines Nora et Olivia Atkins sont retrouvées mortes, leurs corps morcelés, échoués sur la grève. Depuis le point de vue de plusieurs habitants du village et à différents moments de l'intrigue, le récit progresse en se promenant entre passé et présent, structuré sous la forme de journaux intimes écrits par les différents personnages, jusqu'à l'aveu final, venant à la fois conclure et épaissir le mystère. L'histoire dominée par un certain suspense est une critique acerbe des mœurs et de l'inceste dans un village presque hors du monde où règne la loi du silence et du secret… suite

Référence :

Les fous de Bassan, Anne Hébert, Seuil, 1982

Chargement en cours