Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du lundi 12 février 2018

La part du diable : un Québec étonnant, d'Expo 67 au référendum de 1980

Publié le

Il porte un bandeau blanc
Robert Charlebois dans « Jusqu’au cœur », de Jean Pierre Lefebvre   Photo : Jean-Pierre Lefebvre

Réalisé par Luc Bourdon et produit par l'Office national du film (ONF), La part du diable propose une plongée singulière et rafraîchissante dans l'une des périodes les plus fécondes du Québec : de la fin de la Grande Noirceur jusqu'au référendum de 1980. Poétiquement, le documentaire juxtapose des extraits de films cultes, des photographies d'archives et de la musique de l'époque. Le professeur à l'École des médias de l'Université du Québec à Montréal Denis Chouinard et l'animateur de l'émission Les éclaireurs, Patrick Masbourian, l'ont vu et donnent leurs avis.

La part du diable est un cours d’histoire du Québec en accéléré.

Denis Chouinard

Ovationné lors de sa première au Festival du nouveau cinéma (FNC), il remporte le Prix du meilleur moyen ou long métrage documentaire au Festival international du cinéma francophone en Acadie, à Moncton. La liste des personnalités qui ont marqué le Québec et qui font partie de ce documentaire est impressionnante : Pierre Elliott Trudeau, Michel Tremblay, Maurice Richard, Nadia Comaneci, Micheline Lanctôt, Gerry Boulet et bien d'autres.

La part du diable - (Clip Promotionnel) from NFB/marketing on Vimeo.

La part du diable

Réalisation et scénario : Luc Bourdon
102 minutes
Compétition officielle – Festival du nouveau cinéma 2017
Prix du meilleur moyen ou long métrage documentaire – Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) 2017

Synopsis :
« La part du diable propose un regard singulier et nouveau sur la Révolution tranquille, survenue durant les années 1970.
Dans un geste d’une rare poésie, avec l’aide de son complice, le monteur Michel Giroux, Luc Bourdon (La mémoire des anges) se penche sur notre histoire et nous montre avec cohérence, à grand renfort d’extraits de près de 200 films de la collection de l’Office national du film du Canada, les dessous d’une décennie au cours de laquelle le Québec s’est profondément transformé.
Chant d’amour au pouvoir des images, La part du diable est une visite à travers un patrimoine singulier, une rencontre unique où sont conviées les cultures diverses ayant marqué l’histoire de l’Amérique du Nord, un film d’archives par l’entremise duquel chacune et chacun est invité à devenir un observateur aguerri, à prêter une oreille attentive à cette intense entreprise qui se résume en ces mots : une déclamation poétique. »

Chargement en cours