Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du jeudi 8 février 2018

Albert Speer, l'architecte et proche ami d'Hitler

Publié le

Photo en noir et blanc
Adolf Hitler fait une courte visite à Nuremberg et inspecte des plans du nouveau congrès du parti nazi. L'architecte Albert Speer se tient à ses côtés ( deuxième à droite)   Photo : Associated Press / AP

« Hitler est un asocial, comme Speer, et il aurait aimé être un artiste, un architecte. Il se reconnait dans ce personnage qui a énormément d'ambition », explique l'urbaniste émérite et professeur titulaire à l'École d'urbanisme et d'architecture de paysage de l'Université de Montréal, Gérard Beaudet. Ce dernier a lu et commente l'ouvrage Speer : l'architecte d'Hitler, de l'historien Martin Kitchen.

Albert Speer (1905-1981) appartient à une lignée d’architectes bien campée dans la bourgeoisie allemande. À la fin de ses études, il devient l’assistant d’Heinrich Tessenow, l’un des architectes-urbanistes les plus influents de la république de Weimar.

Secoué par la grande dépression des années 30, Albert Speer peine à pratiquer son métier. Il joint le Parti nazi en 1931 et hisse les rangs jusqu’à ravir l’amitié et la confiance d’Adolf Hitler.

Photo en noir et blanc
Adolf Hitler au centre pose avec l'architecte Albert Speer (à gauche) et le sculpteur Arno Breker (à droite) devant la tour Eiffel en 1940. Photo : AP

Hitler n’était pas un grand amateur de l’urbanisme et de l’architecture moderne. Il souhaitait raser Berlin, qu’il renommerait Germania, pour en faire la capitale du Troisième Reich. Speer sera en charge des plans à titre d’architecte indépendant, un statut lui permettra d’empocher des honoraires exorbitants. Malgré sa grande proximité avec le Führer, Albert Speer sera relativement épargné par l'Histoire : « il va créer cette incarnation du bon fonctionnaire qui ne savait pas véritablement, qui faisait son travail convenablement », dit Gérard Beaudet.

Speer, l’architecte d’Hitler, Martin Kitchen, Perrin, 22 novembre 2017

Résumé de l'éditeur : « Une remise en cause totale de la personnalité et du rôle du confident d'Hitler et ministre de l'armement du III Reich : derrière le technocrate affable et courtois se cache en réalité un meurtrier totalement dépourvu de sens moral.

Albert Speer, confident d’Hitler, ministre de l’Armement et acteur majeur de l’administration du Troisième Reich, a toujours insisté sur sa méconnaissance des crimes du régime et dissimulé la centralité de son rôle dans l’État nazi, notamment à travers ses célèbres Mémoires, Au cœur du Troisième Reich et Journal de Spandau. Cette version mensongère lui a permis de duper ces juges à Nuremberg comme ses précédents biographes et s’est imposée aussi bien en Allemagne qu’à l’étranger. Jusqu’à ce livre. »

Chargement en cours